La réforme sociale en France: déduite de l'observation comparée des peuples européens, Volume 3

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 169 - Le régime du patronage se reconnaît surtout à une permanence de rapports maintenue par un ferme sentiment d'intérêts et de devoirs réciproques. L'ouvrier est convaincu que le bien-être dont il jouit est lié à la prospérité du patron, et celui-ci, de son côté, se croit toujours tenu de pourvoir, conformément à la tradition locale, aux besoins matériels et moraux de ses subordonnés. Pour rester en mesure de remplir cette obligation, le patron se garde, aux époques de prospérité...
Page 141 - Les agents du Gouvernement, autres que les ministres, ne peuvent être poursuivis pour des faits relatif s à leurs fonctions, qu'en vertu d'une décision du conseil d'état : en ce cas, la poursuite a lieu devant les tribunaux ordinaires (1).
Page 366 - Les établissements assurés dans chaque catégorie seront eux-mêmes divisés en trois classes, suivant qu'ils seront plus ou moins bien aménagés, outillés et réglementés, au point de vue de la sécurité et de la salubrité. La classe A bénéficiera d'une réduction de 2o p.
Page 92 - ... notre jeunesse lettrée un esprit d'insubordination dont la trace ne se retrouve pas dans les universités libres des Iles Britanniques et de la Scandinavie. Elles ont ainsi fourni de dangereux aliments à nos dernières révolutions. Le remède est indiqué par la pratique de l'Europe entière. Chaque université est une corporation indépendante de professeurs investis par la coutume d'une souveraineté paternelle : elle a charge de la conduite privée comme de l'instruction des élèves ;...
Page 195 - Les habitants de la steppe, lorsqu'ils ne sont pas corrompus par le contact des civilisés, inspirent au voyageur, plus que tout autre type de la race humaine, l'affection et le respect. Tous les Occidentaux qui ont séjourné chez les habitants de la steppe ont éprouvé la même impression. Tous m'ont avoué qu'en rentrant chez les peuples sédentaires, ils n'ont guère ressenti que le regret et la désillusion (2).
Page 222 - Il ya beaucoup à gagner, en fait de mœurs , à garder les coutumes anciennes. Comme les peuples corrompus font rarement de grandes choses ; qu'ils n'ont guère établi de sociétés , fondé de villes , donné de lois ; et qu'au contraire ceux qui avaient des mœurs simples et austères ont fait la plupart des établissements; rappeler les hommes aux maximes anciennes , c'est ordinairement les ramener à la vertu.
Page 22 - On rétablirait, il est vrai, la stabilité des existences, ce trait excellent du moyen âge, en revenant aux corporations fermées et aux engagements forcés. Toutefois ce retour au passé n'est point désirable ; car on détruirait en même temps la liberté du travail , qui, malgré certains maux graves mais guérissables, est une des rares supériorités de notre époque d'instabilité et d'antagonisme.
Page 77 - Dieu n'a permis les menaces du socialisme... que pour nous obliger à nous serrer dans sa sainte Église autour du Décalogue éternel, sans lequel il n'ya plus ni autorité, ni respect, ni loi, ni famille, ni propriété, ni raison, ni droit, ni devoir, ni société humaine, ni humanité sur la terre.
Page 168 - Les propriétaires des ateliers de traivail et des capitaux qui en fécondent l'emploi ont intérêt à grouper autour d'eux divers genres de collaborateurs, et notamment ceux qui fournissent le travail manuel. Ces derniers ont également besoin d'échanger leurs services contre des gages et des salaires. Ces rapports acquièrent toute leur perfection lorsque, au lieu de pourvoir seulement à ces intérêts matériels, ils procurent en outre les satisfactions morales qui se développent spontanément...
Page 79 - ... toutes les institutions humaines , par une salutaire concurrence. Nous sommes évidemment loin de l'ordre de choses où, selon l'exemple des peuples libres et prospères, l'instruction primaire se répandrait ainsi par l'initiative des laïques et du clergé dans la masse entière du corps social. La passion avec laquelle la plupart des hommes éclairés de notre pays refusent au clergé une de ses attributions naturelles, est un sujet habituel d'étonnement pour les étrangers avec lesquels...

Bibliographic information