La morale de l'adolescence

Front Cover
Pion, 1789 - 160 pages

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 128 - Depuis deux ans, fes infirmités l'avoient empêchée de fe rendre au palais. Elle fit dire à l'Impératrice, qu'elle avoit le plus vif regret de n'avoir pu fe trouver à cette pieufe cérémonie, non...
Page 146 - LE RAT DE VILLE ET LE RAT DES CHAMPS Autrefois le Rat de ville Invita le Rat des champs, D'une façon fort civile, A des reliefs d'Ortolans. Sur un Tapis de Turquie Le couvert se trouva mis.
Page 78 - Je fuis trop criminelle, puifque je » fuis deshonorée : je vous demande ma mort comme « une grâce , & pour m'empêcher de furvivre à ma » honte & à mon deshonneur. » Le Régent, quoiqu'outré de douleur , lui dit qu'une faute involontaire étoit plutôt un malheur qu'un crime , & que la violence , qu'on avoit faite à fon corps...
Page 95 - Monté sur l'échafaud, n'attendant plus que le coup mortel, le chevalier entend crier : " Grâce ! grâce !" Alors, un juge s'approche, et lui faisant valoir la clémence du roi, l'exhorte à lui révéler les desseins coupables du garde des sceaux. *' Je vois," lui dit le chevalier, " votre bas et criminel artifice.
Page 122 - Sulo îl fon laquais , obferve , le mieux qu'il te ferapojjible , où il fe retirera & ne manque pas de me le dire. Il fit ce que fon Maître lui commanda, fuivit le voleur dans trois ou quatre petites rues & le vit entrer chez un Boulanger où il acheta un pain de 7 ou 8 livres & changea une des piiloks qu'il avoit.
Page 67 - Magiftrat , qui , libre enfin de toute affaire , part pour fa campagne. Cependant, il n'ignoroit pas à quels fupplices il étoit réfervé. En effet , dès que les ennemis le virent de retour, fans avoir obtenu l'échange , & qu'ils...
Page 84 - Mandoa, dans l'Indoustan, étant tombé dans une rivière, en fut heureusement retiré par un esclave, qui s'était jeté à la nage et l'avait saisi par les cheveux. Son premier soin, en revenant à lui-même , fut de demander le nom de celui qui l'avait retiré de l'eau. On lui apprit...
Page 77 - ... plus long-temps de la cour , elle revint au palais. Le comte , de peur de l'aigrir , dissimula ses sentimens ; et des manières respectueuses succédèrent, en apparence, à l'éclat et à l'emportement de sa passion.
Page 56 - Roi m'a confiée ne tombât au pouvoir des ennemis, il fallait mettre à une brèche, ma personne, ma famille et tout mon bien, je n'hésiterais pas un moment à le faire.
Page 122 - Parlement , venoit de fe promener, fnivi feulement d'un laquais, un homme l'aborda, lui préfenta, un piftolet , & lui demanda la bourfe , mais en tremblant ? & en homme qui n'étoit pas expert dans le métier qu'il faifoit. a Vous vous adreffez mal , lui dit le magiftrat ; « je ne vous ferai guères riche : je n'ai que »> trois piftoles que js vous donne très-volontiers.

Bibliographic information