Page images
PDF
EPUB

tout prests à partir, & ces Campagnes fécondes vous promettent un grand gain. Si on alloit à la Guerre, ces Bæufs sous le joug, ne vous annoncent-ils pas que vous y mettrez auffi vos ennemis ? Cette Déefse de Sirie apparemment n'aimoit pas à parler, & elle avoit trouvé moyen de satisfaire par une seule Réponse à toutes sortes de Queftions.

Ceux qui recevoient ces Oracles ambigus, prenoient volontiers la peine d'y ajuiter l'évenement, & le chargeoient eux-mêmes de les justifier. Souvent ce qui n'avoit eu qu'un fens dans l'intention de celuy qui avoit rendu l'Oracle, aprés l'évenement le trouvoit en avoir deux, & le Fourbe pouvoit fe reposer sur ceux qu'il fourboit du soin de fauver son honneur. Quand le faux Prophete Alexandre répondit à Rutilien, qui luy demandoit quels Précepteurs il donneroit à fon Fils, qu'il luy donnaft Pithagore & Homere, il entendoit tout simplement qu'on luy fift étudier la Philofophie & les belles Lettres. Le jeune homme mourut peu de jours aprés, & on reprefentoit à Rutilien que son Prophete s'estoit bien mépris. Mais Rutilien trouvoit aves beaucoup de subtilité la mort de son Fils - annoncée dans l'Oracle , par ce qu'on luy

donnoit pour Précepteurs Pithagore & Hoemeré quieftoient morts.

CHAPITRE XVII. Fourberies des Oracles manifeste

ment découvertes.

[ocr errors]

L n'est plus question de deviner les fineffes des Prestres, par des moyens qui

pourroient eux-melmes paroistre trop fins, un temps a esté qu'on les a découvertes de toutes parts aux yeux de toute la terre; ce fut quand la Religion Chrestienne triompha hautement du Paganisme sous les Empereurs Chrestiens. · Theodoret dit que Theophile Evefque d'Alexandrie, fit voir à ceux de cette Ville les Statuës creuses où les Prestres entroient par des chemins cachez pour y rendre les Oracles.

Lors que par l'ordre de Conftantin on abatit le Temple d'Esculape à Eges en Cilicie, on en chara, dit Eusebe dans la Vie de cet Empereur, non pas un Dieu ny un Demon, mais le Fourbe qui avoit fi long-tempsimposé à la credulité du peuple. A cela il ajoute en general que dans les Simulacres des Dieux abatus, on n'y trouvoit rien moins que des Dieux ou des Demons, non pas mesme quelques malheureux Spectres obscurs & tenebreux, mais seulement du

foin

G 3

foin & de la paille, ou des ordures, ou des es de morts. C'efl de Toy que nous ap prenons l'Histoire de ce Theotecnus qui consacra dans la Ville d'Antioche une Statuë de Jupiter Dieu de l'Amitié, à laquelle il fit fans doute rendre des Oracles, puis qu'Easebe dit que ce Dieu avoit des Prophetes. Théotecnus fe mit par là en fi grand credit, que Maximin le fit Gouverneur de toute la Province. Mais Licinias tant vend # Antioche, & fe dontant de l'impo fture, il fit mettre la Queftion les Preftres & les Prophetes de ce nouveau Jüpi. ter. It's avoüerent tout; & furent punts du dernier Supplice, eux & leurs affociez, & avant eux tous, Theotecnus leur Maiftte. Le mesme Eusebe nous affure encore at 4. liv. de la Prep. Ev. que de fon temps les plus fameûx Prophetes d'entre les Payens, & leurs" Theblogtens les plas celebtes, dont quelques-uns mesme estoient May ftrats dans leurs Villes, avoient ette obilt gez pár les tourmens d'expliquet en détail tout l'appareil de la fourbérie des Oracles. Sil s'agifoit présententent de ce que les Chreftiens en ont eru; tous ces paffages d'Eufebe decideroient, ee me ferrible, la queftion. On plaçoit les Demons dans uti certaid Sisteme general qui fervoit pour les disputes, mais quand on venoit à un poitit de fait particulier, on ne parloit guere d'éux; ad contraire on leur donnbit nette: miehit Pesclufion.

Je

[ocr errors]

Je ne croy pas qu'il puifle jamais y avoir de meilleurs témoins contre les Demons que les Prestres Payens; ainfi aprés leurs dépositions, la chose me paroift terminée. J'ajouteray feulement icy 'un Chapitre sur les Sorts , non pas pour en découvrir l'impofture car cela est compris dans ce que nous avons dit fur les Oractes, & de plus elle fe decouvre affez d'elle-mesme, mais pour ne pas oublier une efpece d'Oracles', Erés-fameux dans l'Antiquité. haluule

CHAPITRE XVIII.

Des Sorts. E Sort eft l'effet du hazard, & comme la décifion ou l'Oracle de la Fortu

ne; mais les Sorts font les Instrumens dont on se fert pour sçavoir quelle est cette décifion.

Les Sorts eltoient le plus souvent des efpeces de Dez fur lesquels estoient gravez quelo ques caracteresou quelques mots dont

on alloit chercher l'explication dans des Tables faites exprés. Les usages estoient differensfur les Sorts, dans quelques Temples on les jettoit foy-mesme, dans d'autres on les faisoit sortir d'une Urne, d'où eft venue cette maniere de parler fi ordinaire aux Grecs, le Sort et tombé. Ce jeu de Dez eftoit toûjours precede

des

des Sacrifices, & de beaucoup de ceremo nies. Apparemment les Prestres sçavoient manier les Dez, mais s'ils ne vouloient pas prendre cette peine, ils n'avoient qu'à les laiffer aller, ils estoient toûjours maistres de l'explication.

Les Lacedémoniens allerent un jour consulter les Sorts de Dodone , sur quelque Guerre qu'ils entreprenoient; car outre les Chesnes parlans, & les Colombes, & les Bassins, & l'Oracle, il y avoit encore des Sorts à Dodone. Aprés toutes les ceremonies faites, sur le point qu'on alloit jetter les Sorts avec beaucoup de respeat & de veneration, voila un Singe dų Roy des Moloffes, qui eftant entré dans le Temple ,renversa les Sorts & P’Urne. La Preftreffe ef. frayée dit aux Lacedemoniens qu'ils ne devoient pas songer à vaincre, mais seulement à se lauver, & tous les * Ecrivains affurent que jamais Lacedemone ne receut un presage plus funefte.

Les plus celebres entre les Sorts estoient à Préneste &à Antium, deux petites Villes d'Italie. A Prénefte estoit la Fortune, & à Antium les Fortunes.

Les Fortunes d'Antium avoient cela de remarquable, que c'estoient des Statuës qui se remuoient d'elles - mesmes, selon le témoignage de Macrobe; l. 1. ch. 23. & dont les mouvemens diffe. rens, ou servoient de Réponse, ou mar

* Cicerone 1. 2. de la Divination.

« PreviousContinue »