Collection des mémoires relatifs à l'histoire de France: depuis la fondation de la monarchie française jusqu'au 13e siècle, Volume 23

Front Cover
Chez J.-L.-J. Brière, 1825 - France
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents


Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 285 - Et quiconque aura quitté pour mon nom sa maison, ou ses frères, ou ses sœurs, ou son père, ou sa mère, ou sa femme, ou ses enfants, ou ses terres, en recevra le centuple, et aura pour héritage la vie éternelle.
Page 288 - Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi , n'est pas digne de moi ; et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi , n'est pas digne de moi.
Page 404 - Chose étonnante^ spectacle merveilleux ! de voir cette multitude si nombreuse et armée se laisser tuer impunément , sans qu'aucun d'eux fît résistance. Les nôtres s'emparaient de tout ce qu'ils trouvaient ; ils ouvraient le ventre aux morts et en tiraient des byzantins et des pièces d'or. 0...
Page 285 - Seigneur a accordé, par-dessus toutes les autres nations , l'insigne gloire des armes, la grandeur de l'âme, l'agilité du corps et la force d'abaisser la tête de ceux qui vous résistent? Que vos cœurs s'émeuvent et que vos âmes s'excitent au courage par les faits de vos ancêtres , la vertu et la grandeur du roi Charlemagne et de son fils Louis , et de vos autres rois qui ont détruit la domination des Turcs et étendu dans leur pays l'empire de la sainte Église...
Page 7 - Le Seigneur nous invite à donner notre tunique et notre manteau à celui qui vient nous en dépouiller; l'obligation du chevalier est d'enlever tout ce qui reste à celui à qui il a déjà pris sa tunique et son manteau. Ces principes contradictoires endormaient quelquefois le courage de cet homme rempli de sagesse, si tant est qu'il soit permis de prendre de temps en temps quelque repos.
Page 19 - Ajoutez- y encore d'autres hommes de la race de « Guiscard, Tancrède et les deux frères Guillaume « et Robert , dont le courage est pareil à celui des « lions de Phénicie, et qui sont alliés de Boémond « autant par les liens du sang que par leur ardeur à « faire la guerre. Celui-ci n'a point, comme jadis, « forcé aucun d'eux à le suivre ; vaincu par leurs sur> « plications, il les a transportés au-delà de la mer.
Page 19 - Alpes, depuis la mer d'Illyrie jusqu'à l'Océan, il n'est point de contrée qui ait refusé ses armes à Bohémond; les chevaliers, les archers, les frondeurs, par leur infinie multitude, n'ont laissé aucune place dans l'armée à la foule de ceux qui ne font pas la guerre. Le blé d'en deçà des mers ne suffit pas à ces armées, pas même' celui qu'elles retirent des fosses creusées dans la terre; si le petit peuple, qui n'a point d'armes, ne renonce à son oisiveté et à son abondance pour...
Page 319 - ... sur sa proie excité par les cris de ses petits à jeun, brûlans de colère ils pénètrent au sein de cette foule pressée.
Page 286 - ... fournit à peine à la nourriture de ceux qui la cultivent : de là vient que vous vous déchirez et dévorez à l'envi, que vous élevez des guerres, et que plusieurs périssent par de mutuelles blessures.
Page 422 - Ils obéirent proraptement, emportèrent les morts en pleurant, et élevèrent hors des portes des bûchers élevés comme des citadelles ou des bâtimens de défense ; ils rassemblèrent dans des paniers les membres coupés, les emportèrent dehors, et lavèrent le sang qui souillait le pavé des temples et des maisons. Après avoir ainsi purgé de tout ennemi la ville dite pacifique, il fallut que les nôtres s'occupassent de faire un roi, en choisissant l'ujf d'entre eux pour gouverner une si...

Bibliographic information