L'art de perfectionner l'homme: suivi d'un Essai sur les caractères, les moeurs et les complexions des hommes illustres de Plutarque, Volume 1

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 182 - ... l'esprit dépend si fort du tempérament et de la disposition des organes du corps, que, s'il est possible de trouver quelque moyen qui rende communément les hommes plus sages et plus habiles qu'ils n'ont été jusqu'ici, je crois que c'est dans la médecine qu'on doit le chercher.
Page 234 - Ce n'est pas la fortune qui domine le monde : on peut le demander aux Romains, qui eurent une suite continuelle de prospérités quand ils se gouvernèrent sur un certain plan, et une suite non interrompue de revers lorsqu'ils se conduisirent sur un autre.
Page 55 - C'est en vain qu'au Parnasse un téméraire auteur Pense de l'art des vers atteindre la hauteur : S'il ne sent point du ciel l'influence secrète, Si son astre en naissant ne l'a formé poète, Dans son génie étroit il est toujours captif; Pour lui Phébus est sourd, et Pégase est rétif.
Page 170 - Il est des nœuds secrets, il est des sympathies. Dont par le doux rapport les âmes assorties S'attachent l'une à l'autre, et se laissent piquer Par ces je ne sais quoi qu'on ne peut expliquer.
Page 234 - ... soit physiques, qui agissent dans chaque monarchie, l'élèvent, la maintiennent, ou la précipitent; tous les accidents sont soumis à ces causes; et, si le hasard d'une bataille, c'està-dire une cause particulière, a ruiné un État, il y avait une cause générale qui faisait que cet État devait périr par une seule bataille. En un mot, l'allure principale entraîne avec elle tous les accidents particuliers.
Page 7 - ... vie est toute végétative. Dans le second , à la vie végétative s'ajoute la vie animale. Dans le troisième, à la vie végétative et à la vie animale , s'ajoute encore la vie morale. Et pour résumer en termes encore plus concis...
Page 93 - Le bilieux , comme le feu, aspire toujours à s'élever ; le pituiteux tend , ainsi que l'eau , à retomber sans cesse. Le premier , toujours tendu , sec , fibreux, a le teint foncé, olivâtre , tirant sur le jaune , ou une couleur haute; la taille maigre, forte, dégagée; une peau dure et velue ; ses mouvemens sont brusques, ardens ; son naturel impétueux ; sa voix âpre et résonnante; il boit peu, mange beaucoup et vite.
Page 94 - ... marquent la nonchalance et la pesanteur , car son tempérament est froid et humide, son pouls lent; il mange lentement et boit beaucoup. Par-tout le bilieux veut dominer , par-tout il heurte de front ce qui lui fait obstacle; violent et emporté, querelleur et audacieux , il se confie dans ses forces ; il est intrépide dans les périls.
Page 96 - ... et de simplicité ; bonnes mères et bonnes nourrices, faciles même à se laisser tromper, simples, sans opiniâtreté ni malice; mais peu soigneuses , d'une conversation fade , ennuyeuse ; elles languissent dans l'oisiveté et acquièrent trop d'embonpoint.
Page 101 - Un grand flandrin a la tète faible , lente à s'émouvoir, le caractère langoureux , sot et .sans chaleur , un esprit indécis dans ses opinions ; on le conduit, aisément , car il est mou , paresseux , fort peureux , assez humble et sensible.

Bibliographic information