Page images
PDF
EPUB

mes sens , qui ont la puissance de me représenter les objets que j'aperçois '; 2.° ou que l'être suprême me les représente, soit en excitant dans mon ame toutes les perceptions que j'ai prises pour des objets, soit en m'empreignant de son essence, qui contient tout ce qui est apercevable”; 3.° ou enfin que mon ame, par sa propre nature, contient en soi toutes les perceptions successives qu'elle éprouve indépendamment de tout autre être supposé hors d'elle 3.

Voilà, ce me semble, à quoi se réduisent les trois systèmes sur lesquels on a fait de si gros livres. Pour vous dire ce je pense de chacun, il me semble que : 1.o. 2.o

etc.

.

( Ce que Maupertuis objecte aux deux premières opinions est peu de choses. Ce qu'il objecte à la

troisième est moins encore. On en peut juger, ) 3.° Enfin réduire tout aux simples perceptions de mon ame ; dire que son existence est telle , qu'elle éprouve par elle-même une suite de mo

[ocr errors]

Hypothèse de Kant ; hypothèse transcendente , qui, pour le dire en passant, ne compromet en rien sa doctrine transcendentale. C'est l'x, le terme inconnu de notre cognition,

2 Hypothèse de Descartes, Mallebranche, Bardili, 3 Hypothèse de Berkeley, Brunet, Fichte.

difications par lesquelles elle attribue l'existence à des êtres qui n'existent point; rester seul dans l'univers, c'est une idée bien triste.

Si l'on regarde comme une objection contre ce dernier système la difficulté d'assigner la cause de la succession et de l'ordre des perceptions, on peut répondre que cette cause est dans la nature même de l'ame !. Mais quand on dirait qu'on n'en sait rien, vous remarquerez qu'en supposant des êtres matériels , ou des êtres invisibles pour exciter les perceptions que nous éprouvons, ou l'intuition de la substance divine, la cause de la succession et de l'ordre de nos perceptions n'en serait pas mieux connue, Car pourquoi les objets qui les excitent se trouveraient – ils prescrits dans cette suite et dans cet ordre ? ou pourquoi notre ame , en s'appliquant à la substance divine, recevrait-elle telle ou telle perception, plutôt que telle oų telle autre ? etc....)

1 Théorie transcendentale du tems.

TABLE

V.

pag. ÉDICACE à l'Institut national. . Préface. Notice biographique et littéraire con

cernunt EMMANUEL KANT.- Adversaires de sa philosophie.- Un mot de la culture intellectuelle des Allemans. Dessein du présent ouvrage,

PREMIÈRE PARTIE. NOTIONS PRÉLIMINAIRES.

VII

1

une.

ARTICLE I. Idée de la philosophie comme dis

position naturelle, et besoin de l'homme. ART. II. Des diverses définitions de la philosophie.S'il est nécessaire d'en donner

Différence essentielle des mathe' matiques pures et de la philosophie. 25 ART. III. Idée et division de la philosophie comme science,

42 ART. IV, De la Métaphysique en particulier.

55 ART. V. Principales opinions en metaphy

sique. -D'où elles procèdent. EMPIRISME (matérialiste et spiritualiste.). RATIONALISME (qui renferme sous įui :

69

pag naturalisme , egoïsme , dualisme , idéalisme et réalisme , theosophisme , harmonie préétablie , idees innées de Platon, de

Descartes, de Leibnitz. ). ART. VI. Idée d'un point de vue transcendental en métaphysique.

109 ART. VII. Quelle philosophie règne main

tenant en France ?—En particulier quelle metaphysique et quelle morale ? riode des scholastiques, des sceptiques, - des cartésiens,—des Encyclopédistes et des beaux-esprits.

131 ART. VIII. Insuffisance de l'empirisme et

des analyses données jusqu'ici de l'entendement. Necessité d'en revenir à la méthode critique et à un point de vue

transcendental. ART. IX. Différence de la certitude analo

gique et de la certitude apodictique. D'où procède cette dernière ?

207 REMARQUE première, sur les principes constitutifs des sciences.

219 REMARQUE seconde , sur les jugemens ana

lytiques et les jugemens synthétiques , ART. X. Distinction de deux sortes de con

naissances, que l'on confond d'ordinaire sous le nom commun dabstractions. 227

176

221

pag. REMARQUÉ première, sur ce qu'on doit ap

peler l'origine de nos connaissances. 253 REMARQUE seconde, sur deux différentes sortes de réalité.

241

SECONDE PARTIE.

DOCTRINE CRITIQ U E.

ART. XI. Facultes intellectuelles de l'homme ;

d'où les diverses branches de la philosophie critique.

251 1. DOCTRINE SPÉCULATIVE.

ART. XII. Théorie de la SENSIBILITÉ pure.

- Mode de génération des objets sensibles , de l'espace et du tems.

263 ART. XIII. Theorie de l'ENTENDEMENT pur.

Mode de génération des lois universelles qui règlent les objets sensibles. Catégories ou formes de la pensée. - Schematisme. - Réflexion transcendentale. Nature.

280 REMARQUE , sur la construction géométrique à priori , le schéma et l'image.

303 ART. XIV. Théorie de la RAISON pure.

Mode de generation des objets intelligibles. - De la loi de l'absolu. Des

[ocr errors]
« PreviousContinue »