Page images
PDF
EPUB

Pere si c'est le Chanoine ou saint Bruno qui est damıné. Il se trouve par hazard avec une jeune veuve , il luy parle de son défunt mari , luy deinande comment il est mort ; cette femme à qui ce discours renouvelle fes douleurs , pleure , sanglotte , & ne laisse pas de reprendre tous les détails de la inaladie de son époux qu'elle conduit depuis la veille de sa fiévre qu'il se portoit bien, jusqu'à l'agonie. Madame , luy demande Menalque qui l'avoit apparemment écoutée avec attention, n'aviez vous que celuy ? Il s'avise un matin de faire tout hâter dans sa cuisine, il ne se inettra jamais assez tôt à table , il se leve avant le fruit , & prend congé de la compagnie ; on le voit ce jourlà en tous les endroits de la ville, hořmis en celuy où il a donné un rendez-vous précis pour cette affaire qui l'a empêché de dîner , & l'a fait fortir à pied , de peur que son caroffe ne le fift attendre. L'entendez-vous crier , gronder , s'emporter contre l'un de ses domestiques, il est étonné de ne le point voir, où peut il estre, dit-il , que fait-il , qu'est-il devenu ?

[ocr errors]

qu'il ne se presente plus devant moy, je le chasse dés à cette heure : le valet arrive , à qui il demande fierement d'où il vient ; il luy répond qu'il vient de l'endroit où il l'a envoyé : & il luy rend un fidele compte de la commission. Vous le prendriez souvent pour tout ce qu'il n'est pas ; pour un stupide, car il n'écoute point, & il parle encore moins; pour un fou; car outre qu'il parle tout seul,il est sujet à certaines grimaces & à des mouveinens de tête involontaires pour un homine fier & incivil , car vous le fa. lüez,& il palle fans vous regarder, ou il vous regarde sans vous rendre le falut pour un inconsideré,car il parle de banqueroute au milieu d'une fainille où il y a cette tache ; d'execution & d'échafaut devant un hoinme dont le pere y a inonté; de roture devant des roturiers qui sont riches , & qui se donnent pour nobles. De même il a dellein d'élever auprés de soy un fils naturel sous le nom & le personnage d'un valet ? & quoy qu'il veuille le dérober à la connoissance de sa femme & de ses enfans , il luy échape de l'appeller son fils dix fois le* jour : il

a pris

a pris aussi la resolution de marier son fils à la fille d'un homme d'affaires & il ne laille

pas

de dire de temps en temps en parlant de sa maison & de ses ancetres;que les Menalques ne se sont jainais inesalliez. Enfin il n'est ny present ny attentif dans une coinpagnie à ce qui fait le fujet de la conversation , il pense , & il par le tout à la fois , mais la chose dont il parle , est rarement celle à laquelle il pense, auffi ne parle-t-il gueres consequemment & avec suite , où il dit Non, fouvent il faut dire Oy ; & où il dit Düy, croyez qu'il veut dire Non ; il a en vous répondant li juste les yeux fort ouverts, mais il ne s'en sert point ; il ne regarde ny vous, ny perfonne

, ny rien qui soit au monde ; tout ce que vous pouvez tirer de luy , & encore dans le tems qu'il est le plus appliqué & d'un meilleur commerce, ce sont ces mots. Oliy vrayement. C'est vray. Bon ! Tout de bon? Oüy-da! je pense qu'oüy , Alleurément. Ab ! Ciel! & quelques autres inonofyllabes qui ne sont pas même placez à propos.Iainais ausi il n'est avec ceux avec qui il paroît eftre: il appelle ferieuseinenc

Q

son laquais Monsieur ; & son ami , il l'apelle la Verdure : il dic Vôtre Reverence à un Prince du Sang , & Vörre Alteffe à un Iesuite. Il entend la Merse, le Prêtre vient à éternuer , il luy dit , Dieu vous aliste. Il se trouve avec un grand Magistrat ; cet homme grave par son caractere , venerable

par son âge & par sa dignité l'interroge

sur un évenement & lui demande si cela est ainsi , Menalque luy répond , Oly, Mademoiselle.

S L'incivilité n'est pas un vice de l'ame , elle est l'effet de plusieurs vices; de la forte vanité, de l'ignorance de ses devoirs, de la parelle, de la stupidité, de la distraction , du mépris des autres , de la jalousie : pour ne se répandre que sur les dehors, elle n'en n'est que plus haïllable, parce que c'est toûjours un défaut visible & manifeste ; il est vray cependant qu'il offense plus ou moins selon la cause qui le produit.

Dire d'un homme colere ; iné gal, querelleux , chagrin, pointilleux , capricieux, c'est son humeur, n'est pas l'excuser,comine on le croit ; mais ayoüer fans y penser que de fi grands défauts sont irreinediables.

Ce qu'on apelie humeur est une chose

trop negligée parmy les hommes; ils devroient comprendre qu'il ne leur suffit pas d'estre bons, mais qu'ils doivent encore paroitre tels, du moins s'ils tendent à eftre focia. bles capables d'union & de commerce , c'est à dire à estre des hoinmes : l'on n'exige pas des aines inalignes qu'elles ayent de la douceur & de la souplesse; elle ne leur manque jamais , & elle leur sert de piege pour surprendre les finples , & pour faire valoir leurs artifices : l'on delireroit de ceux qui ont un bon cæur qu'ils fussent toujours plains , faciics , complaisans ; & qu'il fut moins vray quelquefois que ce sont les méchans qui nuisent, & les bons qui font fouffrir.

s Le commun des hommes va de la colere à l'injure : quelques-uns en usent autreinent : ils offensent & puis ils se fâchent; la surprise où l'oiz est toûjours de ce procedé ne laisle

pas de place au reflentinent.

s Les hommes ne s'attachent pas allez à ne point inanquer les occa

[ocr errors][merged small][ocr errors]
« PreviousContinue »