Procès-verbal de l'Assemblée des communes et de l'Assemblée nationale, 1789-1791, Volume 1

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 7 - de mes Sujets, j'ai donné ordre aux Troupes de s'éloigner de Paris et de Versailles. Je vous autorise et vous invite même à faire connoître mes dispositions à la Capitale ». Ce Discours du Roi a été interrompu à diverses reprises par les applaudissemens les plus vifs, et SA MAJESTÉ a vu que
Page 4 - NATIONALE , considérant qu'appelée à fixer la Constitution du Royaume , opérer la régénération de l'ordre public , et maintenir les vrais principes de la Monarchie , rien ne peut empêcher qu'Elle ne continue ses délibérations dans quelque lieu qu'elle soit forcée de s'établir, et qu'enfin par-tout où ses Membres sont réunis, là est
Page 4 - NATIONALE ; Arrête , que tous les Membres de cette Assemblée prêteront, à l'instant , Serment solemnel de ne jamais se séparer , et de se rassembler par-tout où les circonstances l'exigeront , jusqu'à ce que la Constitution du Royaume soit établie et affermie sur des fondemens solides ; et que ledit Serment étant pr,êté , tous les Membres , et chacun d'eux en particulier , confirmeront par leur signature cette résolution inébranlable.
Page 1 - à aucun desdits attentats , de quelque » part qu'ils fussent ordonnés , sont infâmes » et traîtres envers la Nation , et coupables » de crime capital. L'AsSEMBLÉE NATIONALE » arrête que , dans les cas susdits elle pren» dra toutes les mesures nécessaires pour » faire rechercher , poursuivre et punir ceux » qui en seront les auteurs , instigateurs
Page 11 - interprète de la Nation , déclare « que M. Necker , ainsi que les autres Ministres qui viennent d'être éloignés , emportent aves eux son estime et ses regrets. » Déclare qu'effrayée des suites funestes que peut entraîner la réponse du Roi , elle ne cessera d'insister sur l'éloignement
Page 7 - par mon caractère connu ? Eh bien ! c'est moi qui ne suis qu'un avec ma Nation, c'est moi qui me fie à vous ! Aidez-moi dans cette circonstance à assurer le salut de l'Etat ; je l'attends de
Page 12 - qu'ils puissent avoir , sont personnellement responsables des malheurs présens , et de tous ceux qui peuvent suivre. » Déclare que la dette publique ayant été mise sous la garde de l'honneur et de la loyauté Françoise , et la Nation ne refusant pas d'en payer les
Page 6 - le voilà : ce Peuple qui vous idolâtre , ce Peuple que votre seule présence enivre , et dont les sentimens pour votre Personne sacrée ne peuvent jamais être l'objet d'un doute. Regardez, SIRE ; consolez-vous en regardant tous ces Citoyens de votre Capitale. Voyez leurs yeux , écoutez leurs voix , pénétrez dans leurs cœurs qui volent audevant de vous.
Page 4 - publiquement connus et vérifiés , soit » parce qu'ils sont envoyés directement par »> la presque-totalité de la Nation ; soit enfin » parce que la représentation étant une et » indivisible , aucun des Députés , dans » quelqu'Ordre ou Classe qu'il soit choisi, » n'a le droit d'exercer ses fonctions séparé
Page 6 - n'est pas assez malheureuse , pour qu'il lui ait été réservé de démentir quatorze siècles de fidélité. Nous péririons , tous, s'il le falloit , pour défendre un Trône qui nous est aussi sacré qu'à vous et à l'auguste Famille que nous y avons placée il ya 800 ans. Croyez » SIRE , croyez que nous n'avons jamais

Bibliographic information