Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors]

LES VIES

DES

HOMMES ILLUSTRES.

(

CIMON „PÉRIPOLTAS le Devin , celui qui meņa de Thellalie en Béorie le Roi Opheltas avec tous les peuples qui lui étoient soumis, lailla une postérité qui fut florissante pendant plusieurs siecles. La plupart de ses descendants habiterent à Chéronée, qui fut la premiere,

[ocr errors]

(a) Péripoleas le Devin, avant la guerre de Troye, celui qui mena de Thesalie puisqu'à cette guerre on en Béotie le Roi Opheltas.) voit à la tête des troupes Cette histoire est fort obl. de Béotie, Pelée, pere d'un cure, je n'en trouve nulle Opheltas. Cet Opheltas II part aucun vestige: Il faut cut un fils nommé Proléque cette tranfmigration mée, & de ce Ptolémée d'Opheltas en Béorie ait fut fils Xanthus , qui fut le été faite plusieurs siecles rnier qui régna à Thebes, Tome VII.

А

ville où ils s'établirent après en avoir challe les Barbares. Mais comme ils furent prefque tous hommes de courage & crès-belliqueux, ils périrent dans les guerres des Medes & dans les batailles qui furent données contre les Gaulois où ils combattirent avec beaucoup de valeur , & laps épargner leurs personnes. Il ne resta de cette famille qu'un enfant orphelin qui fut appellé (6) Damon, & qui eut le surnom de Péripolcas. Cet enfant furpafloit tous les enfants de son âge en grandeur d'ame & en beauté de corps. Mais d'ailleurs il étoit sauvage, grossier & austere dans ses moeurs.

Quand il fut forti de l'enfance, il arriva qu'un Romain , Capitaine d'une cohorte , qui hyvernoit à Chéronée , en devint parfionnément amoureux. Et comme il ne pouvoit le vaincre ni par ses sollicitations, ni par ses présents, il y avoit bien de l'apparence qu'il en viendroit enfin à la force 'ouverte, fur-tout la ville de Chéronée, ma patrie, fe trouvant alors dans un grand abaissement , & érant fort méprisée à cause de la pauvreté & de la foiblesse. Damon, craignant donc certe extrémité , & plein de ressentiment pour les tentatives que ce brutal avoit déja

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

(b) Damon fut nommé Devin qui avoit conduit les Peripolcas, en inémoire du ancêtres.

[ocr errors]

faires, résolut de s'en délivrer en lui drefsant des embûches, & ameûta contre lui quelques-uns de ses camarades, non point en crop grand nombre, afin de le mieux cacher; il n'y eut en cour que seize conjurés. Une nuit, après avoir bien bu, ils fe barbouillent le visage avec de la suie, & le matin ils vont se jecter sur ce Capicaine Romain qui faisoit un facrifice au milieu de la place, le tuent avec quelques-uns de ceux qui étoient autour de lui, & sortent de la ville.

Voilà d'abord une grande rumeur & en grand trouble. Le Sénat de Chéronée s'affemble & condamne à mort ces affalins pour justifier la ville envers les Romains. Le soir, comme les Magistrats soupoient ensemble selon la coutume, Damon & ses complices entrent dans la salle du Conseil, les égorgent tous, & se retirent encore.

Quelques jours après, il arrive que Lucius Lucullus passe à Chéronée avec des troupes pour quelque expédition. Informé de ce grand crime qui venoit d'être commis, il suspend la marche , fait faire de grandes informations; & ayant trouvé que la ville n'étoit pas seulement innocence, mais qu'elle avoit été elle-même fort maltraitée, il retire la garnison, & l'emmene avec lui.

Les habitants de Chéronée envoyent des députés à Damon, qui, par ses courses & par ses ravages, désoloie le pays, & rodoit toujours autour de la ville, & donnent divers décrets très-favorables, par lesquels ils l'engagent enfin à revenir. Dès qu'il est revenu, ils l'élisent Gymnasiarque, c'est-à dire, maître des exercices. Er un jour qu'il se frottoit d'huile dans une étuve, ils le tuent en trahison. (c) E. parce qu'il parut pendant long-temps dans ce même lieu des spectres horribles, & qu'on y entendit des lamentations affreuses, comme nos peres nous l'affurent, on condamna & on mura les portes de l'étuve. Mais encore de notre temps, les voisins prétendent qu'on y voit les mêmes fpectres, & qu'on y entend les mêmes lainentations. Ceux qui restent de cette famille, car il y en a encore, fur-touc, dans la ville de Styris dans la Phocide, &, qui retiennent les meurs & le langage des Eoliens, font appellés les asbolomenes, c'est-à-dire , les barbouillés de suie, en mémoire de la fuie dont Damon s'étoit noirci le visage quand il courut sus au Capitaine Romain,

(c) Et parce qu'il parut fort ancienne. Les Grecs pendant long-temps dans ce & les Romains en ont été même lieu des specires. hor- également imbus. Il y en ribles. Cette opinion que, a un exemple bien fingudans les lieux où il a été lier dans une lettre de Pli. commis quelque meurtre, ne. Cetre erreur s'est conil y revient des esprits & servée jusqu'à notre temps, des spectres horribles, eft

« PreviousContinue »