Lexique comparé de la langue de Molière et des écrivains du xviie siècle, suivi d'une lettre à m. A.F. Didot sur quelques points de philologie française

Front Cover
Librairie de Firmin Didot frères, Imprimeurs de l'Institut, 1846 - 463 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page lvii - C'est par là que Molière, illustrant ses écrits, Peut-être de son art eût remporté le prix, Si, moins ami du peuple, en ses doctes peintures, 11 n'eût point fait souvent grimacer ses figures, Quitté, pour le bouffon, l'agréable et le fin, Et sans honte à Térence allié Tabarin '. Dans ce sac ridicule où Scapin s'enveloppe 8, Je ne reconnais plus l'auteur du Misanthrope.
Page lxiv - BALZAC avaient les premiers rencontré, et que tant d'auteurs depuis eux ont laissé perdre ; l'on a mis enfin dans le discours tout l'ordre et toute la netteté dont il est capable : cela conduit insensiblement à y mettre de l'esprit.
Page xlix - ... de force à tirer son licou pour le retenir. Enfin, destitué de tout secours, et désespérant de pouvoir vaincre l'opiniâtreté de son âne , il prit le parti de se retenir aux ailes du théâtre, et de laisser glisser l'animal entre ses jambes pour aller faire telle scène qu'il jugerait à propos.
Page xxvi - II n'ya plus de honte maintenant à cela ; l'hypocrisie est un vice à la mode, et tous les vices à la mode passent pour vertus. Le personnage d'homme de bien est le meilleur de tous les personnages qu'on puisse jouer aujourd'hui, et la profession d'hypocrite a de merveilleux avantages.
Page lii - II n'était ni trop gras ni trop maigre; il avait la taille plus grande que petite, le port noble, la jambe belle; il marchait gravement, avait l'air très-sérieux, le nez gros, la bouche grande, les lèvres épaisses, le teint brun, les sourcils noirs et forts, et les divers mouvements qu'il leur donnait lui rendaient la physionomie extrêmement comique.
Page 320 - Pour de l'esprit, j'en ai, sans doute, et du bon goût, A juger sans étude et raisonner de tout ; A faire, aux nouveautés dont je suis idolâtre, Figure de savant sur les bancs du théâtre, Y décider en chef et faire du fracas A tous les beaux endroits qui méritent des ahs. Je suis assez adroit, j'ai bon air, bonne mine, Les dents belles surtout et la taille fort fine.
Page xlvi - Ma passion est venue à tel point, qu'elle va jusqu'à entrer avec compassion dans Ses intérêts; et quand je considère combien il m'est impossible de vaincre ce que je sens pour elle , je me dis en même temps qu'elle...
Page xxix - Molière, des talents duquel je suis plus l'admirateur que personne, ne soit une école de vices et de mauvaises mœurs, plus dangereuse que les livres mêmes où l'on fait profession de les enseigner?
Page xx - Cela est vrai, elle a les yeux petits ; mais elle les a pleins de feu, les plus brillants, les plus perçants du monde, les plus touchants qu'on puisse voir.
Page l - voulez-vous que je fasse? leur dit-il; il ya cinquante pauvres ouvriers « qui n'ont que leur journée pour vivre; que feront-ils si l'on ne joue « pas? Je me reprocherais d'avoir négligé de leur donner du pain un seul « jour, le pouvant faire absolument.

Bibliographic information