Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

AN CIE N N E
DES ÉGYPTIENS,
DES CARTHAGINOIS,

DES ASSYRIENS,
DES BABYLONIEŃ S.,
DES MEDES ET DES PERSES,
DES MACÉDONIENS,

DES GRECS.

Par M.ROLLIN , ancien Recteur de l'Unie

versité de Paris, Professeur d'Eloquence au
Collége Royal, & Asocié à l'Académie Royale
des Inscriprions & Belles-Lettres.

TOME SECOND.
N O U V E L L'E É DIT I OM

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

LEEST

[ocr errors]

A PARIS,
Chez les Freres ESTIENNE, rue St. Jacques,

à la Vertu,

M. DCC. L X X V.
Avec Approbation & Privilege du Roi.

[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors]

HISTOIRE

DES

ASSYRIENS.

e af speak of safe aftafe spate age af of shrate AVANT-PROPOS.

[ocr errors]

S. I.

[ocr errors]

Réflexions sur la variété des Gouvernemens.

A multiplicité de Gouverne

mens parmi les peuples dont L

j'ai à parler , offre d'abord aux yeux & à l'esprit un spectacle

bien digne d'attention, & montre l'étonnante variété que le souverain Maître du monde a mise dans les empires qui le partagent, par la différence d'inclinations & de meurs qui le rencontrent dans chacune des nations. On reconnoît en cela le caractere de la Divinité, qui toujours semblable à elle même dans tous fes ouvrages, le plaît à y peindre sous niille différentes formes , & à y faire éclater sa

y sagesse infinie , & par une fécondité merveilleuse , & par une admirable fimplicité : sagesse, qui de toutes les parties de

[ocr errors]

A a

[merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

l'univers, aussi bien que de toutes les pro

dụctions de la nature, quoique multipliées & diversifiées en une infinité de manieres, fait former un ouvrage unique , & com

& poser un tout parfaitement régulier.

Dans l'Orient c'est le Gouvernement Monarchique qui domine : lequel entrai, nant avec loi une pompe majestueuse, & une hauteur presque inséparable de l'autorité souveraine, conduit naturellement à exiger des sujets un respect plus marqué & une foumission plus entiere. A l'égard de la Gréce, il semble qu'un souffle de liberté & un esprit républicain s'étoit répandu dans tout le pays , & avoit inspiré presque à tous les peuples qui l'habitoient un violent desir de l'indépendance , diversifiée néanmoins fous différentes fortes de Gouvernemens , mais tous également ennemis de l'assujettissement & de la servitude. Ici c'est le peuple qui commande, & c'est ce qu'on appelle Démocratie : là c'est l'assemblée des fages & des anciens, connue sous le nom d'Aristocratie ; dans une autre République, c'est un petit nombre d'hommes choisis & puissans, & qui se nomme Oligarchie ; dạns quelques - unes c'est un mêlange de toutes ces parties ou de plusieurs d'entr'elles , & quelquę. fois inême de la Royauté.

On sent bien que cette variété de Gouvernemens , qui tendent tous à une même fin, quoique par des voies différentes contribue beaucoup à la beauté de l'uni,

[ocr errors]

a

Vers , & qu'elle n'a pu venir que de celui qui le gouverne avec une fageffe infinie & qui met par-tout un ordre & une fùmmés trie, dont l'effet eft de lier toutes les parties entre elles , & par là de les rappeller toutes à l'unité. Car, bien que parmi ces différentes fortes de Gouvernemens les uns soient préférables aux autres, il est vrai néanmoins de dire , qu'il n'y a point de puis-Roms, 15. 1. fance qui ne vienne de Dieul, & que c'est lui qui a établi toutes celles qui sont sur la terre.

Tout usage de cette puissance, ni toute voie pour y entrer , ne sont pas de Dieu quoique toute puiffance soit de lui : & fî l'on voit ces Gouvernemens dégénérer quelquefois en violence, en faction's, en del

? potisme, en tyrannie, ce n'est qu'aux pasfions des hommes qu'il faut attribuer ces désordres , qui sont directement contraires à l'institution priinitive des Etats, & qu'une fageffe fupérieure fait faire rentrer dans l'ordre , en les faisant servir à l'exécution de ses desseins toujours pleins d'équité & de justice.

Ce spectacle , comme je l'ai déja dit, est bien digne de notre attention & de notre admiration ; il se développera peu-à

; peu à mesure que j'avancerai dans l'expofition de l'histoire ancienne , dont il fait ce me semble une partie effentielle. C'est pour y rendre les esprits attentifs , que je me crois obligé d'ajouter au récit des faits & des événemens ce qui regarde les mours & les coutunes des peuples , parce que

« PreviousContinue »