Poetik Boileau's: ein Beitrag zur Geschichte der französischen Poesie im 17. Jahrhundert

Front Cover
Jänecke, 1882 - French language - 128 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 56 - Quelque sujet qu'on traite, ou plaisant, ou sublime, Que toujours le bon sens s'accorde avec la rime : L'un l'autre vainement ils semblent se haïr; La rime est une esclave, et ne doit qu'obéir. Lorsqu'à la bien chercher d'abord on s'évertue, L'esprit à...
Page 23 - D'un ton un peu plus haut, mais pourtant sans audace, La plaintive Élégie, en longs habits de deuil, Sait, les cheveux épars, gémir sur un cercueil. Elle peint des amants la joie et la tristesse, Flatte, menace, irrite, apaise une maîtresse. Mais pour bien exprimer ces caprices heureux, C'est peu d'être poète, il faut être amoureux.
Page 52 - TELLE qu'une bergère, au plus beau jour de fête, De superbes rubis ne charge point sa tête, Et, sans mêler à l'or l'éclat des diamants, Cueille en un champ voisin ses plus beaux ornements : 6 Telle, aimable en son air, mais humble dans son style, Doit éclater sans pompe une élégante idylle.
Page 57 - Divinité : Minerve est la prudence, et Vénus la beauté. Ce n'est plus la vapeur qui produit le Tonnerre ; C'est Jupiter armé pour effrayer la terre : Un orage terrible aux yeux des matelots, C'est Neptune en courroux qui gourmande les flots : Echo n'est plus un son qui dans l'air retentisse ; C'est une Nymphe en pleurs, qui se plaint de Narcisse.
Page 98 - N'importe, lève-toi. — Pour quoi faire après tout? — Pour courir l'Océan de l'un à l'autre bout, Chercher jusqu'au Japon la porcelaine et l'ambre, Rapporter de Goa i le poivre et le gingembre.
Page 61 - Ce qu'on ne doit point voir , qu'un récit nous l'expose : Les yeux en le voyant saisiraient mieux la chose ; Mais il est des objets que l'art judicieux Doit offrir à l'oreille et reculer des yeux.
Page 78 - C'est un droit qu'à la porte on achète en entrant. Il faut qu'en cent façons, pour plaire, il se replie, Que tantôt il s'élève et tantôt s'humilie; Qu'en nobles sentiments il soit partout fécond , Qu'il soit aisé, solide, agréable, profond, Que de traits surprenants sans cesse il nous réveille; Qu'il coure dans ses vers de merveille en merveille; Et que tout ce qu'il dit, facile à retenir, De son ouvrage en nous laisse un long souvenir.
Page 56 - S'ils pensaient ce qu'un autre a pu penser comme eux. 'Evitons ces excès : laissons à l'Italie De tous ces faux brillants l'éclatante folie. Tout doit tendre au bon sens : mais pour y parvenir Le chemin est glissant et pénible à tenir ; Pour peu qu'on s'en écarte, aussitôt on se noie.
Page 33 - Jamais Iphigénie, en Aulide immolée, N'a coûté tant de pleurs à la Grèce assemblée Que dans l'heureux spectacle à nos yeux étalé En a fait sous son nom verser la Champmeslé 2.
Page 98 - Ainsi toujours constant à ne se point dédire, Qu'un mot dans son ouvrage ait paru vous blesser, C'est un titre chez lui pour ne point l'effacer.

Bibliographic information