Page images
PDF
EPUB

au Cimetiere: synelaye

pendant qu'elle se place ? elle le voit de front, n'en perd pas une seule parole ny le inoindre geste ; il y a une brigue entre les Prêtres pour la confeffer, tous veulent l'absoudre , & le Curé l'emporte.

9 L'on porte Crefus au Cimetiere de toutes ces inmenses richelles queloillake le vol & la concussion luy avoient acquises , & qu'il a épuisées par le luxe & par la bonne chere ; il ne luy est pas demeuré de

quoy

se faire enterrer ; il est mort insolvable, sans biens & ainfi privé de tous les secours: l'on n'a vû chez luy ny Julep, ny Cordiaux, ny Medecins , ni le moindre Docteur qui l'ait assuré de son salut.

$ Champagne au sortir d'un long di-monie ner qui luy enfle l'estomac,& dans les douces fumées d'un vin d'Avenay ou de Sillery ligne un ordre qu'on luy presente,qui ôteroit le pain à toute une province si l'on n'y reinedioit ; il est excufable, quel moyen de comprendre dans la

premiere heure de la digestion qu'on puisse quelque part m Jurir de faimn?

5 Sylvain de ses deniers a acquis de Borges la naissance & un autre nom ; il est

3 Enhague I iiij

[blocks in formation]
[merged small][ocr errors][merged small]

Seigneur de la parroisse où ses ageuils
payoient la taille: il n'auroit pû autre-
fois entrer Page chez Cleobule', & il est
son gendre.
Dorus passe en litiere par

la

voye Appienne, précedé de ses affranchis de de les esclaves qui détournent le peuple, & font faire place ; il ne luy manque que des licteurs ; il entre à Rome avec ce cortege,où il semble triompher de la ballelle & de la pauvreté de son pere Sanga.

On ne peut micux user de fa fora tunc que fait Periande ; elle luy don

du credit , de l'autorité ; déja on ne le prie plus d'accorder son amitié, on inplore la protection : il a commencé par dire de soy-mêine , un homme de ina forte , il passe à dire , un homme de ma qualité, il se donne pour cel , & il n'y a

tel , & il n'y a personne de ceux à qui il prête de l'argent ; ou qu'il reçoit à sa table , qui est délicate, qu'il veüille s'y opposer: fa demeure e ft superbe , un dorique regne dans tous ses dehors,

ce n'est

pas porte, c'est un porcique ; elt - ce la maison d'un particulier ? est-ce un Temple , le peuple s'y trompe : il

ne du rang:

re

unc

[ocr errors]

ces

est le Seigneur dominant de tout le
quartier ; c'est lui que l'on envie &
dont on voudroit voir la chûte , c'est
lui dont la feinme par son collier de
perles s'est fait des ennemies de tous,
tes les Dames du voisinage : tout fer?
foûcient dans cet homine

rien en-
core ne se dément de cette grandeur
qu'il a acquise , dont il ne doit rien, m?

fon

pere & fi caduc n'est-il morc il y a vingt ans & avant qu'il se fit dans le monde aucune mention de Periandre ! cominent pourra-t-il foûtenir odieuses pancartes qui déchiffreno les conditions & qui souvent font rougir la veuve & les heritiers : les. suppriinera-t-il aux yeux de toute une ville jalouse, inaligne, clairvoyante , & aux dépens de mille gens qui veulent absolument aller tenir leur rang à des obseques ? veut-on d'ailleurs qu'il fasse de son pere un Noble home me , & peuc-étre un Honnorable. hon.-me , qui lui est Meffire.

Combien d'homines resemblent à ces arbres déja forts & avancuz que l'on transplante dans les jardins , oui ils surprennent les yeux de ceux qui

ly

les voyent placez dans de beaux cra droits où ils ne les ont point veu croître, & qui ne connoissent ny leurs commenceinens, ny leurs progrés.

Si certains morts revenoient au

Comois dit monde , & s'ils voyoient leurs grands

bercourt.

[ocr errors]

Noms portez , & leurs Terres les
mieux titrées, avec leurs Châteaux
& leurs inaisons antiques possedécs
par
des

gens dont les peres étoient peut être leurs metayers ; quelle opinion pourroient-ils avoir de nôtre fiecle.

g Rien ne fait mieux comprendre le peu de chose

que

Dieu croit donner aux homines en leur abandona nant les richesses, l'argent, les grands. établissements & les autres biens, que la dispensation qu'il en fait & le genre d'hommes qui en sont le mieux pourvûs.

Si vous entrez dans les cuisines, où l'on voit reduit en art & en me: thode , le secret de flater vôtre goût & de vous faire manger all delà du neceffaire ; fi vous examinez en dé tail tous les apprêts des viandes qui doivent composer le festin que

l'on vous prepare ; G. vous regardez par

quelles inains elles passent , & toutes les formes differentes qu'elles prenent avant de devenir un mers exquis , & d'arriver à cette propreté & à cette élegance qui charınent vos yeux, vous font hesiter sur le choix & prendre le parti d'essayer de tout ; si vous voyez tout le repas

ailleurs que sur une table bien servie , quelles salerez ! quel dégoût ! Si vous allez derriere un Theatre , & si vous nombrez les poids, les roues, les cordages qui font les vols & les machines: Si vous considerez combien de gens entrent dans l'execucion de ces mouvemens, quelle force de bras,& quelle extension de nerfs ils y employent vous direz, font-ce là les principes & les ressorts de ce spectacle si beau , si naturel, qui paroît animé & agir de foy mêine z vous vous récrierez, quels efforts , quelle violence ! de méine: n'approfondissez pas la fortune. des. Partisans..

Ce garçon si frais, si fleuri,& d'uva Kicha pe li belle santé, est Seigneur d'une Abbaye & de dix autres benefices; tous cnfeinble lui

rapporçenc

six vingai mille livres de revenu, donc il. net

[ocr errors]
« PreviousContinue »