Édouard III et le régent, ou, Essai sur les moeurs du XIVe siècle

Front Cover
Feret, 1843 - Great Britain - 406 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 6 - L'arrêt lui fut lu en prison, en ces termes: Moi Guillaume Trussel, procureur du parlement et de toute la nation angloise, je vous déclare dans leur nom et de leur autorité, que je révoque et rétracte l'hommage que je vous ai fait; et dès ce moment je vous prive de la puissance royale , et proteste que je ne vous obéirai plus comme à mon roi.
Page 134 - Eustache, je vous donne ce chapelet pour le mieux combattant de toute la journée de ceux de dedans et de dehors, et vous prie que vous le portez cette année pour l'amour de moi. Je sais bien que vous êtes gai et amoureux et que volontiers vous vous trouvez entre dames et demoiselles : si dites partout là où vous irez que je le vous ai donné. Et parmi tant vous êtes mon prisonnier, je vous quitte votre prison et vous pouvez partir demain si il vous plaît.
Page 6 - ... et dès ce moment je vous prive de la puissance royale , et proteste que je ne vous obéirai plus comme à mon roi. Voilà, dès l'an 1327 (14 janvier), an roi jugé et déposé par ses sujets.
Page 109 - ... L'Arbre des sciences est encore une curieuse production de notre auteur, qui le composa pour faciliter le développement de ses doctrines. Dans cet ouvrage il représente les principes et les facultés comme les racines et le tronc du végétal; les fonctions et les actes se trouvent figurés par ses branches , les rameaux et les feuilles; enfin les effets et les résultats par les fleurs et les fruits dont l'arbre se couvre dans le cours de sa vie *. Les autres ouvrages de R.
Page 257 - ... lui, comment il tient les clefs des portes en ses mains pour trahir la ville. » Le prévôt des marchands s'avança et dit :
Page 167 - ... haie d'une part et d'autre de leurs archers, tellement que on ne peut entrer ni chevaucher en leur chemin fors que parmi eux. Si convient-il aller celle voie si on les veut combattre.
Page 278 - France d'accord, et leur sembla cil (ce) traité trop dur; et répondirent d'une voix auxdits messagers que ils auroient plus cher à endurer et porter encore le grand meschef et misère où ils étoient, que le noble royaume de France fut ainsi amoindri ni deffraudé, et que le roi Jean demeurât encore en Angleterre; et que, quand il plairoit à Dieu, il y pourverroit de remède et metteroit ottrempance (adoucissement.) »Ce fut toute la réponseque le comte de Tancarville et messire Arnoul d'Andrehen...
Page 94 - Jean, comment va? Vous voulez vous rendre?» Il répondit : « Je ne suis mie de ce conseillé à faire; mais je vous voudrais prier que, pour révérence du jour Notre-Dame, qui sera demain, vous nous accordissiez un répit à durer le jour de demain tant seulement; por quoi les nôtres ni les vôtres ne pussent gréver l'un l'autre, mais demeurassent en paix.
Page 151 - Jean avait cherché à tenir secrètes ces honteuses falsifications; il mandait aux officiers des monnaies : « Sur le serment que vous avez au roy, tenez cette chose secrète le mieux que vous pourrez... Que, par vous, ne aucuns d'eux les changeurs ne autres ne puissent savoir ne sentir aucune chose ; car, si par vous est su, en serez punis par telle manière que tous autres y auront exemple.
Page 352 - Monseigneur, voici ma bannière, je vous la baille, par telle manière qu'il vous plaise à développer, et qu'aujourd'hui je la puisse lever; car, Dieu merci! j'ai bien de quoi, terre et héritage, pour tenir état, ainsi qu'il appartient à ce.

Bibliographic information