Récits des temps mérovingiens: précédés de considérations sur l'histoire de France, Volume 2

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 157 - Son influence, absolue sur les affaires extérieures, ne l'était guère moins sur l'ordre intérieur et la police de la maison; il était l'arbitre des petites querelles, le modérateur des passions rivales et des emportements féminins. Les adoucissements à la règle, les grâces, les repas d'exception, s'obtenaient par son entremise et à sa demande.
Page 39 - Vous savez que la pâque se fera dans deux jours « et que le Fils de l'homme sera livré pour être cru
Page 159 - ... desquels un païen se serait certainement mépris. Les noms de mère et de sœur , dans la bouche de l'Italien , accompagnaient des mots tels que ceux-ci : ma vie, ma lumière, délices de mon âme; et tout cela n'était, au fond, qu'une amitié exaltée, mais chaste, une sorte d'amour intellectuel2.
Page 227 - On a dit que le but de l'historien était de raconter, non de prouver; je ne sais, mais je suis certain qu'en histoire le meilleur genre de preuve, le plus capable de frapper et de convaincre tous les esprits, celui qui permet le moins de défiance et laisse le moins de doutes, c'est la narration complète, épuisant les textes, rassemblant les détails épars, recueillant jusqu'aux moindres indices des faits ou des caractères, et, de tout cela, formant un corps auquel vient le souffle de vie par...
Page 161 - J'ai pleuré mes parents morts, et il « faut aussi que je pleure ceux qui sont restés en vie. — « Quand mes larmes cessent de couler, quand mes soupirs « se taisent, mon chagrin ne se tait pas. — Lorsque le vent « murmure , j'écoute s'il m'apporte quelque nouvelle ; « mais l'ombre d'aucun de mes proches ne se présente à
Page 201 - Nous sommes redevenus sains par ses meurtris«. sures. Et ailleurs : // portera nos péchés , et il « priera pour les violateurs de la loi. Et encore: u Usera mené à la mort comme une brebis quon va « égorger; il demeurera en silence sans ouvrir la « bouche, comme l'agneau est muet devant celui « qui le tond; il est mort dans les douleurs , canin damné par jugement. Qui racontera sa géné
Page 153 - L'étude des lettres figurait au premier rang des occupations imposées à toute la communauté; on devait y consacrer deux heures chaque jour, et le reste du temps était donné aux exercices religieux, à la lecture des livres saints et à des ouvrages de femme.
Page 246 - Compiègne. On était alors au mois d'octobre, à l'époque de la chasse d'automne, espèce de solennité nationale au plaisir de laquelle tout homme de race franke se livrait avec une passion capable de lui faire oublier les plus grands chagrins'.
Page 162 - Ah ! si je n'étais retenue par la clôture sacrée de ce monastère, ils me verraient arriver près d'eux au moment où ils m'attendraient le moins. Je m'embarquerais par le gros temps ; je voguerais avec joie dans la tempête. Les matelots trembleraient, et moi je n'aurais aucune peur. Si le vaisseau se brisait, je m'attacherais à une planche, et je continuerais ma route: et si je ne pouvais saisir aucun débris, j'irais jusqu'à eux en nageant.
Page 91 - ... force de monter les degrés. Arrivé là, il étendit ses mains pleines de sang pour atteindre, au-dessus de l'autel, le vase d'or suspendu par des chaînes, où l'on gardait l'Eucharistie réservée pour la communion des mourants. Il prit une parcelle du pain consacré et communia : puis, rendant...

Bibliographic information