Page images
PDF
EPUB

Le regard de travers ! nez tortu grosse lèvre,

Portait sayon de poil de chèvre,

Et ceinture de joncs marins. Cet homme ainsi bâti fut député des villes Que lave le Danube. Il n'était point d'asyles

Où l'avarice des Romains

Ne pénétrât alors et ne portât les mains,
Le député vint donc, et fit cette harangue :
Romains , et vous sénat , assis pour m'écouter ,
Je supplie avant tout les dieux de m'assister:

(10) Bouche. (11) Lèvres. ( 12 ) Masques. ( 13 ) (14) Vilain, laid, hideux, (15) En proportion. ( 16 ) Un habit. (17) Du bouc. ( 18 ) D’un serpent. (19) Hauts de chausses. ( 20 ) Il déplie. (21) Assis.

[ocr errors]

Fogian pdur-à toutâs lås fillas ;
Soun régar vistav-à lénvèr ;
Au yio lou nâz fa dé trovèr ,

Gorjo 10 torto, grossas bicâs, 11

É lås pús sålas mouricâs 12
Qué courén pèr lou carmantran 13

Séy craignéy ni frétu-ni-bran
N'an jomàï gu dé pûs ôré 14 visagé

Qué quéü dé nôtré persounagé, Én-un-mou, quéyro-bé lou pûs léii ôré gagé

Qué gnioguèz châz toll loû Germén.

Soun hobi éir-à l'ovénén. 15 Un just-au-cor 16 dé péü dé bou 17 sauvagé ,

Qué l'y sémblav-un pé-t-an-lèr ,

No centuro dé jún dé mèr ,
( D'àûtréîs disén dé lo péü d'uno sèr ) 18

Nâs broyâs 19 d'un gros druguè vèr ,
L’y fogian tou soun éyquipage.
Eh-bé quél-hom-éntàü bâti ,
Eh-bé quél-hom-éntàü vîti,
N’eyro, pèr-tan pas n'eybêti.
Soû coumpoignoù l'ovian cháusi
Per nâ préséntà no réquêto

A Roum-e chioplas countré qụîs ! Countré tou loû préfets quîs vian méï à lo tête

Dé lâs villas dé lour poyîs ,

Énté dégu loů poudio pûs potîs. Au par; du cour; au l'iéy : du déyplėjo wu so lingo

É couméng-entàü soun horïngo. « Rouméns ! é vou Sénà siclia 21 pèr m'eycoutà !

(Mås ïàä préj-ayan tou lou diüs dé m'ossista )

Veuillent les immortels, conducteurs de ma langue,
Que je ne dise rien qui doive être repris !
Sans leur aide il ne peut entrer dans les esprits

Que tout mal et toute injustice :
Faute d'y recourir on viole leurs lois.
Témoins nous que punit la romaine avarice :
Rome est, par nos forfaits, plus que par ses exploits,

L'instrument de notre supplice. Craignez, Romains, craignez que le ciel quelquejour Ne transporte chez vous les pleurs et la misère, Et meliant en nos mains , par un juste retour, Les armes dont se sert sa vengeance sévère ,

Il ne vous fasse, en sa colère ,

Nos esclaves à votre tour. Et pourquoi sommes-nous les vôtres ? Qu'on me

die En quoi vous valez mieux que cent peuples divers. Quel droit vous a rendus maîtres de l'univers ? Pourquoi venir troubler une innocente vie ? Nous cultivions en paix d'heureux, champs : et

nos mains Etaient propres aux arts ainsi qu'au labourage.

Qu'avez-vous appris aux Germains ?
Ils ont l'adresse et le courage :

Couaqué

(C

1 (22) Rapporter, rebrousser.

( 23 ) D'esprit.

(C

[ocr errors]

Couaqué né chio mâs qui per domandås justiço,

Séy lour sécour, ïàü sabé-bé,
« Noû né soun copabléîs dé ré
« Nou-mâs dé tor é d'injustiço
« Témouén ! témouén vôtr-ovorico

Quẻ noi chấtio si rudomen !
« Qu' fï nôtréîs pécha suromén

« Pù-tôt qué l'éifor dé vôtr-armas, Qu'an fa quî v'àn cháusi per esséy l'instrumér

Qué noû faï versâ tan dé larmâs. « Trémblâs ! trémblås! Roumens qué lou céü

càüqué jour « Né noll chausiss-à nộtré tour « Pèr réboustiâ 22 châz vou, loû pleurs é lo misêro Qué vou noù vez pourta én noll pourtan lo'guêro;

« Loû fourçéz pâ dîs lour coulêro
« A décrétas , màï béléü avan påü,
Qué nou siran chargea dé vou fâs tou lou mài

Qué vàütreîs véz fa sur lo terro.
« É de càü dré prétendez voû
Essey méillour é pûs méytréîs qué noû?

« Véz-vou måï d'éymé 23 màï d'odresso ?.
« Màï dé forço ? màï dé souplesso ?

« Nan noll pas coumo vou douâ mâs '« Pèr fås to-bé qué vou cé qué vou sobéz fås ? « Pèr-qué séz-vou véngus treblas nôtr-inouçenso ? « Noů crubian én répåü nôtréîs chans dé séménso

« Pén dé noû ovian-t-is méytiéz
« Pèr aprénéï toll loû méytiéz

« Dé fâs sou vou n'opprentissajé ? * Ey-co von que not vé oprei lưu lobourage!

L

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

S'ils avaient eu l'avidité,

Comme vous, et la violence,
Peut-être en votre place ils auraient la puissance;
Et sauraient en user sans inhumanité,
Celle que vos préteurs ont sur nous exercée,

N’entre qu'à peine en la pensée.
La majesté de vos autels
Elle-même en est offensée ;

Car sachez que les immortels
Ont les regards sur nous, Grâces à vos exemples ;
Ils n'ont devant les yeux que des objets d'horreur,

De mépris d'eux et de leurs temples : D'avarice qui va jusques à la fureur. Rien ne suffit aux gens qui nous viennent de

Rome : La terre et le travail de l'homme

( 24 ) Touché.
( 25 ) Le soc de la charrue.
( 26 ) Le manche.
(27) Au jour d'aujourd'hui.
( 28 ) Donner.

« PreviousContinue »