Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

nistériels. Il eut gain de cause dans ces affaires, et reçut d'un directeur général d'a. lors un accueil si gracieux, qu'on alla jusqu'à lui demander ce qu'on pouvait faire pour lui. « Rien,' répondit Courier. Je ne pré. » tends à rien , et ne me crois même propre » à rien.

Il dérogea pourtant à ce principe une fois dans sa vie, en se présentant pour une place d'académicien vacante par le décès de son beau-père Clavier. Mais il faut dire que c'é, tait

pour remplir une promesse faite à Cla vier à son lit de mort : et certes on eut lieu de s'applaudir de cette démarche, puisqu'on lui dut la Lettre à MM, de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, délicieuse satire des académies, académiciens et aspirants à l'être. Il y a tel nom que, après avoir lu cette lettre, on n'entendra jamais prononcer sans rire.

Dans la même année parut, sous le titre de Lettre particulière, le premier cahier de ce qu'on peut nommer ses Provinciales politiques. Car, au fond comme dans la forme, les pamphlets de Courier rappellent tout-à-fait les immortelles Lettres de Pascal. C'est la même force de log que, la même hauteur de pensée, la mêine finesse d'esprit avec plus de bonhomie encore, la même per

[ocr errors]

fection de style, la même variété de ton et de genre. Les Lettres au rédacteur du Censeur, qui furent insérées dans ce journal au mois d'avril de l'année suivante, commencèrent å populariser un peu

son nom,

et
par

suite à éveiller sur lui l'attention de l'autorité. Elle tâcha, au moyen d'une escobarderie ministérielle, de l'exclure des élections. Courier réclama avec force son droit d'électeur, dans une adresse à MM. du Conseil de préfecture de Tours ; et droit lui ayant été rendu, un propriétaire influent du département d'Indre-et-Loire voulut profiter de cette contestation pour le faire nommer député par la faction libérale. Mais comme il n'était d'aucune faction, la tentative échoua; et Courier écrivit alors sa Seconde Lettre particulière, où il mit en scène tout ce qui venait de se passer au collége électoral.

Jusque-là aucune poursuite n'avait été dirigée contre lui; aucune coterie ne l'avait prôné. Le cercle de ses lecteurs était donc fort restreint. Mais voilà qu'en 1821 il s'avise dans un Simple discours aux membres de la commune de Véretz, à l'occasion d'une souscription proposée par Son Excellence le Ministre de l'intérieur pour l'acquisition de Chambord, de dire sur cette mesure odieuse et impolitique ce que tout

[ocr errors]

le monde en pensait. Aussitôt l'apparition de ce pamphlet, un réquisitoire est lancé contre lui; il est traduit devant la cour d'assises, et contre toute justice, condamné à l'amende et à la prison. Pendant l'instruction du procès il demanda l'assistance de leurs prières Aux âmes dévotes de la paroisse de Véretz , et après son issue publia, sous le titre de Procès de Paul-Louis Courier, vigneron, etc., son interrogatoire, véritable scène de comédie ; un extrait du plaidoyer de M. de Broë, où il couvre cet avocat - général d'un ridicule que jamais homme ne mérita mieux'; le plaidoyer de son avocat, puis enfin quelques pages contenant ce qu'il eût allégué lui-même pour sa défense s'il eût eu l'habitude de la parole; pages comparables pour l'éloquence à ce que l'antiquité nous a laissé de plus parfait,

Non encore corrigé de la manie de raisonner avec le pouvoir, il ne se vit pas plutôt hors de prison, qu'il adressa aux Chambres une petition pour des villageois qu'on 'empêchait de danser.Remis en jugement, il en fut quitte cette fois pour une simple réprimande; mais comprenant que la liberté d'imprimer n'existait plus pour lui, il prit dès lors le parti de s'adresser à une presse clandestine. Ce fut ainsi que virent le jour

1

successivement les deux Réponses aux ano-
nymes , le Livret de Paul-Louis, la Gazette
du village , et la pièce diplomatique signée
Louis , plus bas de Villèle. On chercha
vainement à le prendre sur le fait. Le petit
nombre d'amis en qui il se fiait assez pour
leur avouer ces pamphlets, n'auraient su
dire eux-mêmes comment il s'y prenait pour
les faire imprimer, « J'écris deux ou trois
» pages, disait-il en riant, je les jette dans
» la rue; et elles se trouvent imprimées.

Le reste de son temps était consacré à une
traduction d'Hérodote. Encouragé par le
succès général de celles des Pastorales de
Longus, et de l'Ane de Lucien, il voulait
appliquer le même système au père de l'his-
toire. Beaucoup de gens, après avoir lu le
fragment qu'il publia en 1822, tâchèrent de
le détourner de cette entreprise. Mais il n'y
eut personne qui ne fût ravi de la préace

y avoit jointe; préface d'une dixaine
depages seulement, où les idées se comptent
pour
ainsi dire

par

les mots.
Deux ans plus tard parut le Pamphlet
des pamphlets, qui fut le champ du cygne.
Get ouvrage ferme si admirablement la no-
ble carrière qu'il avait parcourue sans relâ-
che pendant neuf ans, qu'on ne peut se
défendred'y lire un vague pressentiment de

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

sa fin prochaine. D'autant mieux que déjà il s'était fait dire dans le Livret : « Paul-Louis, » les cagots te tueront. » Toujours est-il

que, dans un voyage qu'il fit chez lui au commencement de l'année 1825, il trouva la mort à quelques pas de sa maison. Qui fut l'assassin ? Comme on ne peut former là-dessus que des conjectures, il est juste et prudent de garder le silence. · Il faut se taire aussi sur l'étendue d'une telle perte, parce que nulle expression ne saurait la rendre , nulle intelligence la mesurer. A la verve de Rabelais, à la raison de Pascal, unissant tout l'esprit de Voltaire, il était seul capable de reprendre la lutte contre les prêtres où celui-ci l'avait laissée, et il se proposait sérieusement de l'essayer dans une suite de pamphlets clandestins qui eussent paru chaque semaine. On en verra un premier échantillon à la fin de ce recueil. Bien d'autres projets roulaient dans son esprit, dont l'accomplissement eût peut-être hâté la fin du triste régime qui menace l'avenir de la France!

Quant aux memoires de sa vie, dont il avait écrit une bonne partie sous forme de dialogues , et au précieux recueil des lettres à lui adressées par les ci-devant Brutus qui maintenant encombrent les antichambres

« PreviousContinue »