Page images
PDF
EPUB

blie pas son extraction & ses allian

ces ; Monsieur le Surintendant qui eft mon cousin , Madame la Chanceliere qui est ma parente , voilà son style. Il raconte un fait qui prouve le inécontentement qu'il doit avoir de les plus proches , & de ceux méme qui sont les heritiers ; ay-je tort , dit-il à Elise ? ay-je grand sujet de leur vouloir du bien ? & il' l'en fait juge. Il insinuë ensuite qu'il a une santé foible & languissante , & il parle de la cave où il doit être enterré. Il est insinuant, flatteur , officieux à l'égard de tous ceux qu'il trouve auprés de la personne à qui il aspire. Mais Elise n'a pas le courage d'être riche en l'epousant:on annonce au inoment qu'il parle un cavalier , qui de la seule

prefence démonte la batterie de l'homme de ville : il se leve déconcerté & chagrin, & va dire ailleurs qu'il veut se remarier. Le sage quelquefois évite le mon

d'écre ennuyé.

de, de peur

[ocr errors][merged small]

m! plement

UN

faire pein

Lorge

N homme fort riche peut man-
ger

des entremets
dre les lambris & ses alcoves, joüic
d'un Palais à la

campagne,

& d'un autre page, imettre un Duc dans sa famille , & faire de son fils un grand Seigneur, cela est juste & de son ressort : mais il apartient peut-érre à d'autres de vivre contens,

Une grande naissance , ou une grande fortune annonce le merite & ; le fait plûtot remarquer. S A inesure

que

la faveur & les grands biens se rerirent d'un hoinine , ils laislent voir en luy le ridicule qu'ils couvroient ; & qui y étoit fan's que personne s'en apperçut.

Ce qui disculpe le far ambitieux de son ambition, est le soin que l'on prend , s'il a fait une grande fortune, de luy trouver un merire qu'il n'a jamais eu , & aussi grand qu'il croit l'avoir, Deux Marchands étoient voisins

elle en

[ocr errors]

& faisoient le même coinmerce, qui ont eu dans la suite une fortune tollte differente : ils avoient chacun une fille unique , elles ont été nourrics enseinble, & ant vécu dans cette familiarité que donnent un inéme âge & une inême condition : l'une des deux

pour

se tirer d'une extréine misere cherche à se placer

tre au service d'une fort grande Dame & l'une des premieres de la Cour ; chez sa compagne.

ç Si l'on ne le voyoit de ses yeux, pourroit-on jamais s'imaginer l'étrange disproportion que le plus ou le inoins de pieces

de
inonnoye

inet entre les hoinines.

Ce plus ou ce moins détermine à l'Epée à la Robe ,ou à l'Eglise ; il n'y a presque point d'autre vocation.

Quelques-uns ont fait dans leur cunelle l'apprentissage d'un certain inétier, pour en exercer un autre & fort different le reste de leur vie.

g Un homine cit laid Guriham o'u taille,

peu
d'esprit ;

l'on me dit
à l'oreille , il a cinquante mille livres
de rente : cela le concerne tout seul
& il ne m'en fera jamais ni pis ni

co pu/hJam)

é Pug de

de petite

[ocr errors]

&a

[ocr errors]

morende

mieux ; li je commence à le regarder avec d'autres yeux , & li je ne suis pas maître de faire autrement quelle forcise !

Un projet assez vain seroit de vouloir tourner un hoinine forr for & fort riche en ridicule ; les rieurs font de son côté. IN** avec un portier rustre, fa

portier rustre, fagmenna! touche , tirant sur le Suisse ; avec un vestibule Sune antichambre, pour peu qu'il y false languir quelqu'un & fo morfondre : qu'il paroisse enfin avec une mine grave & une démarche mefurée , qu'il écoute un peu & ne reconduise point ; quelque subalterne qu'il soit d'ailleurs, il fera sentir de luy-même quelque chose qui approche de la consideration,

N'envions point à une forte delle pubbian gens leurs grandes richesles , ils les ont à titre onereux, & qui ne nous accommoderoit point : ils ont inis leur repos, leur santé, leur honneur & leur conscience pour les avoir ; cela est trop cher , & il n'y a rien à gagner à un tel marché.

ko'patriden Les P.T. S. nous font sentir toutes les passions l'une aprés l'autre:

à

gewonnenl petite recette à une sous forine; & par

l'on commence par le mépris à cause de leur obscuricé ; on les envie enfuite, on les hait, on les craint , on les estime quelquefois , & on les refpecte ; l'on vir assez pour finir à leur

égard par la compassion. Due pougny Sofie de la livrée a passé par une

les concussions, la violence & l'abus
qu'il a fait de ses pouvoirs, , il s'est
enfin sur les ruines de plusieurs fa- .
milles élevé à quelque grade ; deve-
nu noble

par une charge , il ne luy manquoit que d'étre homme de bien : une place de Mirguillier a fait ce

prodige. inghelisaný g Arfure cheminoit seule & à pied

vers le grand Portique de Saint ** encendoit de loin le Sermon d'un Carme ou d'un Docteur qu'elle ne voyoit qu’ubliquement , & dont elle perdoit bien des paroles ; sa vertu étoit obscure , & la devotion connuë commne sa personne : son mari est entré dans le buitiéme denier ; quelle inonstrueuse fortune en moins de fix années ! Elle n'arrive à l'Eglise que dans un chir, on luy porte une lourde queuë, l'Orateur s'interrompt

« PreviousContinue »