Page images
PDF
EPUB

PREMIÈRE MODERNE (SCIENCES).

MATHÉMATIQUES.

Deux points pesants de poids P et P' sont reliés par un fil élastique qui possède normalement la longueur 1, et qui, lorsqu'on l'allonge d'une longueur x, tend à reprendre sa longueur primitive l en exerçant à ses extrémités une traction représentée par K , où K désigne un facteur constant.

On place les deux points pesants à la distance d l'un de l'autre sur une même ligne de plus grande pente d'un plan incliné, sur lequel ils peuvent glisser avec frottement.

On demande :
1° Dans quel cas il y aura équilibre;

2° S'il n'y a pas équilibre, énumérer et discuter les diverses manières dont l'équilibre pourra se trouver rompu, selon les valeurs des données.

On supposera d>l; on désignera par i l'inclinaison du plan incliné et par f=tang f=tang les coefficients de frottement des poids P, P' sur le plan incliné.

PREMIER PRIX. Boutefoy (Henri), de Liancourt (Oise), lycée Buffon. DEUXIÈME PRIX. Fontaine (Georges), de Paris, lycée Saint-Louis.

PHYSIQUE ET CHIMIE.

I. Décrire les principales expériences qui mettent en évidence la transformation du travail mécanique en chaleur.

Définir l'équivalent mécanique de la chaleur.

Un travail de T kilogrammètres produit dans un poids d'eau de P kilograinmes une élévation de température 0. Quelle serait en ergs l'expression de l'équivalent mécanique de la chaleur?

II. Acide fornique et chloroforme. – Préparation et propriétés.

III. On traite un poids d'urée par une dissolution concentrée et bouillante de potasse caustique. Un des produits de la réaction, que l'on supposé complète, est gazeux et aurait, à zéro degré et sous la pression de 0m, 760, un volume de 22 litres. Quel est le poids d'urée qui a été décomposé, et quels sont les poids des produits de la décomposition?

Densité de l'oxygène, 1,105..
Densité de l'hydrogène, 0,069.
Densité de l'azote, 0,972.
Poids atomique du carbone, 12.
Poids atomique du potassium, 39.

Poids du litre d'air à zéro degré et sous la pression de Om 760, 18r 293.

[ocr errors]

PREMIER PRIX. Lavaste (Félix-René), de Paris, collège Chaptal. – DEUXIÈME PRIX. Sauvigny (Lucien), de Paris, lycée Voltaire.

PREMIÈRE MODERNE (LETTRES ET SCIENCES).

* (Compositions communes aux deux classes.)

GÉOGRAPHIE GÉNÉRALE.

La France au Soudan.

PREMIER PRIX. Dujardin (Marius-Horace-Victor), de Paris, collège Rollin · (Sciences). — DEUXIÈME PRIX. Mercier (Georges), de Saumur (Maine-et-Loire), lycée Janson-de-Sailly (Sciences).

DROIT ET ÉCONOMIE POLITIQUE.

Les coalitions et les syndicats ouvriers.

PREMIER PRIX. Goblet (Louis-Jean-Jacques), de Méron (Maine-et-Loire), lycée Michelet (Lettres). DEUXIÈME PRIX. Bretagne (Henri-Eugène), de Paris, collège Chaptal (Lettres).

CLASSE DE RHÉTORIQUE.

COMPOSITION FRANÇAISE. Sainte-Beuve, dans ses Causeries du Lundi, jugea toujours sévèrement Lamartine, même à l'heure où le « tribun », après avoir noblement traversé le pouvoir, vieilli et ruiné, pouvait croire à l'ingratitude de ses contemporains. Il l'avertissait de songer au « lendemain sévère de la postérité », dont il avait, en sa qualité de critique, le devoir et le regret de devancer le jugement. Lamartine ne se vengea qu'en consacrant deux de ses Entretiens à la « gloire » de Sainte-Beuve. On a la lettre où celui-ci envoie à Lamartine les remerciements d'un cour comblé et « pardonné « Vous avez, y écrit-il, glissé sur les défauts et voilé avec délicatesse les parties regrettables chez celui qui s'est trop abandonné, en écrivant, aux sentiments éphémères et au courant des circonstances » (13 juillet 1864).

Lamartine répond à Sainte-Beuve.

Dans la retraite où la vanité de l'homme de lettres ne l'a pas suivi, il ne se souvient plus comment Sainte-Beuve a usé du droit de la critique à l'égard d'ouvres imparfaites, mais sincères.

Devenu critique à son tour, un peu malgré lui, c'est par un besoin de sa nature qu'il admire ce qu'il y a d'admirable chez les autres et en particulier chez Sainte-Beuve, poète et critique.

La poésie et la critique sont-elles choses si distinctes que le vulgaire le croit? En tout cas, il n'est pas défendu de porter dans la critique un peu de poésie.

Il ne se plaint point du présent, puisque, dans la paix des vallons paternels, il peut lire ou rêver, et il espère en l'avenir, qui sera indulgent à sa mémoire.

PREMIER PRIX. (Prix d'honneur.) NOUVEAUX. Albertini (Eugène-François), de Compiègne (Oise), lycée Henri IV.- DEUXIÈME PRIX. VÉTÉRANS. Bayet (AlbertPierre-Jules-Joseph), de Lyon (Rhône), lycée Louis-le-Grand. DeuxièME PRIX. Nouveaux. Feillet (Jacques-l.ouis-Paul), de Paris, lycée Louis-le-Grand.

COMPOSITION LATINE.

Sextus Propertius, quum jam in eo esset ut immaturæ occumberet morti, juniori Ovidio, quem litteras auspicantem singulari foverat studio, valedicit, additis quibusdam de communi utriusque arte consiliis, sinceris quidem, sed lenioribus, ut amicum decet.

Non sine quodam desiderio vitam linquet, amoris æstu diutius jactatam, tot vero sodalium patronorumque adjutam amicitia, carminumque fama non inhonestam, seu vividos expresserit animi affectus, seu nascentem crescentemque in dies Romam celebraverit.

Ceterum suscepti operis maxime idoneus inter poetas heres Ovidius aderit, dummodo intellexerit hoc potissimum verum poetam exstare, si quis non felici juvenilis ingenii ubertate gaudeat, nec fugaci superbiat venustiorum hominum plausu, sed supra se ipsum assurgere nugisque contemptis paulo majora canere aggrediatur.

Priorum æqualiumque poetarum exemplum respiciens, ne patiatur Augusteæ ætatis laudem, Maronis et Flacci ingenio in tantum evectam fastigium, ad inferiorem gradum recidere. Hoc poscit amicus, quem sperare juvat fore ut ab amico superetur; hoc et princeps, et præsens romani imperii majestas, et futura ipsius poetæ gloria felicitasque jubent.

PREMIER PRIX. VÉTÉRANS. Milon (Félix-Jean-Louis), de Paris, lycée Henri IV. – DEUXIÈME PRIX. VETERANS Gonnard (Philippe-Claude', de Lyon (Rhône), lycée Henri IV.

VERSION LATINE.

Tum Catulus : « Haudquaquam hercle, inquit, Crasse, mirandum est esse in te tantam dicendi vel vim, vel suavitatem, vel copiam; quem quidem antea natura rebar ita dicere, ut mihi non solum orator summus, sed etiam sapientissimus homo viderere : nunc intellego illa te semper etiam potiora duxisse, quæ ad sapientiam spectarent, atque ex his hanc dicendi copiam fluxisse. Sed tamen cum omnes

si non

gradus ætatis recordor tuæ cumque vitam tuam ac studia considero, neque, quo tempore ista didiceris, video, nec magno opere te istis studiis, hominibus, libris intellego deditum. Neque tamen possum statuere, utrum magis mirer te illa, quæ mihi persuades maxima esse adjumenta, potuisse in tantis tuis occupationibus perdiscere, an, potueris, posse isto modo dicere. »

Hic Crassus : « Hoc tibi, inquit, Catule, primum persuadeas velim, me non multo secus facere, cum de oratore disputem, ac facerem, si esset mihi de histrione dicendum. Negarem enim posse eum satis facere in gestu, nisi palæstram, nisi saltare didicisset; neque, ea cum dicerem, me esse histrionem necesse esset, sed fortasse non stultum alieni artificii existimatorem. Siniliter nunc de oratore vestro impulsu loquor, summo scilicet; semper enim, quacumque de arte aut facultate quæritur, de absoluta et perfecta quæri solet. Quare si jam me vultis esse oratorem, si etiam sat bonum, si bonum denique, non repugnabo. Quid enim nunc sim ineptus? ita me existimari scio. Quod si ita est, summus tamen certe non sum. Neque enim apud homines res est ulla difficilior neque major nec quæ plura adjumenta doctrinæ desideret. Ac tamen quoniam de oratore nobis disputandum est, de summo oratore dicam necesse est. Vis enim et natura rei, nisi perfecta ante oculos ponitur, qualis et quanta sit intellegi non potest. Me autem, Catule, fateor neque hodie in istis libris, et cum istis hominibus vivere nec vero, id quod tu recte commeministi, ullum unquam habuisse sepositum tempus ad discendum ac tantum tribuisse doctrinæ temporis, quantum mihi puerilis ætas, forenses feriæ concesserint. »

(Cicéron, De Oratore, 3, 22, 82 sq.,

PREMIER PRIX. VÉTÉRANS. Gonnard (Philippe-Claude), de Lyon (Rhône), lycée Henri IV. DEUXIÈME PRIX. VÉTÉRANS. Bayet (Albert-Pierre-Jules-Joseph), de Lyon (Rhône), lycée Louis-le-Grand. PREMIER PRIX. NOUVEAUX. Lévy (Roger), de Dijon (Côte-d'Or), lycée Condorcet. DEUXIÈME PRIX. NOUVEAUX. Réau (Louis), de Poitiers (Vienne), lycée Henri IV.

« PreviousContinue »