Essai sur l'histoire de la philosophie en France au dixneuvième siècle

Front Cover
H. Dumont, 1832 - Philosophy - 444 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 410 - ... de ne chercher plus d'autre science que celle qui se pourrait 35 trouver en moi-même ou bien dans le grand livre du monde, j'employai le reste de ma jeunesse à voyager, à voir des cours et des armées, à fréquenter des gens de diverses humeurs et conditions, à recueillir diverses expériences...
Page 223 - Ce n'est pas au reste qu'il ne puisse y avoir et qu'il n'y ait réellement dans leurs ouvrages des choses vraies , raisonnables et touchantes, mais qui sont trop rachetées par ce qu'ils y ont mêlé de faux et de dangereux , surtout à cause de leur aversion pour toute autorité et hiérarchie sacerdotales. Ce caractère est général parmi eux : jamais je n'y ai rencontré d'exception parfaite parmi les nombreux adeptes que j'ai connus. Le plus instruit , le plus sage et le plus élégant des théosophes...
Page 357 - ... c'est un Dieu à la fois vrai et réel , à la fois substance et cause , toujours substance et toujours cause , n'étant substance qu'en tant que cause , et cause qu'en tant que substance ; c'est-à-dire, étant cause absolue , un et plusieurs , éternité et temps , espace et nombre, essence et...
Page 356 - Le Dieu de la conscience n'est pas un Dieu abstrait, un roi solitaire relégué par delà la création sur le trône désert d'une éternité silencieuse et d'une existence absolue qui ressemble au néant même de l'existence : c'est un Dieu à la fois vrai et réel, à...
Page 411 - ... j'employai le reste de ma jeunesse à voyager, à voir des cours et des armées, à fréquenter des gens de diverses humeurs et conditions , à recueillir diverses expériences, à m'éprouver moi-même dans les rencontres que la fortune me proposait , et partout à faire telle réflexion sur les choses qui se présentaient que j'en pusse tirer quelque profit.
Page 364 - Il manque à la philosophie , pour être véritablement , qu'on la connaisse et qu'on l'organise : qu'on la connaisse , c'est-à-dire qu'on traduise et qu'on publie tous les grands monumens qui la renferment ; qu'on l'organise , c'est-à-dire qu'on arrange les questions dans leur ordre légitime , avec les vérités découvertes sur chacune par les...
Page 226 - Saint-Martin énonce à peu près en ces termes ce dogme déjà obscur d'une ontologie toute mystique : autrefois l'homme avait une armure impénétrable , il était muni d'une lance, composée de quatre métaux, et qui frappait toujours en deux endroits à la fois ; il devait combattre dans une...
Page 291 - ... les préceptes de son curé, nous pensons qu'il porte en lui une règle d'appréciation morale qu'il ne doit ni au catéchisme, ni au Code, ni à la philosophie ; que cette règle, vulgairement appelée conscience, puisqu'elle n'en dérive pas, les précède; puisqu'elle rectifie leurs décisions, leur est supérieure ; et puisqu'elle a sur eux le double avantage de la priorité et de l'autorité , pourrait bien rendre compte de leur origine, au lieu de leur devoir la sienne. « Et s'il en était...
Page 219 - ... les lieux, et toujours l'expiation; l'homme se faisant lui-même, dans son activité sociale, comme dans son activité individuelle , n'est-ce point ainsi que l'on peut caractériser la religion générale du genre humain , dont les dogmes , plus ou moins formels, plus ou moins observés , reposent dans toutes les croyances?
Page 360 - Dieu sans monde est tout aussi faux qu'un monde sans Dieu ; une cause sans effets qui la manifestent , ou une série indéfinie d'effets sans une cause première ; une substance qui ne se développerait jamais, ou un riche développement de phénomènes sans une substance qui les soutienne ; la réalité empruntée seulement au visible ou à l'invisible : d'une et d'autre part égale erreur et égal danger , égal oubli de la nature humaine, égal oubli d'un des côtés essentiels de la pensée et...

Bibliographic information