Œuvres complètes de Ch. Fourier ...: Théorie de l'unité universelle

Front Cover
Librairie Sociétaire, 1841
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 292 - J'ai été jeune et jolie ; j'ai goûté des plaisirs, j'ai été aimée partout ; dans un âge un peu plus avancé, j'ai passé des années dans le commerce de l'esprit ; je suis venue à la faveur, et je vous proteste, ma chère fille, que tous ces états laissent un vide affreux, une inquiétude, une lassitude, une envie de connaître autre chose, parce qu'en tout cela rien ne satisfait entièrement.
Page 292 - Que ne puis-je vous donner toute mon expérience ! que ne puis-je vous faire voir l'ennui qui dévore les grands, et la peine qu'ils ont à remplir leurs journées! Ne voyez-vous pas que je meurs de tristesse dans une fortune qu'on aurait eu peine à imaginer, et qu'il n'ya que le secours de Dieu qui m'empêche d'y succomber?
Page 137 - Il est très-raisonnable à des esprits bornés comme nous, de les considérer chacune à part; mais il serait ridicule de conclure qu'il est de leur nature d'être séparées. Il faut toujours se souvenir qu'il n'ya proprement qu'une science ; et si nous connaissons des vérités qui nous paraissent détachées les unes des autres , c'est que nous ignorons le lien qui les réunit dans un tout. La métaphysique est de toutes les sciences celle i...
Page 122 - Quand les choses sont parvenues à ce point , il n'ya qu'un moyen de remettre l'ordre dans la faculté de penser, c'est d'oublier tout ce que nous avons appris , de reprendre nos idées à leur origine, d'en suivre la génération, et de refaire, comme dit Bacon, l'entendement humain.
Page 293 - ... Dieu qui m'empêche d'y succomber? J'ai été jeune et jolie; j'ai goûté des plaisirs, j'ai été aimée partout; dans un âge un peu...
Page 142 - D'où naissent toutes ces aberrations ? De ce qu'on n'a jamais obligé les écrivains à définir l'objet dont ils traitent. Aucun d'eux ne sait ce que c'est que la nature intentionnelle de l'homme, qui va être expliquée au chapitre suivant. Tant qu'on ne les oblige pas à définir exactement cette nature , doit-on s'étonner qu'ils nous débitent mille sornettes risibles , sous prétexte de nous rallier à la nature; qu'ils conseillent aux riches de jeter leur argent par les fenêtres, et mille...
Page 78 - décombres ( par l'explosion d'une masse de poudre ) ; > détruire à 500 toises de distance toutes vos légions > (par l'artillerie); égaler le plus faible soldat au plus fort » (parla mousqueterie ) ; porter la foudre dans mes gous...
Page 136 - ... revenir sur ses pas, est beaucoup moins avancé que celui qui n'a pas bougé de place. Aussi n'est-il rien de plus aisé que d'instruire sur la Destinée, les hommes qui n'ont point l'esprit vicié par les lectures de sophismes : on n'a pas besoin de refaire leur entendement, parce qu'il...
Page 314 - Stih. desc. Ce sera donc 765 existences heureuses pour 45 fâcheuses , puisque les 45 de demi-bonheur peuvent être comprises dans la masse des stations heureuses. Toute âme parvenue au terme de carrière planétaire , jugera ce résultat d'autant plus avantageux, qu'elle connaîtra la loi générale des transitions, comportant 1/9 e . ou 1/'8 e . de mal et demi-mal, pour 7/9°
Page 294 - Qu'est-ce donc que nous crie cette avidité et cette impuissance, sinon qu'il ya eu autrefois en l'homme un véritable bonheur, dont il ne lui reste maintenant que la marque et la trace toute vide, qu'il essaie inutilement de remplir de tout ce qui l'environne...

Bibliographic information