Page images
PDF
EPUB

XXI. Le Paysan du Danube.

Il ne faut point juger des gens sur l'apparence.

[ocr errors]

Le conseil en est bon ; mais il n'est pas nouveau.

Jadis l'erreur du souriceau Me servit à prouver le discours que j'avance :

J'ai, pour le fonder à présent, Le bon Socrate, Esope , et certain paysan Des rives du Danube , homme dont Marc-Aurele

Nous fait un portrait fort fidèle.
On connaît les premiers ; quant à l'autre , voici

Le personnage en raccourci.
Son menton nourrisait une barbe touffue;

Toute sa personne velue
Représentait un ours , mais'un ours mal léché :
Sous un sourcil épais il avait l'ail caché,

(1) Qui diable.
(2) Caché un si bel esprit.
(3) Sous.
( 4 ) Fuir.
(5) Rives.
(6) Mêlée. I
(7) Son menton.
(8) De travers , tournés.
(9) Sourcils.

XXI. Lou Péyzan d'àu Donubé.

N. fau jomaľ, pèr lo borico

Jujà dé lo bounta d'àu vi,
Ni d'un homé pèr soun hobi ,
Qu'éï no méychanto politico.
Témouén Éyzopo lou boussu.
Quž diürèï 1 guèz jomàï crégu
Qué lou méytré dé lo noturo
Guésso cota n'éïmé 2 tan béü
Dî no tàillo , joû 3 no figuro

Qu'àurian fa fugis 4. loû àûzéux !,
Mà voléz-vou no préuvo pûs nouvello,

Domandâs idü à Marc-Aurèlo ;
Au you diro quun gro peyzan
Dé ver las ribas 5 d'àu Donubé,

Parlav-au reï, au courtizan
To-plo coum-durio fa pén durotour dé clubě.

Lou pourtrét dé quéü péyzan qui
Lou vou vàu faïr-én rocourçi ;
Eycoutâs mé bien lou vèiqui.
Dobor, uno barbo toufudo ,
Tan coutido 6 coum-un chardou
Topissavo sou bobignou. 7

So péü tonad-eyro bourudo
Coumo lo péü d'un ours mâs d'un ours màü lécha.

Soù éîs guerliéis 8 qu'éïran cocha
Sou doua grandâs vaûtâs dé silliàs ,

Le regard de travers ! nez tortu grosse lèvre,

Portait sayon de poil de chèvre,

Et ceinture de joncs marins. Cet homme ainsi bâti fut député des villes Que lave le Danube. Il n'était point d'asyles

Où l'avarice des Romains

Ne pénétrât alors et ne portât les mains,
Le député vint donc, et fit cette harangue :
Romains, et vous sénat , assis pour m'écouter,

Je supplie avant tout les dieux de m'assister:

(10) Bouche. (11) Lèvres. ( 12 ) Masques. (13) Le Carnaval. (14) Vilain, laid, hideux. ( 15 ) En proportion. ( 16 ) Un habit. (17) Du bouc. ( 18 ) D’un serpent. (19) Hauts de clàusses. ( 20 ) 11 déplie. (21) Assis.

Fogian pdur-à toutâs lâs fillas ;
Soun régar vistav-à lénvèr ;
Au vio lou nâz fa dé trovèr ,

Gorjo 10 torto, grossas bicâs, 11

É lås pûs salas mouricâs 12
Qué courén pèr lou carmantran 13

Séy craignéy ni frétu-ni-bran
N'an jomàï gu dé pùs ôré 14 visagé

Qué quéü dé nôtré persounagé, Én-un-mou, quéyro-bé lou pûs léii ôré gagé

Qué gnioguèz châz toll loù Germén.

Soun hobi éir-à l'ovénén. 15 Un just-du-cor 16 dé péü dé bou 17 sauvagé ,

Qué l'y sémblav-un pé-t-an-lèr ,

No centuro dé jún dé mèr ,
(D’àûtréîs disén dé lo péü d'uno sèr ) 18

Nâs broyâs 19 d'un gros druguè vèr ,
L'y fogian tou soun éyquipage.
Eh-bé quél-hom-éntàü bâti ,
Eh-bé quél-hom-éntàü vîti,
N’eyro, pèr-tan pas n'eybêti.
Soû coumpoignoù l'ovian chdusi
Pèr nâ présentà no requêto

A Roum-é chioplas countré qụîs ! Countré tou loû préfets quîs vian méï à lo têto

Dé lås villas de lour poyis,

Énté déga loù poudio pûs polîs. Au par; au cour; au l'iéy: àu déyplėjo zu so lingo

É coumenç-éntàü soun horïngo. « Rouméns! é vou Sénà siclia 21 pèr m'eycoutâ ! 1,5 (Mâs ïàä préj-ayan tou lou diüs dé m'ossistà )

Veuillent les immortels, conducteurs de ma langue,
Que je ne dise rien qui doive être repris !
Sans leur aide il ne peut entrer dans les esprits

Que tout mal et toute injustice :
Faute d'y recourir on viole leurs lois.
Témoins nous que punit la romaine avarice :
Rome est, par nos forfaits, plus que par ses exploits,

L'instrument de notre supplice. Craignez, Romains, craignez que le ciel quelquejour Ne transporte chez vous les pleurs et la misère, Et meliant en nos mains , par un juste retour, Les armes dont se sert sa vengeance sévère ,

Il ne vous fasse, en sa colère ,

Nos esclaves à votre tour. Et pourquoi sommes-nous les vôtres ? Qu'on me

die En quoi vous valez mieux que cent peuples divers. Quel droit vous a rendus maîtres de l'univers ? Pourquoi venir troubler une innocente vie ? Nous cultivions en paix d'heureux, champs : et

nos mains

Etaient propres aux arts ainsi qu'au labourage.

Qu'avez-vous appris aux Germains ?
Ils ont l'adresse et le courage :

Couaqué

(C

( 22 ) Rapporter, rebrousser, ( 23 ) D'esprit.

« PreviousContinue »