L'Année littéraire, ou, Suite des lettres sur quelques écrits de ce temps, Volumes 1-2

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 213 - L'argent manquait parce qu'il ne circulait pas; il a fallu en répandre pour l'attirer, en faire venir du dehors pour faire sortir celui que la crainte tenait caché au dedans, se donner l'extérieur de l'abondance pour ne pas laisser apercevoir l'étendue des besoins.
Page 106 - Un amant léger, frivole, D'une jeune enfant raffole. Doux regard, belle parole, Le font choisir pour époux. Soumis quand l'hymen s'apprête , Tendre le jour de la fête , Le lendemain il tient tête...
Page 217 - Elles restèrent à peu près au même état jusqu'en 1776, époque à laquelle le déficit fut estimé être de 37 millions, par celui même qui, peu de temps après, fut chargé de la direction des finances. « Entre cette époque et celle du mois de mai 1781, le rétablissement de la marine et les besoins de la guerre firent emprunter 440 millions. « II est évident que le produit de toutes les réformes, de toutes les bonifications...
Page 199 - Comme elles tendent toutes au bien public, et connaissant le zèle pour mon service dont vous êtes tous animés, je n'ai point craint de vous consulter sur leur exécution; j'entendrai et j'examinerai attentivement les observations dont vous les croirez susceptibles.
Page 255 - ... imposition générale, au lieu de procurer au gouvernement la connaissance essentiellement nécessaire des productions du royaume, et de la balance comparative des forces de chaque province, ne servaient qu'à manifester l'inégalité choquante de leurs charges respectives, et ne présentaient pas, à. beaucoup près, un produit égal à la valeur annoncée par la dénomination même de cet impôt. « Sa Majesté a jugé que le moyen de remédier à ces inconvénients par la seule application...
Page 39 - Le caprice eft toujours fî près delà beauté ! Une belle à nos vers fourit par vanité ; Dans ce miroir flatteur la coquette fe mire , Et préfère , en fecret , au talent refpefté , Un ftupide élégant de parfums infecté.
Page 212 - Refusera-t-on de reconnaître que, dans un royaume comme la France, la plus certaine, la plus grande des économies consiste à ne pas faire de fausses opérations; qu'une seule méprise en administration, une spéculation erronée, un emprunt mal calculé, un mouvement rétrograde...
Page 256 - ... qu'ils ne payassent plus la capitation, dont la nature et la dénomination même semblent peu compatibles avec leur état. « Sa Majesté aurait voulu que le produit du tribut territorial qui doit remplacer les vingtièmes , la mît dès à présent en état de diminuer le fardeau de la taille autant qu'elle se le propose. « Elle sait combien cette imposition et l'arbitraire de son recouvrement pèsent sur la partie la plus souffrante de ses sujets ; et s'il est de sa sagesse de suspendre l'entier...
Page 39 - Un fecret mis en vers ceffe bientôt de l'être. Mais on dit qu'Apollon rend l'amour plus charmant ; Vante moins de fon art le frivole agrément...
Page 154 - Femmes, voilà souvent comme on vous traite. Le seul plaisir est ce que l'on souhaite; Amour est mort; le pauvre compagnon Fut enterré sur les bords du Lignon; Nous n'en avons ici ni vent ni voie. Vous y servez de jouet et de proie A jeunes gens indiscrets, scélérats...

Bibliographic information