Page images
PDF
EPUB

Maï co fuguèt bien lo varta ;
Càüqué gran tràü 5 (toujour måü acouta 6

Countré lo justisso divino )
Toumbo, n'éntraïno lou plofoun;
Dîs lou soloun, dîs lo cousino ,

Tou sé coufoun,

Lou frico loa plats mài lâu chiêtas , Lâs chambas màï loû bras, déych-à lâs quîtas têtas,

Tou-én un' mou sé séntiguèt

Dé lo déyfardo 7 qué toumbèt. L'othléto pèr so par guèt no chambo cossado ,

N'ién-oguèt pén dîs l'ossemblado

Qué né s'én tournéiss-éndécha, 8 Chacun pourtèt chaz sé un boussi 9 d'àu pécha,

Véz-v'àuvi, lüngas dé vipêro !

Qué blasphémas countré lou céü ? Créyréz-vou quétto-vé qué so justo coulêro

Eycliato pů-tôt qu'un né créü ?
V’ovéz béü v'éytourdis én l'or én lo bouteillo,

Autan v'oun pén à l'aureillo.
Quello fablo ségoundomén

Prouvo qué quan un éï sobén, L'haunêt-homé po fås d'àů vers pèr de l'argen

É counservå én méymo-tén
L'estimo de lo brâvo-gen.
Lo réligiü, lo politico
N’an jomàï méypresa lo bouno rétorico ,
Lou parnassé é lou porodis
Sount fa per essey bou omis.

XXX. L'Ecrevisse et sa Fille.

Les sages quelquefois, ainsi que l'écrevisse,

Marchent à réculons , tournent le dos au port.
C'est l'art des matelots : c'est aussi l'artifice

De ceux qui, pour couvrir quelque puissant effort,
Envisagent un point directement contraire,
Et font vers ce lieu-là courir leur adversaire.
Mon sujet est petit , cet accessoire est grand :
Je pourrais l'appliquer à certain conquérant
Qui tout seul déconcerte une ligue à cent têtes.
Ce qu'il n'entreprend pas , et ce qu'il entreprend,

(1) En bas. (2) En haut. (3) Irritez. (4) Leurs enfans,

XXX. L'Éycorobisso é so Fillo:

ÉCOROBIS

LYCOROBISSO lo mai
Éycorobisso lo fillo

Pèr no pitito vétillo
Guéyrén, un jour, uno grando castillo ;

Lo fillo n'én poudio pas màï.

Coumo marchas-vou? domoueizélo ? Sé-dissè-t-an lo maï, vou vâz touto dé cû; Fàu-co vizas én làü 1 quant-un déü nå én sûs! 2 Bouey ! maï, v'éynidéz 3 pas, sė l'y réïpoundèt

ello ,

Si marché toujour én oréï
Qu'éï bé vou qué m'ovéz opréï.

Vou vézéz-bé quello pitito fablo

Eh-bé l'o no grando moralo ,

Pèr loû jauneîs màï pèr loû viéîs :
Car n'io ré dé méillour coumo n'io ré dé piéï

Pèr un garçou màï per no fillo
Qué l'éyzamplé so fomillo;

É qu'éï toujour dîs so méyjou
Qué chacun couménçèt d'esséy méchan du bou.

Quan loù païs é lâs maïs sount sagéîs

Vou véyréz dé brâvéîs méinagéîs , Mas, dovan lours pitîs , 4 s'y sé coumpourtén måü

Un jour véndro l'iàuro d'àu màü,

a

N'est d'abord qu’un secret, puis devient des

conquêtes En vain l'on les

yeux sur ce qu'il veut cacher, Ce sont arrêts du Sort qu'on ne peut empêcher : Le torrent, à la fin , devient insurmontable. Cent dieux sont impuissans contre un seul Jupiter. Louis et le Destin me semble de concert Entraîner l'univers, Venons à notre fable.

Mère écrevisse un jour à sa fille disait :
Comme tu vas , bon dieu ! ne peux-tu marcher

droit ? Et comme vous allez vous-même ! dit la fille : Puis-je autrement marcher que ne fait ma famille ? Veut-ton que j'aille droit quand on y va tortu ?

(5) Quelquefois. (6) Reculer. (7) Ménace. (8) De la main gauche. (9) Greffent. (10) Souffler. (11) Calme.

Per énfèt dé marchâ coumo lycorobisso

L'homé sagé càücas--dé-vé 5
Sèt-bé coulà , 6 sur-toui chaco-lo vé
Qu'àu, dôto lo mïndro moliço.

Loù boteillez

Fan tou-poriéz
Un né véü jomnài lour vizaje
Vira d'àu couta d'au rivajé,
Ént-is an envio d'obourda :
Is ramén hàü për ribas bâ.

Dis .lou gran-t-ar dé lo miliço..
Qu’ér-qui, véz, quîs fan bién coumo l'éycorobisso

Sur-tou quan loû guériéz

Sabén bién lour méytiéz.
Vizà quéü qu'ò sàuva é qué soûtèt lo Franco

Voléz-vou ré dé pů odré !
Quant au éymancho 7 d'au brå dré

Qu'éï pèr toucâ dé lo mo manço. :
Soû énnémîs an beü oveîs lou fiü,
Au lour baillo toujour cüqué péyssou-d'obriü.

Per sé quant-àu mèt dis so têto
No vitório aubé no counquêto ,
Dégu sé dôt-ent-àu vàu nâ
Mâs-kan quan-t-un lou véü tourna.
É
quan

toll loû réîs dé lo terro
Sémpéûtén 9 pèr l’y fås lo guerro ,

M'éï éyviz qué vezé dîs l'èr
Loll géans qué voudrian déytrônâ Jupiter.

L'y fàu pas dous co dé touner

Per loa vira toà ca-sur-teto; Au fàï bufà 10 loů véns, ochuauzo 11 lo témpêto.

« PreviousContinue »