Discours sur l'histoire universelle: depuis le commencement du monde jusqu'à l'Empire de Charlemagne, Volume 2

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 12 - ... dans cette partie où la vérité se fait entendre, nous y verrons quelque image de la Trinité que nous adorons. La pensée, que nous sentons naître comme le germe de notre esprit, comme le fils de notre intelligence, nous donne quelque idée du Fils de Dieu conçu éternellement dans l'intelligence du Père céleste. C'est pourquoi ce Fils de Dieu prend le nom de Verbe...
Page 228 - Sous ce nom de liberté, les Romains se figuraient, avec les Grecs, un état où personne ne fût sujet que de la loi, et où la loi fût plus puissante que les hommes.
Page 281 - C'est pourquoi tous ceux qui gouvernent se sentent assujettis à une force majeure. Ils font plus ou moins qu'ils ne pensent, et leurs conseils n'ont jamais manqué d'avoir des effets imprévus. Ni ils ne sont maîtres des dispositions que les siècles passés ont mises dans les affaires, ni ils ne peuvent prévoir le cours que prendra l'avenir, loin qu'ils le puissent forcer.
Page 167 - Mais l'ayant fait tant de fois dans ces grands empires dont nous venons de parler, il nous montre, par ces exemples fameux, ce qu'il fait dans tous les autres ; et il apprend aux rois ces deux vérités fondamentales : premièrement, que c'est lui qui forme les royaumes pour les donner à qui il lui plaît ; et secondement, qu'il sait les faire servir dans les temps et dans l'ordre qu'il a résolu, aux desseins qu'il a sur son peuple.
Page 170 - Par là , monseigneur, vous apprendrez ce qu'il est si nécessaire que vous sachiez, qu'encore qu'à ne regarder que les rencontres particulières , la fortune semble seule décider de l'établissement et de la ruine des empires, à tout prendre il en arrive à peu près comme dans le jeu , où le plus habile l'emporte à la longue. En effet , dans ce jeu sanglant où les peuples ont disputé de l'empire ou de la puissance , qui a prévu de plus...
Page 280 - Il connaît la sagesse humaine, toujours courte par quelque endroit ; il l'éclaire, il étend ses vues, et puis il l'abandonne à ses ignorances ; il l'aveugle, il la précipite, il la confond par ellemême ; elle s'enveloppe, elle s'embarrasse dans ses propres subtilités, et ses précautions lui sont un piège.
Page 58 - ... vous les persécuterez de ville en ville , afin que tout le sang innocent qui a été répandu sur la terre retombe sur vous, depuis le sang d'Abel le juste , jusques au sang de Zacharie fils de Barachie , que vous avez massacré entre le temple et l'autel.
Page 8 - le voient, ils lui parlent, ils le touchent, ils sont con— » vaincus » » Sur ce fondement douze pêcheurs entreprennent de » convertir le monde entier , qu'ils voient si opposé aux » lois qu'ils avoient à lui prescrire , et aux vérités qu'ils » avoient à lui annoncer. Ils ont ordre de commencer par » Jérusalem , et de là de se répandre par toute la terre, » pour instruire toutes les nations , et les baptiser au nom », du Père , du Fils , et du Saint-Esprit.
Page 170 - En effet, dans ce jeu sanglant où les peuples ont disputé de l'empire et de la puissance, qui a prévu de plus loin , qui s'est le plus appliqué , qui a duré le plus longtemps dans les grands travaux , et enfin qui a su le mieux ou pousser ou se ménager suivant la rencontre , à la fin a eu l'avantage, et a fait servir la fortune même à ses desseins.
Page 219 - Athénien *, et qui connaissait admirablement le naturel de son pays, nous apprend que la crainte était nécessaire à ces esprits trop vifs et trop libres, et qu'il n'y eut plus moyen de les gouverner quand la victoire de Salamine les eut rassurés contre les Perses. Alors deux choses les perdirent : la gloire de leurs belles actions, et la sûreté où ils croyaient être.

Bibliographic information