Nouvelle explication des hiéroglyphes ou des anciennes allégories sacrées des Égyptiens, utile à l'intelligence des monumens mythologiques des autres peuples: suivie d'un résumé alphabétique, Volume 2

Front Cover
Musee des Monumens français, 1810 - Egypt
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 136 - Cependant, sur le dos de la plaine liquide S'élève à gros bouillons une montagne humide : L'onde approche, se brise, et vomit à nos yeux Parmi des flots d'écume un monstre furieux. Son front large est armé de cornes menaçantes, Tout son corps est couvert d'écailles jaunissantes ; Indomptable taureau, dragon impétueux, Sa croupe se recourbe en replis tortueux; Ses longs mugissements font trembler le rivage.
Page 53 - Elle était, selon les anciens, un symbole de la jonction cruciale que forme l'écliptique avec l'équateur aux deux points du ciel qui répondent, d'un côté, entre les Poissons et le Bélier, et de l'autre, au centre de la Vierge... La Croix, devenue un objet d'adoration, n'était pour les initiés, qu'une image des équinoxes, lorsque le soleil, dans sa course annuelle, couvre successivement ces deux points ; cette figure céleste est donc, suivant qu'elle désigne le printemps ou l'automne,...
Page 23 - Apis, avant que de le conduire à Memphis, on le nourrissait pendant quarante jours dans la ville du Nil. Des femmes avaient seules l'honneur de le visiter et de le servir : elles se présentaient au divin taureau dans un déshabillé dont les prêtres auraient mieux connu les avantages que le dieu. Après la quarantaine, on lui faisait une niche dorée dans une barque; on l'y plaçait, et il descendait...
Page 146 - La jeune princesse fut donc exposée sur un rocher, et le monstre, sortant de la mer, était prêt à la dévorer, lorsque Persée, monté sur Pégase, vint à son secours, tua le monstre, brisa les chaînes d'Andromède, et l'épousa pour sa récompense.
Page 136 - ... L'onde approche, se brise, et vomit à nos yeux, Parmi des flots d'écume, un monstre furieux. Son front large est armé de cornes menaçantes ; Tout son corps est couvert d'écailles jaunissantes. Indomptable taureau, dragon impétueux, Sa croupe se recourbe en replis tortueux ; Ses longs mugissements font trembler le rivage, Le ciel avec horreur voit ce monstre sauvage.
Page 132 - Dircë par les cheveux, pour la faire déchirer sur les ronces et les rochers du Cithéron. Le thyrse et les festons indiquent que Dircé y é'ait venue pour célébrer les fêtes de Bacchus.
Page 16 - Dionysus le surnom de Nyséen. A chacune de ces divinités est élevée une colonne avec une inscription en caractères sacrés. Sur celle d'Isis, on lit : « Je suis Isis, reine de tout le pays; élevée par Hermès, j'ai établi des lois que nul ne peut abolir. Je suis la fille aînée de Saturne, le plus jeune des dieux. Je suis la femme et la sœur du roi Osiris. C'est moi qui ai la première trouvé pour l'homme le fruit dont il se nourrit. Je suis la mère du roi Horus. Je me lève avec l'étoile...
Page 16 - la nature, mère des choses, maîtresse des élémens, «le commencement des siècles, la souveraine des « dieux, la reine des mânes, la première des natures « célestes, la face uniforme des dieux et des déesses ; « c'est moi qui gouverne la sublimité lumineuse des «cieux, les vents salutaires des mers, le silence « lugubre des enfers: ma divinité unique est honorée (i) Gruter, page 83.
Page 148 - Tyndare et de Léda, il se rendit, par ses hauts faits, l'égal de Neptune ; comme lui, Castor fut le protecteur des navigateurs , et obtint l'apothéose. Suivant Apollodore, Castor, et Pollux son frère, fils de Jupiter, furent mis au nombre des Dieux marins, pour avoir purgé l'Archipel des piraies qui l'infestaient.
Page 86 - ... conquirent tout le pays qui s'étend dans les montagnes jusqu'au Caucase, et dans les plaines jusqu'à l'Océan et aux Palus-Méotides, ainsi que tout le territoire qui va jusqu'au fleuve Tanaïs. D'après les traditions mythologiques des Scythes, il naquit parmi eux une vierge, fille de la terre, ayant le corps d'une femme depuis la tête jusqu'à la ceinture , et pour le reste la forme d'un serpent. Jupiter eut d'elle un fils appelé Scythes qui , s'étant rendu plus célèbre qu'aucun de ses...

Bibliographic information