L'école officielle devant son principe, ou l'allopathie dans les faits, suivi d'un essai de synthèse caractéristique sur le tartre stibié, l'aconit, l'arnica, l'arsenic et le quinquina ... Deuxième édition

Front Cover
J.B. Baillière et fils, 1858 - Homeopathy - 112 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 36 - Ceux qui sont capables d'inventer sont rares ; ceux qui n'inventent point sont en plus grand nombre, et par conséquent les...
Page 91 - Et quel temps fut jamais si fertile en miracles? Quand Dieu par plus d'effets montra-t-il son pouvoir? Auras-tu donc toujours des yeux pour ne point voir, Peuple ingrat? Quoi! toujours les plus grandes merveilles Sans ébranler ton cœur frapperont tes oreilles? Faut-il, Abner, faut-il vous rappeler le cours Des prodiges fameux accomplis en nos jours?
Page 20 - Lancaslre, se sont également approprié tout le mérite d'une découverte dont la première pensée leur a été donnée par un Français, et dont l'étude et la juste appréciation ont été, même de leur aveu, plus rigoureusement suivies parmi nous que parmi eux. On pourrait ajouter...
Page 40 - Elle était de ce monde, où les plus belles choses Ont le pire destin , Et rose, elle a vécu ce que vivent les roses, L'espace d'un matin.
Page 106 - ... convient pas de l'employer, c'est un peu avant l'accès qu'ils le prescrivent, époque à laquelle cette violence, si redoutable par les suites qu'elle entraîne , produit peut-être plus certainement qu'en tout autre temps l'effet auquel on s'attend de sa part. Le quinquina ne guérit d'une manière durable une fièvre intermittente des marais dont les symptômes coïncident avec ceux de la maladie quinique , que quand le malade peut changer d'atmosphère pendant le traitement et jusqu'au retour...
Page 39 - Unum corpus, et unus Spiritus, sicut vocati estis in una spe vocationis vestrae. Unus Dominus, una fides, unum baptisma, unus Deus et Pater omnium, qui est super omnes, et per omnia, et in omnibus nobis.
Page 61 - L'aconit est indispensable chez les femmes qui ont éprouvé de la frayeur ou des contrariétés pendant leurs règles ; car, sans ce précieux calmant, il n'arrive que trop souvent au flux menstruel de s'arrêter d'une manière même subite sous l'influence d'une pareille secousse morale.
Page 63 - ... de même que dans les inflammations locales aiguës des autres parties du corps; là surtout où, avec de la soif et un pouls fréquent, on rencontre une impatience inquiète, une agitation que rien ne peut calmer, et une jecticulation semblable à celle qui accompagne l'aconit.
Page 20 - gaiement approprié « tout le mérite d'une découverte « dont la première pensée leur a été « donnée par un Français, et dont « l'étude et la juste appréciation ont « été, même de leur aveu, plus rigou...
Page 63 - ... engendre tous les états morbides qui se manifestent chez les personnes dont le moral a été ébranlé par la frayeur jointe à l'indignation, et il est aussi le plus sur moyen de les guérir rapidement.

Bibliographic information