Page images
PDF
EPUB

X X. L'Oglian é lo Couyo.
Lo v boun-diü sé troumpo jomàï,

Au faï toujour bien cé qu'au faï,
Quello varta , Lo Fountaino l'opouyo,
Én-d-un oglian, én-d-uno couyo,

Séy couré dé Roum-àu Peyrou ,
Soun éymé no må-kan méytiéz d'un poutirou.

Preïtan l'àureill-éycoutan lou.
Gros-Jan , lou jàü : dé soun vilagé,
Fozén un jour soun ovouca ,

( Méyvis qué lou vézé planta , Sâs mâs doréy soun cû én soun chàï, 2 dé couta )

Dîré, corbleu ! qu'ey bién doumagé
Qué lou boun-diü n'ayé pas counsulta

Quan-t-au siclièt 3 quello citrouillo
Subré no și pitito douillo. 4
Ah! Gros-Jan ! si tu vias éïta qui
Dé ségur lo sirio pendudo
Én quéü gros rouvéï 5 qué vèi-qui ;
Lo s'y sirio plo mièr téngudo
Màï lou moundé l'àurian mièr vudo.
Qué sinifio sûs 6 quél-oglian? 7
Méyvi qu'àu juro né sàï-kan.
Tan-màï' l'y pensé, tan-màï vizé
É lo citrouill-é lou rouvéï,
Tan-màï dizé qué fouill-ové
MIỏi lo couyo, couaTu'un nén dize
Enté quél-oglian fuguèt méï.

C'est dommage , Garo , que tu n'es point entré
Au conseil de celui que prêche ton curé;
Tout en eût été mieux : car pourquoi, par exemple,
Le gland , qui n'est pas gros comme mon petit

doigt; Ne pend-il pas en cet endroit ?

Dieu s'est mépris ; plus je contemple Ces fruits ainsi placés , plus il semble à Garo

Que l'on a fait un quiproquo. Cette réflexion embarrassant notre homme : On ne dort point, dit-il , quand on a tant d'esprit. Sous un chêne aussitôt il va prendre son somme. Un gland tombe : le nez du dormeur en-pâtit. Il s'évielle , et portant la main sur son visage , Il trouve encor le gland pris au poil du menton. Son nez meurtri le force à changer de langage : Oh! oh! dit-il , je saigne ! Et que serait-ce donc S'il fût tombé de l'arbre une masse plus lourde ,

Et que ce gland eût été gourde !
Dieu ne l'a pas voulu : sans doute il eut raison ;

J'en vois bien à présent la cause.
En louant Dieu de toute chose
Garo retourne à la maison.

(8) Ecrasé. (9) Bien réjouis. (10) Bouffis. (11) Finisse z.

Tout-en boillan lou bal à no talo critico

Véïqui moun Gros-Jan qué sender
Sou lou rouvéï, lou véntr-énler ;

Au né raïbo mâs politico ,
Quan tou-d'un-co n'oglian vèt à toumba

É l’în foguèt pissas lou nâ.
Oh! oh! sé dissè-t-éü, sirio-b-un brâvé gagé

Si lou boun-diü qué prévéü tou,

Én plaço dé l'oglian, guéy, méï lou poutirou ? Au m'durio-b-éypoûti 8 tou moun pàubré visagé !

Gros-Jan ! Gros-Jan ! té méyla půs
Dé céqué fàï quéü quéy assûs.
Sé qu'o tou fa sèt miér qué n'àûtréîs
Cé qué faut à châqu’un dé n'àûtréîs.
É moun Gros-Jan dé sén tournâ
Apréz véï éyssuja soun nâ.

A vou messûr loû filosoféîs
Qué séz toù gonglieis, o toừ bien goféîs, 10
Qué né chobas ir jomàï, à tor é à trover

Dé countrérôlà l'univer ;
L'ofà dé Gros-Jan vou régardo;
V'overtissé, prénéz-l'î gardo

Lou béü arguméns que vou fa,
Pourian bé, coum-à sé ,,vou toumbâ sur lou nå.

XXI. Le Paysan du Danube.

Il ne faut point juger des gens sur l'apparence.

Le conseil en est bon ; mais il n'est pas nouveau.

Jadis l'erreur du souriceau Me servit à prouver le discours que j'avance :

J'ai, pour le fonder à présent , Le bon Socrate, Esope , et certain paysan Des rives du Danube , homme dont Marc-Aurele

Nous fait un portrait fort fidèle. On connaît les premiers ; quant à l'autre , voici

Le personnage en raccourci.
Son menton nourrisait une barbe touffue ;

Toute sa personne velue
Représentait un ours, mais un ours mal léché :
Sous un sourcil épais il avait l'ail caché,

(1) Qui diable. (2) Caché un si bel esprit: (3) Sous. (4) Fuir. (5) Rives. (6) Mêlée. " (7) Son menton. (8) De travers ,

tournés. (9) Sourcils.

XXI. Lou Peyzan d'au Donubé.

N. fau jomai , pèr lo borico

Jujà dé lo bounta d'àu vi,
Ni d'un homé pèr soun hobi ,
Qu'éï no méychanto politico.
Témouén Éyzopo lou boussu.
Quï diàürêï i guèz jomàï crégu
Qué lou méytré dé lo noturo
Guésso cota n'éïmé tan béü
Di no tàillo, joù 3 no figuro

Qu'àurian fa fugîs 4, loû àûzéux !,
Må voléz-vou no préuvo pûs nouvello ,

Domandâs àü à Marc-Aurélo ;
Au you diro qu'un gro peyzan
Dé ver lâs ribâs 5 d'àu Donubé,

Parlav-du réï, au courtizan
To-plo coum-durio fa pén durotour de clube.

Lou pourtrét dé quéü péyzan qui
Lou vou vàu faïr-én rocourçi ;
Eycoutas mé bien lou vèiqui.
Dobor, uno barbo toufudo ,
Tan coutido 6 coum-un chardou
Topissavo soun bobignou. 7

So péü tonad-eyro bourudo
Coumo lo péü d'un ours mâs d'un ours màü lécha.

Soù éîs guerliéîs 8 qu'éïran cocha
Sou doua grandâs vaûtås dé silliâs 9

« PreviousContinue »