Paris ridicule et burlesque au dix-septième siècle

Front Cover
Garnier frères, 1878 - Cries - 429 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 340 - Je saute vingt ruisseaux, j'esquive, je me pousse; Guenaud ' sur son cheval en passant m'éclabousse : Et, n'osant plus paraître en l'état où je suis, Sans songer où je vais, je me sauve où je puis.
Page 343 - Receler le printemps au milieu des hivers ; Et , foulant le parfum de ses plantes fleuries , Aller entretenir ses douces rêveries. Mais moi , grâce au destin , qui n'ai ni feu ni lieu , Je me loge où je puis , et comme il plaît à Dieu . SATIRE VII.
Page 338 - Tout conspire à la fois à troubler mon repos, Et je me plains ici du moindre de mes maux : Car à peine les coqs, commençant leur ramage, Auront de cris aigus frappé le voisinage, Qu'un affreux serrurier, laborieux Vulcain, Qu'éveillera bientôt l'ardente soif du gain, Avec un fer maudit, qu'à grand bruit il apprête, De cent coups de marteau me va fendre la tête.
Page 337 - J'ai beau sauter du lit, plein de trouble et d'effroi, Je pense qu'avec eux tout l'enfer est chez moi : L'un miaule en grondant comme un tigre en furie ; L'autre roule sa voix comme un enfant qui crie. Ce n'est pas tout encor : les souris et les rats Semblent, pour m'éveiller, s'entendre avec les chats, Plus importuns pour moi, durant la nuit obscure, Que jamais, en plein jour, ne fut l'abbé de Pure.
Page 339 - Vient menaçant de loin la foule qu'elle augmente : Six chevaux attelés à ce fardeau pesant Ont peine à l'émouvoir sur le pavé glissant. D'un carrosse en tournant il accroche une roue, Et du choc le renverse en un grand tas de boue, Quand un autre à l'instant, s'efforçant de passer, Dans le même embarras se vient embarrasser.
Page 341 - Pour moi, fermant ma porte, et cédant au sommeil, Tous les jours je me couche avecque le soleil. Mais en ma chambre à peine ai-je éteint la lumière, Qu'il ne m'est plus permis de fermer la paupière : Des filous effrontés, d'un coup de pistolet, Ebranlent ma fenêtre, et percent mon volet : J'entends crier par-tout, Au meurtre ! On m'assassine ! Ou, Le feu vient de prendre à la maison voisine ! Tremblant et demi-mort je me lève à ce bruit, Et souvent sans pourpoint je cours toute la nuit.
Page 340 - Dieu pour s'y faire ouïr tonneroit vainement. Moi donc, qui dois souvent en certain lieu me rendre. Le jour déjà baissant, et qui suis las d'attendre, Ne sachant plus tantôt à quel saint me vouer, Je me mets au hasard de me faire rouer.
Page iii - Toutefois n'allez pas , goguenard dangereux , Faire Dieu le sujet d'un badinage affreux : A la fin , tous ces jeux que l'athéisme élève Conduisent tristement le plaisant à la Grève.
Page 339 - En quelque endroit que j'aille il faut fendre la presse D'un peuple d'importuns qui fourmillent sans cesse. L'un me heurte d'un ais dont je suis tout froissé ; Je vois d'un autre coup mon chapeau renversé. Là d'un enterrement la funèbre ordonnance D'un pas lugubre et lent vers l'église s'avance ; Et plus loin des laquais l'un l'autre s'agaçants, Font aboyer les chiens et jurer les passants.
Page xvii - Rome, Paris et Madrid ridicules, avec des remarques historiques et un recueil de poésies choisies, par M. de B*** (de Blainville).

Bibliographic information