Page images
PDF
EPUB

1. 10, Juftin. 1. 13. Diod.

pas le jugement bien fain depuis une
grande maladie quil avoit eue dans
fon enfance, caufée, à ce qu'on pré-
tendoit, par des breuvages que lui
avoit fait donner Olympias, & qui
lui troublèrent l'efprit. Cette Princeffe
ambitieuse, craignant que les bonnes
qualités qu'elle voioit paroitre dans
Aridée ne devinffent un obftacle à la
grandeur de fon fils Alexandre, crut
devoir prendre les criminelles pré-
cautions dont je viens de parler. L'in-
fanterie étoit déclarée contre ce Prin-
ce, & elle avoit à fa tête Ptolémée
& d'autre Chefs d'un grand nom,
qui commencérent à fonger, chacun
de fon côté, à leur propre établiffe-
ment. Car il fe fit alors une fubite ré-
volution dans l'efprit de ces Officiers
qui leur fit dédaigner tout d'un coup
l'état de particulier, & tout établif-
fement dépendant & fubalterne, pour
afpirer à la fouveraineté, à laquelle
aucun d'eux n'avoit jamais pensé, &
ne fe feroit pas même cru capable de
prétendre.

[ocr errors]

Q. Cert, Ces difputes, qui occupoient tous les efprits, furent caufe que le corps d'Alexandre demeura fept jours fans être enfeveli, & fi l'on croit quel

C. 28.

ques

ques Auteurs, fans éprouver la corruption. Il fut enfuite livré aux Egyptiens & aux Caldéens qui l'embaumérent à leur maniére, & un Aridée, autre que celui dont je viens de parler, fut chargé du foin de le faire tranfporter à Alexandrie.

Après, beaucoup d'agirations & de troubles, les principaux Officiers s'étant abouchés dans une conférence dout on avoit convenn, il fut arrété d'un commun confentement qu'Aridée feroit Roi, ou plutôt qu'il auroit l'ombre de la roiauté. Ce qui devoit Pexclure du trône, je veus dire l'imbécillitè de fon efprit, fut précisément la raifon qu'on eut de l'y faire monter, & qui réunit tous les fuffrages en fa faveur. Elle laiffoit à chacun fes efpérances & fes prétentions, & les, couvroit. On convint dans la même

affemblée, que, fi Roxane, qui étoit groffe de fix ou huit mois, avoit un fils, il feroit joint à Aridée, & mis fur le trône avec lui. Perdiccas, à qui Alexandre en mourant avoit laiffé fon anneau, fut chargé de la perfonne du Prince comme une efpéce de Tuteur & fut etabli Régent du roiaume. La même Affemblée, quelque ref pec

pect qu'elle eût pour la mémoire d'A lexandre, caffa quelques-unes de fes difpofitions énoncées dans fes régistres, qui auroient été ruineufes à l'Etat, & qui en auroient épuifé les finances. Il avoit ordonné qu'on élèveroit fix temples magnifiques en certaines villes qu'il marquoit, & il avoit fixé le prix de chacun à cinq cens talens, c'est à dire à cinq cens mille écus. Il vouloit qu'on bâtit au tombeau de Philippe fon pere une pyramide, qui ne le cédât en rien pour la grandeur & la magnificence à celle d'Egypte qui paffoit pour une des fept merveilles du monde. Il y avoit encore d'autres dépenfes de ce genre qui furent fagement abrogées.

Peu de tems après Roxane accou cha d'un fils, qu'on appella Alexandre, & il fut reconnu pour Roi conDiod. 1. jointément aves Aridée: mais l'un & 18.p.587. l'autre n'en avoient que le nom. L'auJuftin. 1. torité étoit toute entiére entre les 13. c. 4. mains des grands Seigneurs & des Q Curt 1. Généraux, qui avoient partagé en10. s. 10. tr'eux les provinces.

588.

En Europe, la Thrace & les ré gions voifines furent confiées à Lyfimaque la Macédoine, Epire, &

la

la Grèce à Antipater & à Cratêre.

En Afrique, l'Egypte & les autres conquêtes d'Alexandre dans la Libye & la Cyrénaïque, furent laiffées à Ptolémée fils de Lagus, avec la partie de l'Arabie qui avoifine l'Egypte. Et c'eft de ce tems, vers l'Autonne au mois de Thot, qu'on commence à compter les années de l'Empire des Lagides en Egypte, quoique Ptolémée n'ait pris le nom de Roi qu'environ dix-fept ans après, conjointément avec les autres fucceffeurs d'Alexandre.

Dans l'Afie Mineure, la Lycie, la Pemphylie, & la grande Phrygie, furent données à Antigone: la Carie à Caffandre: la Lydie à Ménandre: la petile Phrygie à Léonat; l'Arménie à Neoptolème: la Cappadoce & la Paphlagonie à Eumène. Ces deux provinces n'avoient jamais été bien foumises aux Macédoniens. Ariarathe, Roi de Cappadoce, continuoit à les gouverner comme auparavant, Alexandre aiant paffé avec tant de rapidité à fes autres conquêtes, qu'il ne voulut pas s'amufer à le réduire toutà-fait, & fe contenta d'une légére foumiffion.

La

La Syrie & la Phénicie échurent à Laomédon des deux Médies, l'une Atropate, & l'autre à Perdiccas : la Perfe, à Peucefte: la Babylonie à Archon: la Méfopotamie, à Arcéfilas: la Parthie & l'Hyrcanie, à Phratapherne: la Bactriane & la Sogdiane, à Philippe ; & d'autres régions, à des Généraux dont les noms font peu

connus.

Séleucus, fils d'Antiochus, fut mis à la téte de toute la cavalerie des Alliés, ce qui étoit une place confidérable & Caffandre, fils d'Antipater, à la tête des compagnies des Gardes.

La haute Afie qui approche des Indes, & les Indes même, furent laiffées entre les mains de ceux qu'Alexandre y avoit établis pour Gouver

neurs.

Il en fut de même prefque généralement pour toutes les provinces Maccab. que je viens de nommer : & c'est dans 1. 1. n. 6. ce fens que la plupart des Interpré

&7.

tes expliquent l'endroit des Maccabées ou il eft dit qu'Alexandre, aiant: apellé les Grands de fa Cour qui, avoient été nourris avec lui, leur partagea fon roiaume de fon vivant. En effet il eft alfés vraisemblable que ce.

« PreviousContinue »