Page images
PDF
EPUB

entière. On dirait à son enthousiasme, que la Nation est assemblée pour discuter ses intérêts les plus chers; et les grands Ecrivains de cette époque se présentent à l'imagination comme des Orateurs introduits dans son sein, moins pour obtenir ses suffrages que pour éclairer ses discussions.

C'est devant ce concours de la Nation que Buffon trace l'histoire de l'Homme et de la Nature ; que Voltaire peint le génie et le caractère des Peuples ; que Montesquieu révèle la pensée et fixe les devoirs des Législateurs ; que Rousseau dévoile le coeur de l'homme, et proclame les principes d'une morale éternelle.

Un autre, écriyant l'histoire des établissemens européens en Asie et dans le Nou- . veau-Monde, attire sur ses travaux l'attention intéressée de toutes les Puissances mari. times et commerciales (1). Un autre , empruntant la voix d'un illustre Citoyen d'A

(1) Raynal, justement célèbre, non pour de vaines déclamations condamnées par le goût comme par la sagesse, mais pour ses recherches toujours profondes et ses vues souvent lumineuses.

thènes, montre dans les seuls principes d'une · morale raisonnée, les véritables ressorts d'un

sage Gouvernement (1). Un autre, plus entreprenant, cherche dans un ouvrage sur l’Esprit humain, des bases universelles et constantes à la Morale elle-même et à la Législation ( 2 ). D'autres enfin appellent

(1) Les Entretiens de Phocion, par Mabli, le plus loué, mais non pas selon moi, le meilleur de ses ouvrages. Les Observations sur l'Histoire de France me paraissent, je l'avoue, fort supérieures , et le véritable titre de Mabli à une gloire durable, Il y a dans ce livre des connaissances et, ce qui vaut mieux, des lumières. Nul encore n'a répandu plus de jour sur les origines et les révolutions de nos institutions monarchiques : et l'on sait que ses réflexions sur les règnes où la prérogative royale a pris le plus d'accroissement, ne sont pas indignes , malgré quelques erreurs, d'être méditées par les Philosophes et par les Hommes d'État. · (2) Helvétius. Heureux si, dans l'Ouvrage célèbre où il développe avec éclat des vérités très-fécondes, il n'avait pas revêtu d'un style ingénieux et rapide une doctrine désolante ou du moins de funestes erreurs ! Comment cette ame noble et généreuse a-t-elle done paru confondre l'amour de soi-même et l'égoïsme? Pourquoi, donnant pour mobile aux actions humaines l'intérêt, cet homme dont la vie fut toujours pure, n'a-t-il pas su démêler en lui-même cet intérêt moral sans le. quel on n'expliquera jamais une conduite vertueuse? Ses actions ont réfuté son Livre ; il s'était calomnié.

[ocr errors]
[ocr errors]

l'attention de tous les hommes éclairés et la vigilance du Gouvernement sur l'industrie, sur le commerce, et plus encore sur l'agriculture, trop négligée par Colbert. Ils remontent à toutes les sources de la richesse des nations, préparent dans nos finances des réformes salutaires, autorisent dans leur siècle de passagères erreurs , et laissent à la postérité des bienfaits durables.

[ocr errors]

Unissant donc leurs efforts, consacrant leurs veilles à l'étude générale de la Nature, de l'Homme, de la Morale , de l'Administration ou des Lois , tous ces Ecrivains philosophes semblaient se proposer un but plus utile que la fortune, plus grand que la renommée. Ainsi passa dans leurs mains le sceptre de l'opinion publique. Une Nation passionnée pour la gloire et pour les plaisirs, sembla l'offrir par acclamation à ceux qui faisaient alors et ses plus nobles plaisirs, et sa plus éclatante , ou plutôt son unique gloire.

O

Tandis que ce Peuple sensible et grand, fait pour tous les genres de triomphes, mais alors retenu par une Administration faible,

trop au-dessous de lui-mêine et de ses destinées , n'éprouvait plus que des revers , ses Philosophes, ses Ecrivains, conservaient et agrandissaient encore en Europe są réputation, que ses Généraux et ses Ministres semblaient devoir avilir. En donnant tant de splendeur à son existence nationale, ils embellissaient aussi les jours de son existence civile. Ils avaient fait de Paris la véritable Métropole des lettres, des connaissances humaines ; et les hommes instruits, les savans dans les genres les plus divers , qui venaient de toutes les parties du Monde étudier dans son sein la philosophie ou les arts, s'y trouvaient tous dans leur patrie.

· Le Théâtre offrait à leurs yeux les plus ravissans spectacles. La révolution que le génie de Voltaire avait faite dans le Poème tragique, le talent des le Kains, des Clairons et des Dumesnils l'opérait dans sa représentation. Ils y mettaient plus d'action, d'éclat et de véhémence. La vérité de leur jeu , leur déclamation savante, faisaient paraître dans tout leur lustre les chefs-d'ouvres de ce grand , Maître, et savaient encore embellir d'autres ouvrages inférieurs sans doute, mais bien

se

supérieurs du moins aux drames long-tems fameux, de tous ces tragiques efféminés qui dans le siècle même de Racine , avaient osé se disputer les débris de son héritage. Le Franc yoyait se multiplier les représentations de Didon ; Saurin , de Spartacus ; Lemierre, d'Hypermnestre ; Dubelloy, du Siége de Calais ; la Harpe écrivait Mélanie ; et Guiinond de la Touche devenait célèbre par le succès de la seule Iphigénie en Tauride.

L'étranger qui venait dans nos murs chercher des lumières et des plaisirs, passait-il de ces spectacles enchanteurs dans nos cercles alors célèbres, il y trouvait encore la Littérature et les Arts; des gens de lettres qui possédaient les agrémens, l'urbanité de l'homme du monde; des gens du monde et des femmes mêine, en qui l'on reconnoissait l'habitude de réfléchir et le goût raisonné de l'homme de lettres. Ces études, ces lumières brillaient dans tous les entretiens, animaient toutes les réunions. La célébrité d'un bon ouvrage en devançait la publication ; ses lectures étaient des fêtes , son apparition un événeinent public. Chaque jour voyait s'ouvrir de nouvelles Sociétés littéraires, se former de

[ocr errors]

es

« PreviousContinue »