Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

ADU

CONTRACT SOCIAL;

o Ù,

PRINCIPES

DU

DROIT POLITIQUE.

LIVRE 1.

JR

E VEUX chercher fi dans l'ordre civil il peut y avoir quelque regle d'administration légitime & füre, en prenant les hommes tels qu'ils font, & les loix telles qu'elles peuvent être: Je tâcherai d'allier toujours dans cette recherche ce que le droit permet avec ce que l'intérêt preferit, afin que la juftice & l'utilité ne fe trouvent point divifées.

J'ENTRE en matiere fans prouver l'importance de mon fujet. On me demandera fi je fuis prince ou législateur pour écrire fur la Politique? Je réponds que non, & que c'est cela pour que j'écris fur la Politique. Si j'etois prince ou legislateur, je ne perdrois pas

A 4

mon

mon tems à dire ce qu'il faut faire; je le ferois, ou je me tairois.

/

NE CITOYEN d'un Etat libre, & membre du fouverain, quelque foible influence que puifk avoir ma voix dans les affaires publiques, le droit d'y voter fuffit pour m'impofer le devoir de m'en inftruire. Heureux, toutes les fois que je médite fur les Gouvernements, de trouver toujours dans mes recherches de nouvelles raifons d'aimer celui de mon pais!

CHAPITRE I

Sujet de ce premier Livre,

L'HOMM

HOMME eft né libre, & par-tout il eft dans les fers. Tel fe croit le maître des autres, qui fe faiffe pas d'être plus efclave qu'eux. Comment ce changement s'eft-il fait? Je l'ignote. Qu'est-ce qui peut le rendre légitime? Je crois pouvoir réfoudre cette question.

SI JE ne confidérois que la force, & l'ef fet qui en dérive, je dirois; tant qu'un Penple eft contraint d'obéîr, & qu'il obéît, il fait bien; futôt qu'il peut fecouer le joug & qu'il le fecoue, il fait encore mieux; car, recou vrant la liberté par le même droit qui la lui a ravie,

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

a ravie, on il eft fondé à la reprendre, ou l'on ne l'étoit point à la lui ôter. Mais l'ordre focial eft un droit facré, qui ferr de base à tous les autres. Cependant ce droit ne vient point de la nature; il eft donc fondé fur des conventions. Il s'agit de favoir quelles font ces conventions. Avant d'en venir-là je dois établir ce que je viens d'avancer.

CHAPITRE II.

Des premieres Sociétés.

LA PLUS ancienne de toutes les fociétés &

la feule naturelle eft celle de la famille. Encore les enfans ne reftent-ils liés au pere qu'auffi longtems qu'ils ont befoin de lui pour fe conferver.. Sitôt que ce befoin ceffe, le lien naturel fe diffout. Les enfans, exempts de l'obéiffance qu'ils devoient au pere, le pere exempt des foins qu'il devoit aux enfans, rentrent tous également dans l'indépendance. S'ils continuent de refter unis ce n'eft plus naturellement c'eft volontairement, & la famille elle-même ne fe maintient que par convention.

CETTE liberté commune eft une conféquence de la nature de l'homme. Sa premiere loi eft de veiller à fa propre confervaA 5

tion,

[ocr errors]

tion, fes premiers foins font ceux qu'il le doit à lui-même, &, fitôt qu'il eft en âge de raifon lui feul étant juge des moyens propres à le conferver devient par là fon propre maître.

LA FAMILLE eft donc fi l'on veut le premier modele des fociétés politiques; le chef eft l'image du pere, le peuple est l'image des enfans, & tous étant nés égaux & libres n'aliénent leur liberté que pour leur uti lité. Toute la différence eft que dans la famille l'amour du pere pour fes enfans le paye des foins qu'il leur rend, & que dans l'Etat le plaifir de commander fupplée à cet amour que le chef n'a pas pour les peuples.

GROTIUS nie que tout pouvoir humain foit établi en faveur de ceux qui font gouvernés! Il cite l'esclavage en exemple. Sa plus conftante maniere de raifonner eft d'établir toujours le droit par le fait*. On pourroit employer une méthode plus conféquente, mais non pas plus favorable aux Tyrans.

IL EST donc douteux, felon Grotius, fi le genre humain appartient à une centaine d'hommes, ou fi cette centaine d'hommes appartient

>>

* ,, Les favantes recherches fur le droit public ne font fouvent que l'hiftoire des anciens abus, & on s'eft entêté mal-à-propos quand on s'eft donné la peine ,, de les trop étudier." Traité manufcrit des intérêts de la Fr. avec fes voisins; par Mr. L, M. d'A. Voilà précifement ce qu'a fait Grotius.

[ocr errors]
[ocr errors]
« PreviousContinue »