Page images
PDF
EPUB

tentaft plus d'eftre destiné à vivre 73. ans, *lors qu'il ofta aux Prestres de Delphes les Champs de Cirrhe pour les donner à des Soldats , qu'il enleva du Temple plus de soo. Statuës soit d'hommes, foit de Dieux, toutes de bronze, & que pour profaner , ou pour abolir à jamais l'Oracle, il fit égorger des hommes à l'ouverture de la Caverne lacrée d'où sortoit l'esprit divin,

Que l'Oracle aprés une telle avanture ait efté müet juqu'au temps de Domitien, en forte. que Juvenal ait pû dire alors que Delphes, ne parloit plus, cela n'est pas merveilleux.

Cependant il ne faut pas qu'il ait esté tout-à-fait müet depuis Neron jusqu'à Domitien, car voicy comme parle Philostrate dans la Vie d'Apollonius de Tyane qui a veu Domitien. Apollonius vifta tous les Oracles de la Gịéce, & celuy de Dodone , & celuy de Delphes, & celuy d' Amphiaraüs, &c. Ailleurs il parle encore ainfi. Vous pouvez voir l' Apollon de Delphes illuftre par les Oracles qu'il rend au milieu de la Gréce. } répond à ceux qui le consultent, comme vous le sçavez vous mesme , en peu de paroles, Ege sans accompagner sa réponse de prodiges , quoy qu'il luy fuft fort aisé de faire trembler le Parnaffe ; d'arrester la Course de cepbife, de changer les eaux de Caftalie en vin. Il vous dit simplement la verité, so ne s'amuse point à faire une montre inuti

* Dion Caffius. Paufanias.

lo de fon pouvoir. Il est affez plaisant que Philostrate prétende faire valoir son Apollon, parce qu'il n'estoit pas grand faiseur de miracles. Il pourroit y avoir en cet endroit là quelque venin contre les Chrestiens.

Nous avons veu comment du temps de Plutarque qui vivoit sous Trajan, cet Oracle estoit encore sur pied, quoy que réduit à une seule Preftreffe, aprés en avoir eu deux ou trois. Sous Adrien Dion Chrisostome dit qu'il consulta l'Oracle de Delphes , & il en rapporte une réponse qui luy parut affez embaraffée. & qui l'est effectivement.

Sous les Antonins, Lucien dit qu'un Preftre de Tyane alla demander à ce faux Prophete Alexandre fi les Oracles qui se rendoient alors à Didime , à Claros, & à Delphes, estoient veritablement des répon ses d'Apollon, ou des impostures. Alexandre eut des égards pour ces Oracles qui eftoient de la nature du fien, & répondit au Prestre qu'il n'estoit pas permis de sçavoir cela. Mais quand cet habíle Prestre demanda ce qu'il seroit aprés fa mort, on luy répondit hardiment, Tu feras Chameau, puis Cheval', puis Philosophe, puis Propbete audi grand qu' Alexandre.

Aprés les Antonins, trois Empereurs se disputerent l'Empire , Severus Septimus , Pelcennius Niger, Clodius Albinus. On confulta Delphes, dit Spartien, pour savoir le

[ocr errors]

quel

[merged small][ocr errors]

quel des trois la Republique devoit soubaiter, & t'Oracle répondit en un Vers, Le Noir eft te meilleur , p Affricain eft bon, le Blanc est le pire. Par le Noir on entendoit Pescennius Niger, par l’Affriquain, Severe qui estoit d'Affrique, & par le Blanc, Clodius Albinus. On demanda ensuite qui demeureroit le Maistre de l'Empire; & il fut réponda. On versera fang du Blanc & du Noir, i Affricain gouverner a le monde. On demanda encore combien de temps il gouverneroit, & il fut répondu. 11 montera sur la Mer d'Italie avec vingt Vaisseaux, fi cependant un Vairo reau peut traverser la Mer, par où l'on entendit que Severe regneroit vingt ans. Il est vray que l'Oracle fe reservoit une reftri&tion obfcure pour le pouvoir fauver en cas de besoin, mais enfin dans le temps que Delphes estoit le plus floriffant, il ne s'y rendoit

pas

de meilleurs Oracles que ceux là.

On trouve cependant que Clement Alexandrin dans son Exhortation aux Gentils, qu'il a composée, ou sous Severe, ou à peu prés en ce temps-là, dit nettement que

la Fontaine de Caftalie qui appartenoit à l'Oracle de Delphes, & celle de Colophon, & toutes les autres Fontaines Prophetiques avoient enfin, quoy que tard, perdu leurs vertus fabuleuses. Peut-estre en ce temps

- là ces Oracles tomberent-ils dans un de ces filences aufquels ils eftoient devenus sujets par in

ter

tervalles ; peut-estre, parce qu'ilsn'estoient plus guere en vogue, Clement Alexandrin aimoit-il autant dire qu'ils ne fubfiftoient plus du tout.

Il est toujours certain que sous Conftantius Pere de Constantin, & pendant la jeuneffe de Constantin, Delphes n'estoit pas encore ruïné , puis qu'Eufebe fait dire à Conftantip dans sa Vie, que le bruit couroit alors qu'Apollon avoit rendu un Oracle, non par la bouche d'une Preftreffe, mais du fond de son obscure Caverne, par lequel il disoit que les hommes justes qui estoient en terre ,

estoient caule qu'il ne pouvoit plus dire vray. Voila un plaisant aveu. De plus, il faloit que l'Oracle de Delphes fuit alors bien miserable , puis qu'on en avoit retranché la dépense d'une Preftreffe.

Il reçut un terrible coup sous Conftantin, qui commanda ou qui permit que l'on pillaft Delphes. Alors, dit 'Eusebe dans la Vie de Constantin, On produisit aux yeux

du Peuple dans les places de Constantinoplo, ces Statuës dont l'erreur des homimes. avoit fait si long-temps des objets de veneration & de culte. Icy l'Apollon Pithien, le Sminthien, les Trépiez dans le Cirque, da les Muses Heliconides dans le Palais furent exposez aux railleries de tout le monde.

L'Oracle de Delphes fe releva pourtant encore une fois. "L'Empereur * Julien

l'en * Theodoret.

l'envoya consulter sur l'Expedition qu'il meditoit contre les Perses

Si l'Oracle de Delphes a efté plus loin, du moins nous ne pouvons pas pousser plus loin fon Histoire. Il n'en est plus parlé dans les Livres, mais en effet il y a bien de l'apparence que c'est là le temps où il ceffa , & que fes dernieres paroles s'adresserent à l’Empereur Julien, qui estoit fi zelé pour le Paganisme. Je ne sçay pas trop bien comment de grands hommes ont pû mettre Augufte en la place de Julien, & avancer har. diment que l'Oracle de Delphes avoit finy par la réponse qu'il avoit renduë a Auguste sur l'Enfant Hebreu.

Quelques Auteurs * modernes qui ont trouvé cet Oracle digne d'une fin éclatante, luy en ont fait une. Ils ont lu dans Soloméne & dans Theodoret, que sous Julien, le feu avoit pris au Temple d'Apollon qui estoit dans un Fauxbourg d'Antioche appellé Daphné, sans qu'on euft pû découvrir l'auteur, ou la cause de cet incendie; que les Payens en accusoient les Chrestiens, & que les Chrestiens l'attribuoientà un foudrelancé de la main de Dieu. A la verité, Theodoret dit que le Tonnerre, estoit tombé sur ce Temple; mais Soloméne n'en parle point. Ces modernes se sont avisez de transporter cet evenement au Temple de Delphes qui estoit fort éloigné de là, & de dire que par une

juste * Melanchton. P. Pencer. Boiffard. Hofpiniun.

« PreviousContinue »