Page images
PDF
EPUB

(1)
Lou trésàuriéz sé vàu défendré,
Is l'ûffléyrén coum-un védéü ;

Au lour dissèt bé piéï qu'à péndré :
Mâs l'in couté soun argén màï lo péü.

Lou mouniéz né guèt pas no déycho 19
Car loù vouleurs soun dé lo gén
Qu'aïmén bé bien l'or é l'argen
Mâs qué né mìnjén pas souvén
Ni bigoro ni pâto-kéïcho. 11

No grando plaç-éï un fardéü

Màï pûs danjéyroll qu’un né créü;
Quamb-an noi vu dohomefs en charjas ,
Qué lås ruas n'éyran pas prou larjas
Pèr leyssas possas lours grandours ,
É qué si-tôt qué lo justisso

Guèt méï lo mo sur lour pélisso ,
Dîs d'àû cû dé pitàü néyrén chobas lours jours,

.)

[ocr errors][merged small]

Dieu fait bien ce qu'il fait. Sans en chercher la

preuve En tout cet univers , et l'aller parcourant ,

Dans les citrouilles je la trouve.

[ocr errors]

Un villageois , considérant
Combien ce fruit est gros et sa tige menue :
A quoi songeait, dit-il, l'auteur de tout cela ?
Il a bien mal placé cette citrouille-là !

Hé parbleu ! je l'aurais pendue
A l'un des chêne que voilà ;
C'eût été justement l'affaire :
Tel fruit, tel arbre, pour bien faire.

(1) Le coq.
(2) Sa tête.
(3) Il assit , il plaça.
(4) Tige.
(5) Gros chêne.
(6) Là haut.
(7) Ce gland.

XX. L'Oglian é lo Couyo.

Lou boun-diü sé troumpo jomàï ,

Au faï toujour bién cé qu'au fàï, Quello varta , Lo Fountaino l'opouyo,

Én-d-un oglian, én-d-uno couyo.

Séy couré dé Roum-àu Peyrou ,
Soun éymé no mâ-kan méytiez d'un poutirou,

Preïtan l'àureill-éycoutan lou.
Gros-Jan, lou jàü : dé soun vilagé,
Fozén un jour soun ovouca ,

( Méyvis qué lou vézé planta , Sås mâs doréy soun cû én soun chàï, - découta )

Dîré, corbleu ! qu'ey bién doumage
Qué lou boun-diü m'ayé pas counsulta

Quan-t-àu siclièt 3 quello citrouillo
Subré no si pitito douillo. 4
Ah! Gros-Jan ! si tu vias éïta qui
Dé ségur lo sirio pendudo
Én quéü gros rouvéï 5 qué vèi-qui;
Lo s'y sirio plo mièr téngudo
Mải lou moundé Tàurian miet vudo.
Qué sinifio sûs 6 quél-oglian? 7
Méyvi qu'àu juro né sáï-kan.
Tan-màï'l’y pénsé, tan-màï vizé
É lo citrouill-é lou rouvés,
Tan-màï dizé qué fouill-over
Mei lo couyo , couaqu'un nén dize
Enté quél-oglian fuguèt méï.

C'est dommage , Garo , que tu n'es point entré
Au conseil de celui que prêche ton curé ;
Tout en eût été mieux : car pourquoi, par exemple,
Le gland , qui n'est pas gros comme mon petit

doigt; Ne pend-il pas en cet endroit ?

Dieu s'est mépris ; plus je contemple Ces fruits ainsi placés , plus il semble à Garo

Que l'on a fait un quiproquo. Cette réflexion embarrassant notre homme :

dort point , dit-il , quand on a tant d'esprit. Sous un chêne aussitôt il va prendre son somme. Un gland tombe : le nez du dormeur en-pâtit. Il s'évielle , et portant la main sur son visage , Il trouve encor le gland pris au poil du menton. Son nez meurtri le force à changer de langage : Oh ! oh! dit-il, je saigne ! Et que serait-ce donc S'il fût tombé de l'arbre une masse plus lourde ,

Et que ce gland eût été gourde ! Dieu ne l'a voulu :

: sans doute il eut raison ; J'en vois bien à présent la cause.

On ne

pas

En louant Dieu de toute chose
Garo retourne à la maison.

(8) Ecrasé. (9) Bien réjouis. (10) Bouffis. (11) Finissez.

Tout-én boillan lou bal à no talo critico

Véïqui moun Gros-Jan qué sender
Sou lou rouver, lou véntr-énler;

Au né ràïbo mâs politico,
Quan tou-d’un-co n'oglian vèt à toumbâ

É l’in foguèt pissas lou nâ.
Oh ! oh! sé dissè-t-éü, sirio-b-un brâvé gagé

Si lou boun-diü qué prévéü tou,

Én plaço dé l'oglian , guéy, méï lou poutirou ? Au m'àurio-b-éypoûti 8 tou moun pàubré visagé !

Gros-Jan ! Gros-Jan ! té méylå půs
Dé céqué fàï quéü quéy assûs.
Sé qu'o tou fa set miér qué n'autreis
Cé qué faut à châqu'un dé n'àûtréîs.
É moun Gros-Jan dé sén tourna
Apréz véï éyssuja soun nâ.

A vou messûr loû filosoféîs
Qué séz tou gongliéîs, toů bién goféis, 10
Qué né chobas ir jomàī, à tor é à trover

Dé countrérôlà l'univèr ;
L'ofà dé Gros-Jan vou régardo;
V'overtissé, prénéz-l'î gardo

Loù béü arguméns que vou fà ,
Pourian bé, coum-a sé ,,vou toumbâ sur lou nâ.

« PreviousContinue »