En garde! Termes anglais et anglicismes dans le commerce, les relations sociales, les conversations, les journaux, à la ferme, au Parlement, etc

Front Cover
S.l. : s.n., 1912 - French language - 103 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 9 - Langue si limpide qu'elle est un filtre pour la pensée, si riche qu'elle peut tout dire, si souple qu'elle sait faire entendre tout ce qu'elle ne dit pas, si nette dans ses couleurs, si ferme dans ses sonorités — si ferme et en même temps si douce — qu'elle est une caresse pour l'oreille autant qu'une joie pour l'esprit. Saluons-la, saluons-la bien bas ï Elle est reine, parmi ses sœurs les autres langues reines, Sa Majesté la langue française.
Page 72 - Turpin, n'as-tu rien vu dans le fond du torrent ? — J'y vois deux chevaliers : l'un mort, l'autre expirant. Tous deux sont écrasés sous une roche noire ; Le plus fort, dans sa main, élève un Cor d'ivoire, Son âme en s'exhalant nous appela deux fois.
Page 65 - Ils sont socialistes comme le bourgeois gentilhomme de Molière faisait de la prose, sans le savoir.
Page 92 - N'allons pas, de notre plein gré, tenter une expérience aussi dangereuse. Que ceux des nôtres qui ont réellement besoin de savoir l'anglais l'apprennent ; qu'ils l'apprennent bien. Mais qu'ils apprennent d'abord le français, et que le français reste toujours leur langue maternelle, leur vraie langue. Faisons respecter notre langue, ai-je dit encore. Elle a ses ennemis en ce pays, n'en doutons pas.
Page 5 - IL YA UN TEMPS POUR PARLER ET UN TEMPS POUR SE TAIRE" "II ya un temps pour parler et un temps pour se taire", dit l'Ecclésiaste.
Page 92 - Que ceux des nôtres qui ont réellement besoin de savoir l'anglais l'apprennent; ou'ils l'apprennent bien. Mais qu'ils apprennent d'abord le français, et que le français reste toujours leur langue maternelle, leur vraie langue. Soyons convaincus que feu Mgr Laflèche, ce grand Canadien-français, avait raison de dire qu'il n'aimait pas à entendre ses compatriotes parler l'anglais sans au moins un petit accent français. Le mot est profond et renferme un grave avertissement.
Page 12 - On ne saurait trop admirer la sottise de quelques touristes anglais et américains qui ont écrit que les Canadiens parlaient un patois. Le fait est que, sauf quelques provincialismes, quelques expressions vieillies mais charmantes en elles-mêmes, le français des Canadiens ressemble plus au meilleur français de France que la langue de l' Yankee ressemble à celle de l'Anglais pur sang.
Page 18 - N'est-il pas vrai que l'usage de la langue anglaise, en jetant les Irlandais dans les milieux anglo-protestants, est la cause première et principale de cette effroyable trouée dans les rangs de...
Page 37 - C'est alors qu'il fera publier dans les journaux ces annonces incompréhensibles qui défieront tous les dictionnaires, véritables casse-têtes chinois, dont seuls les déchiffreurs de rébus parviendront à comprendre le sens. Comme il est impossible de parler en même temps, avec les mêmes mots, le français et l'anglais, le nouveau commerçant se composera une espèce de...
Page 3 - Je dois la vie à un sentiment de patriotisme. L'auteur a voulu faire de moi un ouvrage de propagande. Ma toilette est pauvre, mais j'en suis heureux. Elle me permettra de pénétrer plus facilement dans 'les humbles foyers. Fils de la Vieille, France qui me, lirez, fermez les yeux sur mes imperfections et ouvrez votre cœur à la sympathie. La langue française qu'on immole, c'est Va vôtre autant que la nôtre.

Bibliographic information