Page images
PDF
EPUB

rendres engagemens que l'on nous défend , qu'il est naturel de defirer du moins qu'ils fuflent permis : de fi grands charmes ne peuvent estre sure pallez que par celui de sçavoir y rea noncer par vertu.

[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

V de nen avoir aucun.

N caractere bien fade est celuy. 9. C'est le role d'un sor d'estre importun : un homine habile sent s'il convient,ou s'il ennuye ; il sçait disparoître le inomeno qui précede celuy où il seroit de trop quelque part.

g L'on marche sur les mauvais plai.. sans , & il pleut par tout païs de cette sorte d'insectes : un bon plaisant est une piece rare ; à un homme qui est né tel , il est encore fort délicat d'en soûtenir long-temps le personnage ; il n'est pas ordinaire

que celui qui fait rire se fasse estimer.

Il y a beaucoup d'esprits obscenes , encore plus de médisans ou de satiriques, , peu de délicats : pour badiner avec grate, & rencontrer heu-.. reusement sur les plus petits sujets, il faut

trop

de manieres , trop

de poli

teffe, & inême trop de fecondité ; c'est créer que de railler ainsi & faire quelque chose de rien.

Si l'on faisoit une ferieuse attention à tout ce qui fe dit de froid , de vain & de puerile dans les entretiens ordinaires , l'on auroit honte de parler ou d'écouter , & l'on se condamneroit peut-être à un silence perpe tuel, qui seroit une chose pire dans le commerce que les discours inutiles. Il faut donc s'accommoder à tous les esprits ; permettre comme un mal necessaire le recit des faufles nouvel. les , les vagues reflexions sur le gouverneinent present ou fur l'interêt des Princes, le debit des beaux sen. timens , & qui reviennent toûjours les inêmes ; il faut laisser Aronce parler proverbe, & Melinde parler de soy, de ses

vapeurs ,

de ses migrai. nes, & de ses insomnies.

L'on voit des gens qui dans les conversacions ou dans le

peu

de cominerce que l'on a avec eux vous dégoûtent par leurs ridicules expreffions, par la nouveauté, & j'ose" dire par l'improprieté des termes dont ils se servent , comine par

l'alliance de

[ocr errors]

certains mots qui ne se rencontrent ensemble

que

dans leur bouche , & à qui ils font signifier des choses que leurs premiers inventeurs n'ont jamais cu intention de leur faire dire. Ils ne suivent en parlant ny la raison, ny l'usage, mais leur bizarre genie , que

l'envie de toûjours plaisanter , & peut-être de briller, tourne infenfi. blement à un jargon qui leur est propre, & qui devient enfin leur idioma naturel; ils accompagnent un langage si extravagant d'un geste affcte & d'une prononciation qui eft contrefaite. Tous font contents d'eux-inêmes & de l'agrément de leur esprit , & l'on ne peut pas dire qu'ils en foient enrierement dénuez , mais on les plaint de ce peu qu'ils en one , & ce qui est pire, on en fouffie.

Que dites-vous? comment? je n'y fuis pas ; vous plairoit-il de recoinmencer ? j'y suis encore moins ; je devine enfin : vous voulez , Acis, me dire qu'il fait froid ; que ne disiezvous il fait froid; vous voulez m'apprendre qu'il pleut ou qu'il neige;dites, il pleut , il neige:vous me trou. vez bon visage , & vous desirez de.

vous ne vous en

m'en feliciter , dites , je vous trouve bon visage; mais, répondez-vous , cela est bien uni & bien clair , & d'ailleurs qui ne pourroit pas en dire autant : qu'importe , Acis, est-ce un si grand malheur d'étre entendu quand on parle, & de parler comme tout le monde ? une chofe vous manque, Acis, à vous & à vos semblables les diseurs de Phoebus défiez point, & je vais vous jetter dans l'éronnement, une chose vous manqne , c'est l'esprit ; ce n'est

pas tout,il y a en vous une chose de trop, qui eft l'opinion d'en avoir plus que les autres ; voilà la fource de votre pompeux galimathias , de vos phrafes embrouillées , & de vos grands inots qui ne signifient rien. Vous abordez cer homine , ou vous entrez dans cette chambre, je vous tire par vôtre habit & vous dis à l'oreille , ne songez point à avoir de l'esprit, n'en ayez point,c'est vôtre rôle ; ayez , fi vous pouvez, un langage simple , & tel que

l'ont ceux en qui vous ne trouvez aucun esprit peut-être alors croira-t-on que vous en avez. I Qui peut sc

promettre

d'éviter

« PreviousContinue »