Histoire des Républiques italiennes du Moyen Âge, Volume 13

Front Cover

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 371 - Lanterne , de manière à commander en même temps l'entrée du port et la ville ; enfin tous les privilèges de Gênes , et son traité avec les rois de France , furent brûlés publiquement. Le roi rendit cependant à la commune un gouvernement municipal , mais comme une concession faite sous son bon plaisir, et non comme un droit; et il y rétablit les nobles dans la moitié des honneurs publics. Cette sentence fut célébrée par tous les courtisans, comme un monument de la clémence du roi ,...
Page 84 - Ange ; mais Ives d'Allègre, honteux du mal qu'il avoit fait à une femme célèbre, intercéda si vivement pour elle , qu'elle fut mise en liberté. (i) i5oo. A cette époque, les conquêtes de César Borgia furent interrompues par les révolutions de Milan. Ives d'Allègre fut rappelé en Lombardie par Trivulzio , au moment où Valentinois songeoit à attaquer Pésaro (2). La révolution de Milan causa même quelque refroidissement entre le pape et le roi, parce qu'Alexandre ne voulut donner aucune...
Page 64 - devoir étroit des Suisses • l'honneur de leur nation y étoit tellement intéressé , que leurs compatriotes , dans l'année ennemie , l'auroient senti , et qu'il n'auroit pas été difficile de faire de la retraite de Sforza une condition expresse de leur capitulation : les Suisses le refusèrent durement; seulement ils offrirent à Sforza , et à ceux de ses généraux qui pouvoient craindre d'être personnellement maltraités , de les cacher sous leurs habits et dans leurs rangs. Sforza , déjà...
Page 263 - Manfrédi, contre lesquels il s'étoit précédemment révolté, livra aux Vénitiens les forteresses du val de Lamone, et engagea le commandant de la citadelle de Faenza à la leur vendre à prix d'argent. Ces deux marchés n'entraînèrent pas la soumission* de la capitale : ses...
Page 361 - D'ailleurs , la jalousie de M. de Chaumont , neveu du cardinal d'Ain- i5<.6. toise et gouverneur de Milan, et celle du lieutenant du roi Roccabertino , qui avoit commandé en son absence , rendoient sa situation difficile et désagréable. De nouveaux émigrés de la noblesse avoient recouru à la protection de Louis XII : et celui-ci , délivré par la mort de Philippe...
Page 30 - Vitelli avoit annoncé qu'il donneroit l'assaut le 23 août : la brèche étoit praticable ; et le succès auroit été certain , s'il avoit pu mettre en mouvement assez de soldats pour exécuter ses projets : mais ses officiers, les commissaires florentins auprès de l'armée, et lui-même, tout étoit atteint de la même maladie. Cependant des ordres furent donnés aussitôt pour faire arriver au camp de nouveaux renforts , et mettre le général en état de livrer au jour fixé un assaut qui devoit...
Page 368 - Monaco , n'avoit pu rentrer dans la ville; un corps ennemi lui coupoit le passage parterre, et des vents contraires lui fermoient la voie de la mer; mais son lieutenant, Jacob Corso, fut chargé de défendre le promontoire qui couvre le port : huit mille hommes de milice sortirent avec lui de la ville, le 27 avril, et occupèrent la hauteur de Belvédère, au-dessous du château. Les Français, qui étoient en bataille à Rivarolo , les attaquèrent , et furent repoussés avec assez de perte, jusqu'au...
Page 238 - Sophi, qui arma la Perse contre Bajazeth II, envahit la partie de l'Arménie soumise aux Turcs, et attira en Asie les armes du sultan (2). Pésaro qui avoit reçu quelques secours des chevaliers de Rhodes, du roi de France, et d'Alexandre VI, en profita pour attaquer l'île deLeucade ou Sainte-Maure^ dont il fit la conquête (3).
Page 414 - ... peut être enchaînée ni par le contrat primitif et peut-être fabuleux de ses ancêtres avec leurs souverains , ni par les traités que la force lui a imposés. Chacun de ces systèmes de politique est en lui-même défectueux; et dans son application il est soumis à de grandes difficultés : mais combien ne le deviennent-ils pas davantage lorsqu'on les confond l'un avec l'autre; lorsque, après avoir réclamé pour soi-même des droits imprescriptibles, on veut limiter ceux des autres par...
Page 104 - La république florentine , qui n'avoit presque plus de soldats sous ses ordres, et dont le trésor étoit épuisé par les demandes continuelles du roi de France, ne pouvoit ni tenir la campagne contre Pise, ni contenir les Pistoiois, ni punir les chefs de ces séditions nouvelles. Le plus triste avenir sembloit menacer la liberté de la Toscane, une jalousie invincible aveugloit tous les voisins de Florence , et les faisoit conspirer à sa ruine : une fer— (1) Fr.

Bibliographic information