Page images
PDF
EPUB

Qu'il eut placé l'indépendance avant la gloire & la majesté; que devenoit l'harmonie ? ,, Il leur apprend (dit-il en par

lant des Rois) il leur apprend leurs

devoirs d'une maniere fouveraine 99

& digne de lui... Qu'il eût dit seus lement d'une muniere digne de lui

woy d'une maniere absolue. & digne de lui ,l'expression perdoit fa gravité : : c'est le son déployé sur la pénultieme de sous veraine qui en fait la pompe...,

Si elle eut de la joie de régner fur ninę: grande nation (dit-il de la » Reine d'Angleterre) c'est

parce qu'el s le pouvoit contenter le délir įmmense qui sans cesse le follicitoit à fai

Retranchez l'épithéte immense, fubftituez-y celle d’extrême , ou telle autre qui n'aura pas cette nazale volumineuse : ; l'expression ne peindra plus rien,

Éxaminons du même Orateur le ta. bleau qui termine l'Oraison funébre du grand Condé. ». Nobles rejettons

de tant de Rois :: lumjeres de la ... France, mais aujourd'hui obscurcies 99 & couvertes de votre douleur com.., me d'un nuage, venez voir 'le peu .., qui vous reste d'une fi auguste nail» fance, de tant de grandeur, de tant

... re du bien.

[ocr errors]

.., de gloire. Jettez les yeux de toutes •, parts : voilà tout ce qu'a pu faire

la magnificence & la piété pour honorer un héros. Des titres, des infcriptions , vaines marques de ce qui n'est plus; des figures qui semblent pleurer autour d'un tombeau , &

de fragiles images d'une douleur „ que le tems emporte avec tout le reste

; des colonnes qui semblent vouloir porter jusqu'au ciel le mag.

nifique témoignage de votre néant. Quel exemple du style harmonieux ? Obfcurcies & couvertes de votre douleur n'auroit peint qu'à l'imagination, comme d'un nuage rend le tableau fensible à l'oreille. Bossuet pouvoit dire les déplorables restes d'une si auguste naisance ; mais pour exprimer son idée il ne lui falloit

pas

de grands soins : il a préféré le peu qui refte , & a reservé la pompe de l'harmonie pour la naissance, la grandeur & la gloire, qu'il a fait contraster avec ces foibles sons. La même opposition se fait sentir dans ces mots, vaines marques de ce qui n'est plus. Quoi de plus expreffif à l'oreille que ces figures qui semblent pleurer āui tour d'un tombeau ! C'est la lenteur d'un ne pompe funébre. Et que l'on ne di

[ocr errors]

se pas que le hasard produit ces effets ; je découvre par-tout dans les bons Ecrivains les traces du sentiment ou de la réflexion : si ce n'est point l'art, "c'est le génie : car le génie est l'inftinct des grands hommes. Il suffit de lire ces paroles de Fléchier dans la péroraison de Turenne :

Ce grand homme étendu sur ses propres tro-

phées , ce corps pâle & sanglant ), auprès duquel fume encore la fou, dre qui l'a frappé. ,, Il suffit de les lire à haute voix pour sentir l'harmonie qui résulte de cette longue suite de fyllabes tristement sonores, terminées tout-à-coup par ce dipirriche , qu l'ā frāppe. Dans le même endroit, au"lieu de la religion & de la patrie ēplorée, que l'on dife, de la religion & de la patrie en pleurs , il n'y a plus aucune harmonie ; & cette différence si senfible pour l'oreille , dépend d'un dichorée sur lequel tombe la période : effet singulier de ce nombre, dont on peut voir l'influence dans presque tous les exemples que je viens de citer

& qui dans notre langue, comme dans celle des Latins, conserve sur l'oreille le même empire qu'il exerçoit du tems de Cicéron (a). (A): Filli temeritas comprobavit,

..Je n'ai fait. fentir jusqu'à présent qu'une harmonie majestueuse & fombre, parce que j'en ai pris les mode: les dans des discours où tout, respirę la douleur. Mais dans les momens tranquilles , dans la peinture des douces emotions de l'ame, dans les tableaux naïfs & touchans , l'Eloquence françoise a mille exemples du pouvoir & du charme de l'harmonie, Lisez les discours enchanteurs que le vénérable Maffillon adressoit à un jeune Roi; vous verrez combien la mélodie des paroles ajoûte à lonction céleste de la sagesse. & de la vertu.

Le Poeme épique est encore plus varié dans son harmonie ; mais par malheur nous avons peu de Poèmes prose que l'on puisse citer comme des modeles du style harmonieux : il femble que

les Traducteurs n'aient pas même . eu la pensée de substituer à l'harmonie des Poétes anciens les noms bres & les mouvemens dont notre langue étoit capable. Cependant onen: trouve plus d'un exemple dans la traduction du Paradis perdu & dans celle: de l'Iliade ; quoi quen disent les pare. tisans trop zélés de nos vers , lorsque; danis Homere la terre est ébranlée d'un

en

[ocr errors]

coup du trident Neptune , l'effroi de Pluton qui s'élance de son trône est mieux peint par ces mots de Madame Das cier que par l'hémistice de Boileau Pluton fort de son trône. Et lorsqu'elle dit des enfers : » Cet affreux féjour » demeure éternelle des ténébres & » de la mort, abhorré des hommes jj & craint même des dieux »; sa:profe me semble 'même du côté de l'harmonie , au-deffus des vêrs :

Cet empire odieux Abhorré des mortels & craint même des dieux, où l'on ne trouve rien de semblable à ees nombres , demeure éternelle des ténébres & de la mort. L'Amateur du Télémaque excelle dans les situations paisibles. Sa profe mélodieufe & tendre exprime le caractere de son ame, la douceur & l'égafité; mais dans les mouvemens où l'expression demanderoit des mouvemens brufques & rapides ; son style n'y.répond pas assez. On voit dans les mêmes tableaux, des exemples du charme naturel de fon harmonie & du défaut de vigueur qu'on lui reproche : Jettons les yeux sur la description

avec fon.

« PreviousContinue »