Page images
PDF
EPUB

De passer , comme nous , les déserts et les ondes,

Ni d'aller chercher d'autres mondes : C'est pourquoi vous n'avez qu'un parti qui soit sûr; C'est de vous renfermer aux trous de quelque mur.

Les oisillons , las de l'entendre, Se mirent à jașer aussi confusément Que faisaient les Troyens quand la pauvre Cassandre

Ouvrait la bouche seulement.

Il en prit aux uns comme aux autres : Maint oisillon se vit esclave retenu. Nous n'écoutons d’instincts que ceux qui sont les

nôtres,

Et ne croyons le mal que quand il est veru.

( 37 ) D’un cheval de bois.
( 38 ) Aussi bien.
(39) De telle ou telle manière.
(40) Prodigue, dépensier,
(41) Manquera, jeûnera.

Eytopàü 38 loû àûzéů nen poyêren plo lôyo
Forço dé is piàülêrén én joloyo ,

Loû pûs gras fuguêrén rôti
É loû àûtréis méi én pâti.

Pa-vrai qu’àuro noũ van toi dire
Qué quis pitis àûzéù foguèrén màü dé rîré

Quan l'auzello , péndén tréy vé
Lour parlavo mâ pèr lour bé ?

. Ehbé, pèr-tan, quéü counté noù régardo; Si càüqué boun omi noû'di dé prénéz gardo ,

Qué si noủ fan éntàü-éntài
No nén vendro lo mor Cubẻ dầu màu.
Dis lo santa , dis l'oboundanço ,

Si noû. l'àuvian dîré d'avanço :
Un jour quéü gourman créboro ,
Quél-yvrogno s'ossoumoro,
Quéü libertîn s'éycháudoro ,
Quello levo-naz toumboro,
Quéü médisén sé dannoro ,
Quél-imprudén sé gåtoro,
Quéü méchan-sujét périro ,
Quéü mïnjo-béy 40 éytàuvioro 41
L'omi qué parl-éntdü
Néy mâ-kan no brodasso ,
Entré-tan-di lou tén sé

passo ; É lo mor, é lou måü né soun jomàï crégus

Ma-kan apréz quis soun véngus.

XIX. Les deux Mulets.

Deux mulets cheminaient , l'un d'aveine chargé,

L'autre portant l'argent de la gabelle
Celui-ci , glorieux d'une charge si belle ,
N'eût voulų pour beaucoup en être soulagé.

Il marchait d'un pas relevé,
Et faisait sonner sa sonnette :
Quand l'ennemi se présentant

Comme il en voulait à l'argent ,
Sur le mulet du fisc une troupe se jette,

Le saisit au frein , et l'arrête.

[ocr errors]

XIX.

(1) Blé-d'Espagne. (2) A la monnaie.

(3) Petit morceau de bois pointu par les deux bouts que les enfans font sauter en l'air, avec une espèce de spatule.

(4) A Cause.
(5) S'il s'approche.
(6) Retire - toi au loin.
(7) Empoisonne.
(8) Bâtons.
(9) Les écus.

xix. Loù dous Muléys.

[ocr errors]

Dous mulėys fogian, vouyagé
L'un charja dé bigoro 1
L'autr-én superb-éyquipagé,
Charja d'argén én lingo

Qu'àu pourtav-à lo mounédo. 2
L'un éyro vàlé dé mouniéz
É l'àvtré d'un gros financhéz ;
Quéüqui teigno so têto rédo
É tan dré coum-un killola 3

Preigno lou hàü d'àu pova.
Pèr-mour 4 qu'àu porto lo finanço ,
Au sé créü trésàuriéz dé franço ,

1)
É vou sécou , mâs coum-au fàü,
Loû tréy. tours dé grélo qu'àu pourtav-én soun càü.
Au miéy d'àu gran-chomi ; àu n'ovio pas prou

plasse.
Lou mouniéz vio l'aureillo basso
É cháu sẽ prem- 5 én-pài lẻ sẻ ,
Moussu lou "financhéz lou chasso.

Bouey t'én préjé, tiro t'én-làï, 6
« Moun-diü ! qu'àü méychanto mino !

« Tu pudéy 7 à lo forino ,

« làü té dàïvoué pèr moun fràï. » Lo corello deyjâ séyro bién éychàufado ; No béndo dé vouleurs qu'eyran én émbuscado, Sé jittén tou d'un co à gran co dé billous 8 Sur quéü qué vio loû pigoillous. 9

K

Le mulet , en se défendant, Se sent percer de coups : il gémit, il soupire. Est-ce donc là , dit-il, ce qu'on m'avait promis, Ce mulet qui me suit du danger se retire;

Et moi j'y tombe, et je péris !

Ami , lui dit son camarade , Il n'est pas toujours bon d'avoir un haut emploi : Si tu n'avais servi qu'un meûnier , comme moi,

Tu ne serais pas si malade,

(10) Une blessure. (11) Pâte de farine de blé sarazin, bouillie dans l'eau.

« PreviousContinue »