Page images
PDF
EPUB

HISTOIRE

ANCIENNE
DES EGYPTIENS,

DES CARTHAGINOIS
DES ASSYRIENS,

DES BABYLONIENS,
DES MEDES ET DES PERSES

DES MACEDONIENS,
32457 DES GREC $. 3265%
Par M. ROLLIN, ancien Recteur de l'U.
niversité de Paris, Professeur d'Eloquace
au College Roial, Asocié à l'Académie
Roiale des Inscriptions 3 Belles-Lettres,
TOME ONZIEME.

Préniere Partie..

30

A PARIS
Chez la Veuve ESTIENNE, Libraite,
rue saint Jacques, vis-à-vis la rue

du Plâtre, à la Verte..

MDCCLI.
Avec Approbation & Privilege dui Kuik.

[ocr errors]

REAL
ACADEMI
LATINA

[ocr errors][ocr errors]

AVERTISSEMENT

DE L'AUTEUR.

[ocr errors]

ET ONZIEME Volume,

qui contient huit cent pages, s'est trouvé d'une grosseur si énorme, qu'on s'est cru obligé de le diviser pour la commodité des Lecteurs, & de le couper en deux Tomes.

Le Traité des Arts & des Sciena ces m'a conduit bien plus loin que je ne pensois, & il occupera encore le douziéme Volume tout entier au moins. Je me fuis repenti plus d'une fois de m'être engagé dans une entreprise, qui demanderoit un grand nombre de connoiffances, & même portées à une grande perfection , pour donner de chacune une idée juste, précise, complette. Faé

bier

[ocr errors]

bientôt senti qu'elle étoit infiniinent au-dessus de mes forces; & j'ai tâché de suppléer à ce qui me manquoit, en profitant du travail des plus habiles en chaque Art pour me conduire dans des routes, dont les unes. m'étoient peu familieres, & les autres entiérement inconnues.

J'envisageois, avec une fecrette joie, la fin. prochaine de mon travail, non pour me livrer à une molle & frivole oisiveté. qui ne convient point à un honnêre homme , & encore moins à un Chrétien ; mais pour jouir d'un tranquille repos, qui me: permettroit de ne plus emploier ce qui peut me rester encore: de jours à vivre, qu'à des études & à des lectures propres à me: fanctifier moi-même, & me préparer à ce dernier moment qui doit décider pour toujours de notre sort.. Il me fe:nbloit , qu'après avoir travaillé pour les autres pendant plus de cinquante ans, il devoit m'être permis de ne travailler plus que pour moi, & de renoncer absolument à l'étude des Auteurs profanes, qui peuvent plaire à l'esprit , mais qui font incapables de nourrir le creur. Une forte inclination me portoit à prendre ce parti, qui me paroissoit toute à-fait convenable, & presque nécessaire

Cependant les desirs du Put blic, qui ne sont pas obscurs fur ce sujet , m'ont fait naître quelque doute. Je n'ai pas voulu me déterminer moi-mê me,

ni prendre pour regle de ma conduite mon inclination feule. J'ai consulté féparément des amis sages & éclairés, qui m'ont tous condanné à entré prendre l'Histoire Romaine : j'entends celle de la République. Une conformité de fentimens si peu fufpecte ma frapé ;

« PreviousContinue »