Page images
PDF
EPUB

assez

je l'ai non seulement imité, selon vous, habilement, mais je l'ai corrigé partout, et vous n'osez dire, Monsieur , qu'il y ait rien perdu. L'entreprise était telle qu'avant l'exécution , tout le monde s'en serait moqué, parce qu'en effet il y avait très peu de per sonnes capables de l'exécuter. Les gens qui savent le grec sont cinq ou six en Europe; ceux qui savent le français sont en bien plus petit nombre. Mais ce n'est

pas

seulement le grec et le français qui m'ont servi à terminer cette belle copie, après avoir si heureusement rétabli l'original ; ce sont encore plus les bons auteurs italiens, d'où j'ai tiré plus que des nôtres, et qui sont la vraie source des beautés d'Amyot ; car il fallait , pour retoucher et finir le travail d'Amyot, la réunion assez rare des trois langues qu'il possédait et qui ont formé son style. Ainsi cette bagatelle, toute bagatelle qu'elle est, et des plus petites assurément, peu de gens la pouvaient faire.

Je comprends , Monsieur, que votre jugement n'est pas celui de tout le monde, et que ce qui vous a plu, semblera ridicule à d'autres; mais l'ouvrage n'étant connu que par votre rapport, la prévention du public, doit, pour le moment m'être favorable, et si cette prévention en faveur de ma traduction peut me faire absoudre du crime de lèse

manuscrit, je me moque fort qu'après cela on la trouve bonne ou mauvaise.

Qu'on examine donc si le mérite d'avoir complété, corrigé, perfectionné cette version que tout le monde lit avec délices, et donné aux savants un texte qui sera bientôt traduit dans toutes les langues, peut récompenser le crime d'avoir effacé involontairement quelques mots dans un bouquin que personne avant moi n'a lu , et que jamais personne ne lira. Si j'avais l'éloquence de M. Furia j'évoquerais ici l'ombre de Longus, et lui contant l'aventure, je gage qu'il en rirait, et qu'il m'embrasserait pour avoir enfin remis en lumière son oeuvre amoureuse. Vous pouvez penser la mine qu'il ferait à M. Furia, qui le laissait manger aux vers dans le vénérable bouquin.

J'ai l'honnenr d'être, Monsieur, etc. . Tiv li, le 20 septembre 1810. P. S. Est-ce la peine de vous dire, Monsieur, pourquoi je ne vous envoyai ni le texte, ni la traduction que je vous avais promise ? Accusé de spéculer avec vous sur ce fragment, dont je vous faisais présent, comme vous en convenez, le seul parti que j'eusse à prendre, n'était-ce pas de le donner moimême au public ? Je vous avoûrai aussi que

1

votre ambition m'alarmait. Si, pour m'avoir accompagné dans une bibliothèque, vous disiez et vous imprimiez à Milan : Nous avons trouvé, et nous allons donner un Longus complet , n'était-il pas clair qu'une fois maître et éditeur de ce texte, vous auriez dit, comme Archimède : Je l'ai trouvé. Vous et M. Furia, vous alliez vous parer de mes plus belles plumes, et je restais avec la tache d'encre que personne ne me contestait.. J'avais pensé faire deux parts; le profit pour vous, l'honneur pour moi : vous vouliez avoir l'un et l'autre, et ne me laisser que le pâté. Une pa . reille prétention rompait tous nos arrangements.

PÉTITION

AUX

DEUX CHAMBRES.

MESSIEURS,

Je suis Tourangeau; j'habite Luynes , sur la rive droite de la Loire , lieu autrefois considérable, que la révocation de l'édit de Nantes a réduit à mille habitants, et que l'on va réduire à rien par de nouvelles persécutions , si votre prudence n'y met ordre.

J'imagine bien que la plupart d'entre vous, Messieurs , ne savent guères ce qui s'est passé à Luynes depuis quelques mois. Les nouvelles de ce pays font peu de bruit en France et à Paris surtout. Ainsi je dois, pour la clarté du récit que j'ai à faire , prendre les choses d'un peu haut

. Il y a eu un an environ, à la Saint-Martin, qu'on commença chez nous à parler de bons sujets et de mauvais sujets. Ce qu'on entendait par-là, je ne le sais pas bien, et si je

de me

le savais , peut-être ne le dirais-je pas, de peur

brouiller avec trop de gens. En ce temps, François Fouquet , allant au grand moulin, rencontra le curé qui conduisait un mort au cimetière de Luynes. Le passage était étroit; le curé voyant venir Fouquet sur son cheval lui crie de s'arrêter ; il ne s'arrête point ; d'ôter son chapeau ; il le garde ; il

passe , il trotte, il éclabousse le curé en surplis. Ce ne fut pas tout; aucuns disent, et je n'ai pas peine à le croire, qu'en passant il jura, et dit qu'il se moquait (vous m'entendez assez) du curé et de son mort. Voilà le fait, Messieurs ; je n'y ajoute ni n'en ôte; je ne prends point, Dieu m'en garde , le parti de Fouquet, ni ne cherche à diminuer ses torts. Il fit mal ; je le blâme , et le blâmai dès-lors. Or, écoutez ce qui en advint.

Trois jours après , quatre gendarmes entrent chez Fouquet, le saisissent, l'emmènent aux prisons de Langeais, lié , garroté, pieds nuds, les menottes aux mains, et pour surcroît d'ignominie, entre deux voleurs de grand chemin. Tous trois , on les jeta dans le même cachot: Fouquet y fut deux mois, pendant ce temps sa famille n'eut , pour sub

d'autre ressource que la compassion des bonnes gens , qui dans notre pays , heureusement ne sont pas rares. Il y a chez nous

sister,

« PreviousContinue »