Page images
PDF
EPUB

1

dire vous ne faites que vous amuser. Qu'avonsnous fait ? veut dire en ces ocasions, qu'avez vous fait ? ainsi nous dans ces exemples n'est pas dans le sens propre, il ne renferme point celui qui parle. On ménage par ces expressions l'amour propre de ceux à qui on adresse la parole , en paroissant partager avec eux le blame de ce qu'on leur reproche ; la remontrance étant moins personèle, & paroissant comprendre celui qui la fait, en eft moins aigre & devient souvent plus utile.

Les louanges qu'on se done blessent toujours l'amour propre de ceux à qui l'on parle : Il y a plus de modestie à s'énoncer d'une manière qui faffe retomber sur d'autres une partie du bien qu'on veut dire de soi : ainsi un capitaine dit quelquefois que sa compagnie a fait telle ou telle action, plutot que d'en faire retomber la gloire sur la seule persone.

On peut regarder cette figure come une espèce particulière de fynecdoque, puisqu'on dit le plus pour tourner l'atention au moins.

[ocr errors]
[ocr errors][merged small][merged small]
[ocr errors]

Λιτότης και A Litote ou diminution est un trope par Autos, fiin

lequel on se sert de mots qui, à la lettre, plex, nudus, vilis. paroissent afoiblir une pensée dont on fait

bien que les idées accessoires feront sentir toute la force : On dit le moins par modestie ou par égard ; mais on sait bien que ce

moins réveillera l'idée du plus. Corn. Je

Quand Chimène dit à Rodrigue, va, je ne te Cid.act.111.

hais point, elle lui fait entendre bien plus que ces mots là ne signifient dans leur sens propre.

Il en est de mème de ces façons de parler, je ne puis vous louer, c'est-à-dire , je blame votre conduite : je ne méprise pas vos présens , signifie que j'en fais beaucoup de cas : il n'est pas sot , veut dire , qu'il a plus d'esprit que vous ne croyez: il n'est pas poltron fait entendre qu'il a du courage : Pythagore n'est pas un auteur méprisable, * c'est-à-dire , que Pythagore est un auteur qui mérite d'être estimé. Je ne suis pas si diforme , ** veut dire modestement qu'on

* Non sórdidus autor natúræ veríque, Hor. l. 1. ode 28, ** Nec fum adeò informis, Virg, Ecl. 2. V. 2 54

est bienfait, ou du moins qu'on le croit ainsi.

On apèle aussi cette figure exténuation : elle est oposée à l'hyperbole.

VIII.

L'HYPER BOL E.

L Orsque nous somes vivement frapés de history to me

quelque idée que nous voulons représen- exces. ter , & que les termes ordinaires nous paroissent trop

foibles

pour exprimer ce que nous voulons dire ; nous nous servons de mots, qui, à les prendre à la lettre, vont au delà de la vérité & représentent le plus ou le moins pour faire entendre quelque excès en grand ou en petit. Ceux qui nous entendent rabatent de notre expression ce qu'il en faut rabatre , & il se forme dans leur esprit une idée plus conforme à celle que nous voulons y exciter , que si nous nous étions fervis de mots propres : par exemple, si nous voulons faire comprendre la légéreté d'un cheval qui court extrêmement vite, nous disons qu'il va plus vite que le vent. Cette figure s'apèle hyperbole, mot grec qui signifie excès.

Julius Solinus dit qu'un certain Lada étoit

[ocr errors]

Ніш)

d'une si grande légéreté, qu'il ne laissoit sur le sable aucun vestige de ses piés. *

Virgile dit de la princesse Camile, qu'elle surpassoit les vents à la course ; & qu'elle eut couru sur des épis de blé sans les faire plier , ou sur les flots de la mer sans y enfoncer, & même sans se mouiller la plante des

piés. **

Au contraire, si l'on veut faire entendre qu'une persone marche avec une extreme lenteur , on dit qu'elle marche plus lentement qu'une tortue.

Il y a plusieurs hyperboles dans l'Ecriture Educamvos Sainte ; par exemple, Je vous donerai une terre ad terram

coulent des ruisseaux de lait & de miel , c'est-àfluéntem lacte &mel- dire, une terre fertile : & dans la Genèse il

eft dit , Je multiplierai tes enfans en aufli grand nom3. V. 17. Fáciam se- bre , que les grains de poussière de la terre. S. Jean men tuum à la fin de son Evangile *** dit que si l'on ficut púlveGenes.c.13.

* Primam palmam velocitátis , Ladas quidam adeptus est; v. 16,

qui ita supra cavum púlverem curfitávit,ut arénis pendenti-
bus nulla indícia relinqueret vestigiórum. Jul. Solinus,c. 6.

** Illa vel intáctæ légetis per summa voláree
Grámina, nec téneras cursu læsıfset aristas,
Vel mare per médium fluctu suspensa cuménti
Ferret iter, céleres nec ringeret æquore plantas. Æn. l.
VII, V, 808.
*** Sunt autem & ália multa

quæ

fecit Jesus , quæ fi scris bántur per singula, nec ipfum árbitror mundum capere posfe eos, qui fcribendi funt libros. Joan. XXI. V. 2s.

rem terræ.

racontoit en détail les actions & les miracles de Jésus-Christ , il ne croit pas que le monde entier put contenir les livres qu'on en pouroit faire.

L'hyperbole est ordinaire aux Orientaux. Les jeunes gens en font plus souvent usage que les persones avancées en age. On doit en user fobrement & avec quelque correctif; par exemple,en ajoutant, pour ainsi dire ; si l'on peut parler ainsi.

» Les esprits vifs, pleins de feu & qu'une Cara&t. Des » vaste imagination emporte hors des règles quyragos

de l'esprit. » & de la justesse, ne peuvent s'assouvir d'hy» perboles, dit M. de la Bruyère.

Excepté quelques façons de parler comunes & proverbiales, nous usons très rarement d'hyperboles en françois. On en trouve quelques exemples dans le stile satirique & 'badin , & quelquefois mème dans le stile sublime & poétique : Des ruisseaux de larmes cou

Oraison fulérent des yeux de tous les habitans.

nèbre deM, » Les Grecs * avoient une grande passion

de Turèac. » pour l'hyperbole , come on peut le voir » dans leur Antologie qui en est toute rem

Ficchier.

Exorde.

* Traité de la vraie & de la fausse beauté dans les ouvrages d'esprit. C'est une traduction

que

Richelet nous a donée de la dissertation que Messieurs de P. R. ont mise.at la tête de leur Delé&us Epigrúmmarum,

« PreviousContinue »