Page images
PDF
EPUB

XXVIII. Lou Lioun qu'éï véngu vier.

Un

N lioun qu'ovio fa i tou trémblas
Dîs loû bos dé soun vésinagé ,

Obroca a sou lou pêï dé l'age
A lo fi-dé-lâs-fis 3 sén qu'àu né po pûs nas.

D’àûtreîs aussi au counéguérén
É toll loû béytiàüs s'én vénguêrén
L'y fås chacun so déyrosiü ;
Pén dé îs 4 n'én guèt coumpossiü

Jomàï pûs tall-insoulenco.
Qu'éï lou chovàü 5 qué couménço

Au l'y par-un 6 boun co dé pèt,'
Lou bidu 7 l'y par-un co dé corno;
Lou pàubre vioun du suffriguèt
É so figuro trist-é morno
Foguèt 8 bé counéytré d'obor
Qu'àu n'éyro pûs jauné 9 ni for.
Au mèt lo mo sur lo coussinco ,
Eypéro 10 lo mor én possinço
É sén qu'àu ò mérita

Dé n'éysséï pas mier trota
Mås quan l'âne venguèt 11 l'y m’opouyas no ruade

Ah l'y dissèt-éü, comorado !
Moun armo ! quéï muriz doua vé 12
Dé mé verré înşultâ pèr càücu coumo té.

Peut à peine rugir par l'âge extropić.
Il attend son destin sans faire aucunes plaintes ,
Quand voyant l'âne même à son antre accourir :
Ah! c'est trop, lui dit-il : je voulais bien mourir;
Mais c'est mourir deux fois qu& souffrir tes

atteintes.

[merged small][merged small][ocr errors]

Richéîs ! tou lou moundé v’énsénço ;
Más l'éyzamplé dé quéü baudèt
Vou moutro qué dis l'éndigenço
Chacyn vou butirio 13 d'àu pèt.

Si vôtré crédit, votro forço
Né servén mâs à tréblas 14 loû pitis

Au-lèit 15 dé v'oun fås d'àû omis Quan vôtr-otorita àuro préï càüquéntorço ,

Vou podéz dîré vàu potiz. 16

XXIX. Simonide préservé par les Dieux.

On ne peut trop louer trois sortes de personnes ;

Les dieux, sa maîtresse, et son roi. Malherbe le disait : j'y souscris quant à moi ;

Ce sont maximes toujours bonnes.
La louange chatouille et gagne les esprits :
Les faveurs d'une belle en sont souvent le prix.
Voyons comme les dieux l'ont quelquefois payée.

Simonide avait entrepris
L'éloge d’un athlète ; et, la chose essayée ,
Il trouya son sujet plein de récits tout nus,

XXIX. Simounido préserva pèr loû Diüs.

$

Homme

OMMÉ dé tout éyta, jàun-àu viéî, pàubr-àu

riche,

Souvénéz-vou dé n'éysséï jomàï chiché,

D'éylogéîs ni dé coupliméns
Envers dé trey sortas dé géns,
Loû diüs , loû réïs é no méytresso ,
Molherbo ïàü digi-áutré tén ;

Partagé bién soun sentimén
Qué mé porèï plé dé sogesso.
Lo louanjo chotouillo é gaigno loù esprits,
Lou coeur d'uno béüta nén éï souvén lou prix.
Véjan coumo loû diüs sur terro récoumpensén
Lo brâvo gén qué loû encénsén.

Simounido, no-vé, s'éïro chargéa d'àu souén

Dé vantas un dé quís oustiéras
Qué sé battén à co dé pouén,
Séï sujet coumo séï bésouén.
Sur dé lâs bésugnas poriềras

Cé qu'un po' dîré éï bé tôt di;
Vèi-qui moun durotour au bout dé soun léti.

Coumo téindro-t-éü so proumesso?
Coumo gaignà loù cént éicus

Qué l'y vian éyta proumétus ?
D'aumïn si soun champioun guéiss-eyta de noblesso

Fils d'un marqui, d'uno countesso ,

« PreviousContinue »