Collection des chroniques nationales français: écrites en langue vulgaire du treizième au seizième siècle, Volume 35

Front Cover
Jean Alexandre C. Buchon
Verdière [et] J. Carez, 1826 - France
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 50 - ... assez puissants pour pouvoir prendre aucune maistrise ny hauteur sur les dessusdits bourgeois et manants. Outre quoy ,les officiers royaux et les justiciers ordinaires avoient un singulier esgard sur eux et sur leurs comportements , pour observer s'ils ne commet troient point quelques fautes , de la punition desquelles leurs capitaines n'en fissent pas bien le devoir.
Page 107 - ... demander... Et sy mande à tous les seigneurs de mes « terres, et par spécial au seigneur d'Alexandrie, qu'il
Page 47 - ... royale, et seroient mis et distribués par provinces et diocèses, en divers lieux du royaume, par les bonnes villes ; et si sçauroit un chacun desdits capitaines son lieu et sa retraite , et où luy et ses gens devroient estre et avoir leur rendez-vous".
Page 58 - ... faire par tous ses pays bonne obéissance au roy et à tous ses officiers. Par ainsi cette question et ce débat assez rigoureux, qui avoit desjà duré longuement , fut pour lors comme appaisé. Durant lequel temps , et que le roy et la royne, avec autres grands seigneurs , eurent là séjourné par très long espace de temps , et que plusieurs hautes besongnes...
Page 51 - Dieu, nostre créateur, principalement les eust pourveus et remplis de sa grâce et miséricorde. Ensuite de quoy , de plusieurs endroits du royaume commencèrent les marchands de divers lieux , à traverser de pays à autre, et à exercer leurs marchandises , et faire leur négoce et commerce.
Page 276 - ... eues , à l'occasion de ladite bataille de Formigny. Or quand le roy d'Angleterre et ceux de son conseil en furent advertis , ils en furent fort déplaisants , et tombèrent en de grands doutes qu'ils ne perdissent le surplus de ce qu'ils possédoient encore dans la Normandie. Si tint le roy d'Angleterre, sur ces nouvelles , plusieurs conseils , pour...
Page 247 - Vire, estaient allés courir devant une autre place tenue par les François , nommée Mortaing; ce qui estant venu à la congnoissance d'iceux Geoffroy et Joachim, il fut par eux , et aucuns autres gentilshommes de leur compagnie, tenu un petit conseil pour...
Page 10 - VII, avait été commis chef d'icelle armée, Louis, aisné fils du roy , dauphin de Viennois , et avec luy le seigneur de Jallongue , mareschal de France ; le seigneur de Bueil, le seigneur de Culon , messire Robinet d'Estouteville , chevalier ; le seigneur d'Orval , Antoine de Chabanes , le seigneur de Commersy , messire Gilles de Sainct-Simon , chevalier ; Blanchefort, Lestrac, Joachim...
Page 237 - ... ensuivant, à tel jour que pareillement lui sera ordonné; et aussi le tiers et le quart seront délivrés de sepmaine en sepmaine ensuivant, tellement que pour chacun mois en seront délivrés jusques au nombre de quatre. Et s'il advenoit que l'un des premiers jours du mois l'on touchast ou fist toucher plus grand nombre que de quatre , en ce cas ils seront tenus de degré en degré, pour avoir les premiers touché, au premier jour du mois ensuivant. Toutefois^ s'il plaisoit à l'entrepreneur,...
Page 256 - Formigny, pour gagner le passage , ce qu'ils firent en peu d'espace de temps ; et incontinent ledit passage estant gagné, passèrent gens d'armes dessus à toute diligence , qui se mirent, comme autrefois ils avoient fait, en belle ordonnance et bataille , en face et à la veue desdits Anglois; car les deux armées d'iceux comte de Clermont et connestable s'estoient jointes ensemble. Puis en ce point et en cet...

Bibliographic information